• Accueil
  • > Recherche : cgt reforme retraite 2013

Résultats de votre recherche

SAMBRE AVESNOIS, territoire sinistré… le 9 octobre, Révoltons nous !

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 29 septembre 2013

La journée de grève et de manifestation du 10 septembre a été un succès en Sambre Avesnois avec une manifestation qui a rassemblé 600 salariés, retraités et privés d’emploi dans les rues de Maubeuge.

Cette journée d’action interprofessionnelle et nationale, centrée sur le projet de Loi de réforme des retraites régressive pour les salariés, les retraités, les jeunes, concocté par un gouvernement socialiste, a mis en évidence plus largement les effets néfastes des politiques d’austérité et de rigueur imposées aux peuples d’Europe.

Sur le territoire Sambre Avesnois, déjà lourdement frappé par le chômage de masse, la rentrée apporte son lot de Plans Sociaux avec de nombreuses suppressions d’emplois ( AGC Glaces de Boussois, Apreva ex- Mutuelle de la Sambre, …)

C’est bien d’un autre cap économique dont nous avons besoin : relance de la croissance par une politique industrielle, générant des emplois, donc du pouvoir d’achat et des cotisations pour financer une protection sociale de haut niveau.

Une pétition au Président de la République vous est proposée pour faire entendre la voix de la population de notre territoire Sambre Avesnois qui meurt économiquement depuis plus de 30 ans… Sur ces mêmes questions, nous interpellerons le MEDEF local et les députés socialistes de l’arrondissement, MM PAUVROS ET BATAILLE.

Que va-t-il bientôt rester pour vivre et travailler en Sambre Avesnois ? Quel avenir pour notre jeunesse ?

Pour faire entendre notre voix,  la CGT appelle les salariés, retraités, privés d’emploi et plus largement la population de Sambre Avesnois a une nouvelle journée de grève et de manifestation

le 9 OCTOBRE 2013 à 9h30 à AVESNES SUR HELPE. (Départ : Gare d’Avesnes)

(A cette occasion, les pétitions seront remises au Sous Préfet, représentant de l’Etat.)

IL EST GRAND TEMPS DE NOUS REVOLTER ! MOBILISONS NOUS MASSIVEMENT POUR CRIER NOTRE COLERE LE 9 OCTOBRE !

SAMBRE AVESNOIS, territoire sinistré... le 9 octobre, Révoltons nous ! dans Actions_locales tract9-10-13-001-221x300tract9-10-13-002-221x300 dans EMPLOI

 

 

 

 

 

 

 

 

 

carte_direction_verso-130913ul-maubeuge-300x211 dans Luttes

Publié dans Actions_locales, EMPLOI, Luttes, Retraites | Pas de Commentaires »

FINANCER LES RETRAITES, C’EST POSSIBLE

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 31 juillet 2013

Le gouvernement Hollande s’apprête dès la rentrée à porter un nouveau coup au régime général de retraite.

Dans la même logique que les réformes précédentes, les actifs et retraités seraient appelés à supporter de nouveaux reculs. Parmi les « pistes » avancées par le rapport Moreau : allongement de la durée de cotisation pour bénéficier d’une retraite à taux plein, voire recul de l’âge légal de la retraite, alignement de la CSG des pensions sur celle des salaires, désindéxation de l’évolution des pensions sur l’évolution des prix,…
Selon eux, ces mesures seraient inéluctables pour équilibrer le régime général de retraite, dans le contexte de réduction des dépenses publiques imposé par Bruxelles et les marchés financiers. C’est une logique d’austérité et de rigueur qui nous enfonce dans la récession et l’augmentation du chômage.

Pourtant de l’argent pour financer les retraites, il y en a !!! et une autre répartition des richesses permettrait de financer une retraite de haut niveau.
Et de l’argent, il pourrait y en avoir bien plus encore si le gouvernement changeait de cap dans sa politique économique en favorisant la croissance, notamment en développant une véritable politique de relance industrielle et donc l’emploi et les salaires.
Car notre système de protection sociale par répartition est avant tout financé par les cotisations assises sur les salaires.

