• Accueil
  • > Recherche : usinor louvroil

Résultats de votre recherche

SIDERURGIE – CULTURE – LOUVROIL

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 4 décembre 2011

DANS LA PRESSE

Actualité Maubeuge

Avec l’arrivée du « Marteau Pilon » de Jean Amblard, la saint Eloi restera dans les annales de la médiathèque de Louvroil

mardi 29.11.2011, 05:24 - La Voix du Nord

 Annick Mattighello invite tous les métallos à se joindre au vernissage de l'oeuvre ce samedi 3 décembre. Annick Mattighello invite tous les métallos à se joindre au vernissage de l’oeuvre ce samedi 3 décembre.

|  ON EN PARLE |

De mémoire de Louvroiliens, on devrait se souvenir longtemps de la saint Éloi cette année. Et notamment le personnel de la médiathèque George-Sand, puisque c’est jeudi qu’arrivera « le Marteau Pilon » de Jean Amblard. …

La toile monumentale réalisée peu après la guerre est prêtée pour 99 ans à la commune par l’institut CGT d’histoire sociale de la métallurgie. En cette fête des métallos, tout un symbole pour l’ancienne cité du laminage.SIDERURGIE - CULTURE - LOUVROIL dans Culture

Monumentale, l’oeuvre de Jean Amblard l’est autant par sa taille (2,30 mètres sur 3, 50 mètres) que par son histoire, atypique. Après être restée des années au sein du château de Vouzeron, dans le centre de la France, c’est quasiment la première fois qu’elle sera visible du grand public. « En 1936,raconte Jean-François Caré, le secrétaire général de l’institut, la métallurgie et le syndicalisme étaient florissants. Plusieurs châteaux avaient été achetés, dont celui de Vouzeron. Il a servi notamment pour des colonies de vacances. » Peu après la seconde Guerre Mondiale, c’est comme maison de repos pour métallos que le château est utilisé. Et c’est à ce titre que Jean Amblard y est hébergé, de 1945 à 1952, son engagement dans la résistance lui ayant coûté une jambe et les phalanges de sa main droite. « Pour remercier la métallurgie, il a peint pendant sa convalescence six grandes fresques qu’il nous a offert, poursuit Jean-François Caré. Les oeuvres sont restées dans le château jusqu’à sa vente il y a six ou sept ans. Puis elles sont restées entreposées dans les archives de l’institut. » Composées de plusieurs toiles de joutes collées, ces oeuvres s’inscrivent dans le courant du réalisme social. Et lorsque l’institut décide de donner une seconde vie aux oeuvres par des prêts pour 99 ans, c’est presque naturellement que Le Marteau Pilon a été proposé à la ville de Louvroil. « Avec Annick (Mattighello), on a milité ensemble pendant des années au sein de la métallurgie, poursuit le féru de syndicalisme. Et la fonte, l’acier et le laminage ont marqué Louvroil. Or le pilon, c’est le début du laminage. Le tableau trouve donc toute sa place dans ce bassin qui veut garder son emploi industriel mais aussi la mémoire de ce qui s’est fait pendant des années. » « Heureuse évidemment » du prêt de l’oeuvre à sa ville, la maire de Louvroil Annick Mattighello, l’est tout autant de la réaction du conseil municipal. « L’oeuvre a été estimée à 10 000 euros et a dû être assurée. Mais le projet de délibération a été voté à l’unanimité. C’est assez significatif. L’oeuvre dépasse les clivages », a indiqué la première édile, avant d’inviter « tous les métallos d’aujourd’hui et les anciens d’Usinor » à se joindre samedi matin au vernissage de l’oeuvre. Elle sera accompagnée d’une exposition réalisée à l’occasion du 100 e anniversaire de la naissance d’Amblard et de Taslitzky, « rencontre entre les ouvriers et les artistes ». •

CATHERINE BOUTEILLE

Publié dans Culture, METALLURGIE, PRESSE | Pas de Commentaires »

 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | You're on my official's WEB...
| air du temps
| hikmaphilo