La CGT a une analyse et des propositions alternatives à cette constante dégradation des retraites imposée par les gouvernements successifs, de droite comme de gauche. (voir ci dessous)
Elle appelle les salariés, les privés d’emploi et les retraités à s’en saisir, à en débattre et à se mobiliser pour faire front face à cette nouvelle offensive.
L’Union Locale CGT Maubeuge et les syndicats CGT du territoire iront à la rencontre de la population et des salariés dans les entreprises durant cet été pour engager ce débat et construire ensemble la forte mobilisation indispensable à la rentrée.

Vous pourrez nous rencontrer régulièrement sur les marchés des principales localités du Bassin de la Sambre et nous serons présents toute la journée lors de la Foire à l’Ail de Feignies le dimanche 25 août prochain.

Les syndicats CGT appellent à participer massivement aux grèves et manifestations programmées le 10 SEPTEMBRE 2013 dans tout le pays :

A MAUBEUGE : MANIFESTATION LE 10 SEPTEMBRE 2013 A 9H30
Départ HOTEL DE VILLE DE MAUBEUGE
A LILLE : MANIFESTATION LE 10 SEPTEMBRE 2013 A 14H30
Départ PORTE DE PARIS

SALARIES, PRIVES D’EMPLOI, RETRAITES, JEUNES ET MOINS JEUNES, NOUS SOMMES TOUTES ET TOUS CONCERNES ! TOUS ENSEMBLE FAISONS OBSTACLE A CES NOUVEAUX RECULS ET IMPOSONS D’AUTRES SOLUTIONS !

FINANCER LES RETRAITES, C'EST POSSIBLE dans Actions_nationales retraites-2-tracts-ud3-212x300retraites2-2-tracts-ud1-212x300 dans Actions_nationalesretraites3-2-tracts-ud1-212x300retraites4-2-tracts-ud-212x300

pour agrandir les tracts, cliquer sur une des pages et faites dérouler en cliquant sur les flèches situées à droite et à gauche de chaque page

Publié dans Actions_nationales | 1 Commentaire »

Retraités CGT – Assemblée Générale 5 juin 2013 – Armentières

Posté par onsbouge le 21 mai 2013

Retraités CGT - Assemblée Générale 5 juin 2013 - Armentières dans Actions_régionales cgt-retraites_2USR CGT NORD

SYNDICAT CGT DES RETRAITÉ(E)S
Bourse du travail – Pl.J.GUESDE – 59280 ARMENTIERES

TEL : 03 20 77 21 92 – www.ulcgtarmentieres.over-blog.com

-

Assemblée générale
Mercredi 5 Juin 2013 de 14h à 16h
Union locale CGT Armentières

-

2013 : Quelle réforme pour les retraites ?

Si elle n’en sera pas le sujet unique, la réforme des retraites sera bien évidemment au centre de la deuxième conférence sociale convoquée les 20 et 21 juin par le gouvernement.
Le Medef a déjà fait valoir ses revendications auprès du Premier ministre : « Notre préconisation est d’allonger la durée de cotisation à 43 ans d’ici 2020 et de repousser l’âge légal de la retraite à au moins 65 ans à l’horizon 2040″, a revendiqué la patronne des patrons à la sortie de Matignon le 13 mai.

Par ailleurs, les négociations sur les régimes complémentaires Arrco et Agirc conclues le 13 mars dernier par un accord non signé par la CGT ont débouché, notamment, sur un mécanisme de revalorisation des pensions inférieure à l’inflation qui aura des conséquences extrêmement néfastes pour les retraités actuels en termes de pouvoir d’achat, mais également pour les retraités futurs. Le gouvernement n’a pas caché qu’il pourrait s’inspirer de cet accord pour la réforme des retraites qu’il va conduire dans les mois prochains.

La CGT va aborder cette réforme en portant une série de propositions fortes, notamment une réforme structurelle du financement des retraites qui passe par l’augmentation des salaires, ainsi que par l’emploi et la croissance.

Elle entend s’opposer à une nouvelle adaptation du système actuel qui consisterait en un allongement de la durée des cotisations ou une baisse du montant des pensions.

Une bonne réforme, c’est possible ?

OUI !  Il est possible d’imposer une réforme des retraites qui :

  • corrige les effets des réformes régressives passées
  • assure pour toutes les générations, notamment les plus jeunes, un niveau de pension convenable dès 60 ans,
  • reconnaisse la pénibilité en permettant des départs anticipés.

Alors que les profits des grands groupes sont florissants, que les dividendes versés aux actionnaires ont progressé 7 fois plus vite que la masse salariale ces trente dernières années, que des dirigeants d’entreprises s’octroient des salaires annuels supérieurs à ce que plus d’un salarié sur deux ne gagnera pas sur toute une vie, qui osera prétendre qu’il n’y a pas d’argent pour les retraites ?

La CGT propose des solutions durables pour un bon niveau de retraite

A quel âge pourra-t-on demain partir à la retraite ? Avec quel montant de pension ? Comment assurer durablement le financement du système ? C’est pour répondre précisément à ces questions que la CGT formule les propositions qui suivent. 

Ces propositions que la CGT avait mises au cœur du débat sur la réforme des retraites Fillon en 2010 restent de pleine actualité si l’on veut répondre aux besoins des salariés, des retraités, trouver les financements nécessaires.

  • Garantir la possibilité de prendre sa retraite dès 60 ans.
  • Des pensions d’au moins 75 % du revenu net d’activité pour une carrière complète.
  • Justice et réduction des inégalités.
  • Assurer le financement des retraites.
  • Faire contribuer tous les revenus.
  • Une autre politique de l’emploi.
  • Augmenter et moduler les cotisations patronales.
  • Bâtir une Maison commune des régimes de retraite

Les politiques  libérales menées en France c’est 5 millions  de  chômeurs,  10 millions  de  pauvres, 300 000 chômeurs de plus  fin 2013. L’austérité aggrave la crise. La France est en récession tous les voyants économiques sont au rouge : consommation – 0,4%, pouvoir d’achat – 0,9%, croissance – 0,2%, production – 2,2%, investissements – 1,2%. Il est urgent de  changer  de  cap. On fait  cadeau aux grosses entreprises  de 20 milliards d’€ sous forme de crédit d’impôts, qui  s’ajoute aux 172 milliards d’aides dont elles ont bénéficié déjà, sans que soit contrôlé leur efficacité en terme d’emplois et d’investissements productifs.

A l’inverse on annonce de nouvelles mesures qui vont impacter le pouvoir d’achat: hausse de la TVA ( 7 milliards d’euros), mise en place de fiscalité écologique (3 milliards d’euros).

Une chose est certaine c’est que le pouvoir d’achat des retraités qui a déjà perdu 20 % en 20 ans,  subi à nouveau une baisse :

Création d’une nouvelle contribution sur les revenus imposables des pensionnés de 0,3 % dès le 1er avril 2013, devant servir à financer la future réforme de la dépendance. La mise en place de cette taxe revient à dire clairement que la future loi sur la dépendance sera financée par l’impôt et non par les cotisations sociales. Tout laisse à penser que si cette loi ne se fait pas dans le cadre de la Sécurité sociale dans le futur c’est la Sécurité sociale qui sera financée par l’impôt… Cela ne diffère pas  des projets antérieurs qui à terme conduisent à la recherche de solutions individuelles et au recours au secteur assurantiel pour ceux qui en ont les moyens. Le gel du barème sur l’impôt, cela, après le gel voulu par le précédent gouvernement pour 2012. Des milliers de retraités sont à nouveau imposables en 2013. Rappelons que : Sarkozy-Fillon, ont supprimé en matière d’Impôt sur le Revenu la demi-part supplémentaire attribuée aux veuves, veufs, divorcé(e)s, séparé(e)s et célibataires vivant seuls.

Nous ne pouvons accepter qu’une majorité qui a été élue pour conduire une autre politique que celle de Sarkozy-Fillon ne remette pas en cause ces mesures. Il faut se mobiliser pour exiger une autre politique fiscale et empêcher que de nouveaux mauvais coups ne voient le jour.  LES RETRAITÉ-E-S NE SONT PAS DES VACHES Á LAIT ! ils disent NON à l’austérité et exigent des mesures immédiates !

Pour préparer la conférence sociale, convoquée les 20 et 21 juin, la CGT a appelé les salariés et les retraités à faire irruption sur le terrain social. La future réforme des retraites, à l’ordre du jour de cette conférence  « va nécessiter une mobilisation d’ampleur ». Aujourd’hui en France, la question du rapport de force est une question essentielle. Il faut que les salariés et les retraités s’occupent de leurs affaires, le résultat d’une  négociation, c’est avant tout le résultat d’une mobilisation. Il faut que les salariés et les retraités arrêtent de penser que les syndicats, dans le cadre de négociations, peuvent obtenir des choses s’ils n’investissent pas le terrain social et s’ils ne se mobilisent pas. Pour en discuter ensemble nous vous invitons :

le Mercredi 5 Juin 2013 à 14h Union locale CGT Armentières

à L’Assemblée Générale – VENEZ NOMBREU(S)ES

Publié dans Actions_régionales, Dates A Retenir, Luttes, Retraites | Pas de Commentaires »

Retraites

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 8 mars 2013

Retraites  dans Luttes cgt-2-228x300

Les négociations 2013 sur les retraites

Syndicats et patronat sont dans la dernière ligne droite des négociations sur les retraites complémentaires. Le Medef prétend faire encore baisser le pouvoir d’achat des pensions et raboter les futurs droits à retraite des actifs. De son coté le gouvernement envisage aussi des mécanismes qui pourraient accentuer le décrochage du niveau de vie des retraités. Les syndicats tiennent bon et exigent une augmentation de la cotisation patronale pour équilibrer les régimes. La CGT a fait des propositions de nature à équilibrer l’Agirc et l’Arrco à l’horizon 2017. Il va beaucoup dépendre de la mobilisation des salariés pour imposer d’autres choix.

La suite ici

_____________________________________

DANS LA PRESSE

Social-Eco – humanite dans PRECARITE le 7 Mars 2013

retraiteps dans PRESSE

Jean-Marc Ayrault, Ségolène Royal, Harlem Désir, Martine Aubry et Benoît Hamon
à la manifestation parisienne contre la réforme des retraites, 19 octobre 2010.

Retraites

Réforme des retraites : de dangereuses pistes

Article de l’Humanité ICI

Publié dans Luttes, PRECARITE, PRESSE, Retraites | Pas de Commentaires »

Plan de lutte contre la pauvreté !?

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 25 janvier 2013

CGT

Plan de lutte contre la pauvreté

Les contradictions gouvernementales

vendredi, 25 janvier 2013

Comment dégager des milliards de fonds publics pour sauver les banques, pour injecter dans les entreprises sous prétexte de « favoriser l’emploi », saluer un accord qui précarise encore plus l’emploi et porte en germe un durcissement des conditions d’accès à l’assurance chômage, rechercher à réduire la dépense publique et les moyens des services publics et dans le même temps afficher l’objectif de lutter contre les situations de pauvreté et d’exclusion sociale et professionnelle ?

Les limites du plan intitulé « lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale » présenté par le Premier Ministre sont contenues dans l’orientation même des politiques gouvernementales de réduction des dépenses publiques et de réponses aux revendications patronales.

La CGT apprécie la volonté affichée d’agir contre la pauvreté qui frappe de plus en plus de jeunes, de salariés, de privés d’emploi et de retraités ainsi qu’un discours à l’opposé des stigmatisations antérieures. Elle se félicite que des mesures soient enfin prises pour scolariser les enfants de moins de 3 ans, pour étendre la couverture maladie universelle complémentaire ainsi que l’accès aux tarifs sociaux pour le gaz et l’énergie, pour augmenter le nombre de places d’hébergement d’urgence, pour permettre l’effectivité des droits existants (RSA activité notamment).

La CGT note avec satisfaction que certaines de ses propositions avancées lors de la Conférence ont été prises en compte notamment la reconnaissance du droit à l’accès à l’emploi pour tous, l’intégration des questions d’insertion et de pauvreté dans les négociations, l’articulation entre accompagnement social et professionnel, l’inclusion de clauses sociales dans les marchés publics ainsi que la nécessité, au niveau européen, de reconnaître la spécificité des services publics d’intérêt général et de garantir les subventions consacrées à l’aide alimentaire.

Cependant, la CGT déplore qu’aucune mesure ne soit consacrée aux retraités alors que toutes les études confirment l’extension de la pauvreté parmi eux. Le COR (conseil d’orientation des retraites) vient de confirmer que les réformes successives des retraites participaient à l’accroissement du nombre de pauvres parmi les retraités.

Elle relève qu’un nombre important de dispositions annoncées sont de fait conditionnées à la consultation de « groupes de travail » ou « commission » retardant de fait leur mise en œuvre. De plus, leur composition manque de transparence ; les organisations syndicales en seraient à priori exclues.

Faute de vouloir engager les moyens financiers à la hauteur exigée par ce fléau de la pauvreté, le plan présenté par le Gouvernement risque ni de répondre aux urgences sociales, ni de permettre la réalisation des objectifs affichés (droit à la santé, au logement, à la culture, etc….) ni de prévenir les processus d’exclusion. L’accord signé le 11 janvier avec les organisations patronales, les récentes déclarations du Président de la Cour des Comptes sur le régime d’assurance chômage ne participent pas non plus d’une volonté partagée de s’attaquer aux causes de la pauvreté et de l’exclusion.

La CGT est également désagréablement surprise de l’absence de création d’une véritable « allocation d’autonomie jeunes » alors que les jeunes comptent parmi les catégories les plus touchées par la pauvreté. L’expérimentation d’un CIVIS revisité dans plusieurs départements est très loin d’assurer un revenu minimum d’existence, tel que préconisé par la Confédération Européenne des Syndicats.

La CGT entend intensifier ses initiatives pour que des moyens financiers et humains soient dégagés afin d’engager des politiques publiques ambitieuses et efficaces dans la lutte contre la pauvreté et l’exclusion. Elle engage, dans un même mouvement, une mobilisation pour contrer les aspects dangereux de l’accord signé le 11 janvier dont ceux précarisant encore plus l’emploi.

Pour la CGT, il est urgent de « changer de braquet », de s’orienter résolument vers une autre répartition des richesses créées, de cesser les politiques d’austérité et de répondre aux seuls vœux du patronat.

Ces conditions sont indispensables pour gagner une sécurité sociale santé et professionnelle, le droit au travail pour toutes et tous.

Montreuil, le 25 janvier 2013

Publié dans Chômage, EMPLOI, Fiscalité, Luttes, PRECARITE, Services publics | Pas de Commentaires »

Parisot est entrée en campagne !

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 24 février 2012

Parisot est entrée en campagne ! dans Fiscalité cgt-ufict1

 

im386 dans RetraitesEnfin les choses sérieuses commencent. Il n’aura échappé à personne que l’entrée en campagne de Nicolas Sarkozy sifflait la fin de la rigolade, mais il est une entrée en campagne qui, la veille, est passée presque inaperçue. La patronne des patrons, auteure du « Besoin d’air » de 2007 réitère son opération en ajoutant une simple voyelle. Laurence Parisot a donc lancé le programme du Medef le jour de la Saint-Valentin en l’intitulant cette fois « Besoin d’aire ».

La voyelle qui change tout pour une soupe dont on connaît, hélas, le parfum. « Les entreprises ont cette fois-ci besoin d’aire, avec un « e ». Elles ont besoin de nouveaux horizons, de nouvelles frontières, besoin de conquérir », a cru bon de préciser le phare de la pensée patronale avant de dérouler les « 23 axes pour une compétitivité équitable ». Pas gonflée, pas complexée pour deux sous, Laurence Parisot parle d’équité alors que la veille toute la presse relevait que la rémunération moyenne des dirigeants des entreprises du CAC 40 a fait un bond de 34 % en 2010.
Après avoir tout ou presque obtenu de son candidat de 2007 (sauf l’insigne honneur d’être invitée au Fouquet’s), Laurence Parisot nous trace la feuille de route pour les cinq ans à venir.
Accrochons-nous, ça va saigner. Elle en appelle à la remise en ordre des finances publiques. Le Medef prône ainsi une accélération de la réduction du déficit public pour atteindre l’équilibre en 2015 et Laurence Parisot se dit favorable à la règle d’or budgétaire prévue dans le nouveau traité européen. Le Medef souhaite privilégier une réduction des dépenses respectant le credo « 2 pour 1 », c’est-à-dire deux fois plus d’économie sur les dépenses publiques que de hausse des prélèvements fiscaux et sociaux. Selon Laurence Parisot, il faut également accélérer la règle de non-remplacement des fonctionnaires d’État -de 1 sur 2 actuellement à 2 sur 3-, et l’instaurer au niveau des collectivités territoriales (1 sur 2 non remplacé). La patronne du Medef plaide pour la reprise en 2013 du débat sur « un nouvel âge de départ à la retraite » car le report de l’âge légal à 62 ans en 2017 ne suffit pas à garantir l’équilibre du système à échéance 2030. Elle veut aussi une réforme de l’assurance maladie qui est dans un « équilibre périlleux ». C’est donc toujours plus de libéralisme, de coupes claires dans les services publics et toujours moins de partage de la richesse. Et comme il faut bien innover, Laurence Parisot propose aussi la création d’un ministère de la Femme, avec une action transversale pour faire avancer la parité. Transversale, mais surtout pas de sanctions, pas de pénalité contre les entreprises qui refusent d’appliquer le cortège de textes français et européens qui depuis des années sont sensé établir l’égalité entre les femmes et les hommes

Publié dans Fiscalité, Retraites, Services publics | Pas de Commentaires »

Réforme des retraites… Merci

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 21 février 2012

Réforme des retraites... Merci dans Luttes CGT-UL-DE-MAUBEUGE-ET-ENVIRONS-Copie-204x300

Sans Assedic, sans retraite… on fait comment ?!

Témoignage d’un syndicaliste

Je ne partirais pas en retraite….

À cause de Sarko, je risque d’être en fin de droits bientôt !

 

Je me retrouve dans la même situation que de nombreux seniors, dont les ex-Renault, bientôt sans Assedic ni retraite, vivant un véritable drame social loupe21 dans METALLURGIE Voir Article de l’Humanité.

Tout le monde se souvient de la réforme de Sarko en novembre 2010, remettant en cause la retraite à 60 ans et les conditions d’alors des retraites anticipées pour carrières longues.

Pourtant il y a eu de nombreuses luttes pendant 18 mois, de Mars 2009 à Octobre 2010, rassemblant au total plus de 7 millions de personnes dans les rues. Ce mouvement social était également soutenu par 75 % de la population.

Malgré cette mobilisation importante, Sarko a imposé son diktat. Et de nombreux salariés sont obligés de rechercher du travail, alors qu’ils attendaient la retraite. C’est mon cas…

En 2009, mon employeur, Jeumont-Électric, délocalise mon service. Je suis licencié pour raison économique en fin d’année 2009.

À l’époque, je ne me fais pas trop de soucis, puisque Pôle emploi me garantit 36 mois d’indemnisation chômage, en attendant la retraite. De plus, j’ai droit à la retraite anticipée pour carrière longue, puisque j’ai commencé à travailler à l’âge de 15 ans et que j’aurais la durée d’assurance nécessaire le 1er décembre 2012, à 59 ans.

Mais voilà, la loi de 2010 porte le nombre de trimestres nécessaires à 165 trimestres. Et comme si cela ne suffisait pas, cette réforme s’est encore accélérée en juillet 2011, avec le plan de rigueur. L’âge l’égal de la retraite d’un salarié qui, comme moi, est né en 1953, est désormais porté à 62 ans… Un scandale !!!
(Clic sur l’image)
Ca-saggrave-en-2011-300x279 dans PRECARITE

Dans ma situation, je peux toujours partir en retraite anticipée pour carrière longue. Sauf que selon les règles désormais en vigueur, ce départ ne peut avoir lieu au plus tôt qu’à 59 ans et 8 mois,
c’est-à-dire le 1er août 2013… Et qu’il me faut aussi maintenant 2 trimestres supplémentaires…

Sans ces 2 trimestres supplémentaires à obtenir avant le 1er décembre 2012, je me retrouverai en fin de droits à cette date, avec environ 400 euros par mois d’Allocation de Solidarité Spécifique (ASS)….
Et cette situation pourrait même durer, jusqu’à l’âge légal de la retraite à 62 ans, c’est-à-dire jusqu’au 1er décembre 2015…. La misère !!!

Il ne me reste donc plus qu’à trouver un « job » avant le 1er décembre 2012… N’importe quel « job » (même si c’est du précaire)…. Les allocations chômage pourront alors être suspendues, pour reprendre à l’issue de ce « job », jusqu’au prochain…. Et ainsi de suite, « jouer les prolongations » jusqu’à l’obtention des 2 trimestres manquants.

En espérant les avoir avant le 1er août 2013 ??

…Des camarades, en plaisantant, me suggèrent même de changer de nom…..

Un syndicaliste

_______________________________________________________

Publié dans Luttes, METALLURGIE, PRECARITE, Retraites, Salaires, Services publics | Pas de Commentaires »

Représentativité et droit de grève

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 25 novembre 2011

cgtconf8.gif

L’organisation internationale du travail conforte la démarche de la Cgt !

jeudi 24 novembre 2011

PDF - 141.5 ko
texte en pdf

Deux décisions du Comité de la Liberté Syndicale de l’OIT, l’une portant sur la représentativité, l’autre sur les réquisitions de salariés grévistes, viennent de conforter les positions de la CGT. Le Comité de la Liberté Syndicale est une instance tripartite chargée de juger les éventuelles infractions des gouvernements aux conventions 87 (libertés syndicales) et 98 (négociations collectives), composée en nombre égal de représentants des travailleurs, des employeurs et des gouvernements issus des 183 pays membres de l’OIT.

1. Avis du comité sur la représentativité

Ainsi, dans le cas de la représentativité, les deux grands principes posés par la loi du 20 août 2008 et donc de la position commune, sont reconnus comme conformes aux normes internationales du travail. Ainsi, l’établissement de seuils de représentativité ouvrant le droit à la conduite de la négociation collective au niveau des entreprises, des branches ou au plan interprofessionnel, de même que la définition d’un seuil (30 % des suffrages) pour valider les accords collectifs, sont conformes aux conventions de l’OIT (paragraphes 927 à 929, 933 et 958 à 961 des conclusions).

Globalement, le Comité de la Liberté Syndicale renvoie dans sa recommandation l’appréciation sur l’opportunité d’éventuelles améliorations de la loi à une instance française, en l’occurrence le Haut Conseil du Dialogue Social, qui doit rendre en 2013, à l’issue du premier cycle électoral depuis l’entrée en vigueur de la loi, un avis sur les résultats de la mesure d’audience des organisations syndicales. Le Comité propose notamment que des discussions s’ouvrent, au sein du HCDS, sur la question du choix du délégué syndical ou encore sur la fréquence des élections (et donc la durée des mandats) mesurant la représentativité. La CGT s’inscrit pleinement dans cette démarche d’amélioration de la loi ; nous continuons d’ailleurs de revendiquer une validation majoritaire des accords, le retour à un mandat de 2 ans et la mise en place de la représentativité patronale.

Cette recommandation illustre d’une certaine manière que le Comité de la Liberté Syndicale considère que les différences d’appréciation sur la loi du 20 août ne sauraient être arbitrées au niveau de l’Organisation Internationale du Travail et qu’elles ne peuvent s’harmoniser qu’au niveau français, dans le cadre des instances et des procédures existantes.

2. Avis du comité sur les réquisitions

Pendant le mouvement sur les retraites de l’automne 2010, le droit de grève a été menacé par les possibilités de réquisitions ouvertes par l’article L. 2215-1 du Code Général des collectivités territoriales. En effet, les salariés grévistes de différents établissements pétroliers ont été contraints, par arrêté préfectoral, à reprendre le travail sous peine d’une sanction pénale !

Pour faire sanctionner ces actes qui nous paraissaient violer les conventions 87 et 98, la CGT a déposé une plainte devant le Comité de la Liberté Syndicale en février 2011. Dans son avis adopté par le CA de l’OIT le 17 novembre dernier, le Comité condamne les pratiques du gouvernement. Ainsi, il demande à la France d’encadrer fortement sa procédure de réquisition en mettant en place une concertation avec les représentants patronaux et des travailleurs et en faisant trancher les éventuels désaccords par une autorité indépendante. Cela signifie que les préfets n’auront plus l’occasion de prendre unilatéralement des arrêtés de réquisitions dans les secteurs non essentiels, c’est-à-dire les services dont l’interruption ne met pas en danger, dans l’ensemble ou dans une partie de la population, la vie, la santé ou la sécurité de la personne.

Cette décision porte un coup d’arrêt à toute utilisation discrétionnaire des réquisitions dans les secteurs non essentiels. L’absence de concertation fut une constante dans le dossier de la réforme des retraites. C’est finalement l’OIT qui rappelle au gouvernement français que le dialogue social ne peut pas être ainsi ignoré mais doit permettre aux acteurs concernés de trouver des solutions adaptées.

La restriction des possibilités de réquisitionner est donc une grande victoire syndicale, acquise par la CGT à l’occasion de sa première démarche de plainte devant l’OIT.

Montreuil, le 24 novembre 2011

 

Publié dans LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES | Pas de Commentaires »

SMIC

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 16 décembre 2010

cgt2.jpg 

Commission Nationale de la Négociation collective

14 décembre 2010

Déclaration de la C.G.T.

 

Selon des informations distillées par le gouvernement avant même notre réunion, il n’y aurait pas de coup de pouce pour le Smic, pour la 5ème année consécutive, au prétexte de ne pas pénaliser l’emploi et la hiérarchie des salaires, alors que les salariés ayant les plus bas salaires et le moins de qualifications reconnues sont les plus exposés au chômage ! Cherchez l’erreur !

Pourtant la crise est toujours là, les injustices et les inégalités de plus en plus criantes. C’est ce qu’ont exprimé des millions de personnes dans le mouvement inédit contre la réforme des retraites, qui portait aussi l’exigence de créations d’emplois et d’augmentations de salaire.

La crise a été utilisée pour ne pas augmenter les salaires, mais pour les actionnaires tout va bien merci.

En 2009, alors que la masse salariale des entreprises a baissé de 9,9 % sur 2008, en plein cœur de la crise, les dividendes eux ont progressé de 3 % !

Le journal « Les échos » peut ainsi dire qu’au premier semestre 2010 « les entreprises du CAC 40 sont assises sur un confortable matelas de cash. Les vedettes de la cote disposent de près de 150 milliards de trésorerie, de quoi soigner leurs actionnaires et relancer les acquisitions ».

On nous oppose régulièrement le « coût du travail » trop élevé en France par rapport aux autres pays européens. La vérité oblige à dire que rien n’est plus faux !

Chiffres à l’appui - du Conseil des prélèvements obligatoires … pas de la Cgt - le « coût du travail » en France, se situe dans la moyenne des pays qui ont à peu près le même niveau de développement économique et social. Par contre, la France se situe dans le peloton de tête en ce qui concerne la productivité du travail …

Lire la suite… »

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

Bienvenue sur le site des syndicats CGT Maubeuge et environs

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 17 novembre 2010

 

Union Locale CGT de Maubeuge

et environs

Locaux situés 61,  rue Jeanne d’Arc – Espace Victor Hugo – Bât. E –  59600 Maubeuge (ancien collège Vauban )

Bienvenue sur le site des syndicats CGT Maubeuge et environs dans Actions_européennes t%C3%A9l%C3%A9phone1-148x150 09 63 44 17 53 fax1-143x150 dans Actions_européennes 03 27 64 64 50  @ cgt.maubeuge@laposte.net

Syndiquez-vous en ligne, ICI

_________________________________________

Septembre – octobre 2013, …une rentrée de luttes et de fortes mobilisations pour exiger un changement de cap économique et social et une autre répartition des richesses !

la CGT appelle les salariés, les retraités et privés d’emploi à se mettre en grève et à manifester à AVESNES SUR HELPE LE 9 OCTOBRE 2013 à 9h30 (Départ : Gare d’Avesnes) pour exiger un changement de politique économique au service de l’emploi et une réforme des retraites qui réponde à nos besoins et à nos attentes.
-

Publié dans Actions_européennes | 2 Commentaires »