Résultats de votre recherche

Jean-Claude Latouche – Hommages

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 3 janvier 2013

Jean-Claude Latouche - Hommages dans Chômage cgt-ul-maubeugeetenvirons41-102x150jean-claude-latouche dans Dates A Retenir

HOMMAGES A JEAN-CLAUDE LATOUCHE

Par Jean-Luc HULIN
UL CGT de Maubeuge et Environs

Avec JEAN-CLAUDE, la CGT de SAMBRE AVESNOIS a perdu l’un de ses camarades des plus sympathique et attachant tant il était à l’écoute et au service des autres.

La nouvelle de sa mort soudaine nous a toutes et tous plus que peinés,
elle nous a meurtris.

Jean-Claude était le Militant par excellence.

Je l’ai connu à l’usine des FACEJ comme on disait dans le temps, devenu JEUMONT-SCHNEIDER et enfin JSPM. Il a été de tous les combats des salariés de cette entreprise et de la région en général.

Ouvrier aux ateliers de montage de la Division du Matériel Électrique, il y a fait ses classes syndicales avec des acteurs historiques du syndicalisme CGT DE SAMBRE AVESNOIS.

Jean-Claude FONTENELLE, Ambroise PERIN et Pierre DELMARLE sont des noms qui restent en notre mémoire.

Lire la suite… »

Publié dans Chômage, Dates A Retenir, Energie, HISTOIRE, Retraites | 1 Commentaire »

Edmond Wanic… né un 7 juin 1942

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 10 juin 2012

DANS LA PRESSE

LA VOIX DU NORD – Journal numérique

Soixante-dix ans dont quarante de militantisme CGT pour Edmond Wanic

Publié le 10/06/2012 à 03h03

Le Hautmontois Edmond Wanic a été mis à l’honneur cette semaine pour ses soixante-dix printemps et ses quarante ans de militantisme à la CGT.

 Edmond Wanic en 2010 lors d'une manif européenne à Bruxelles, avec des syndicalistes polonais de Solidarnosc.

 

Impossible d’arpenter les couloirs de l’union locale CGT de Maubeuge, hier boulevard Pasteur et désormais espace Victor-Hugo rue Jeanne-d’Arc, sans tomber sur lui. Edmond Wanic, c’est le Belphégor de l’UL, sauf qu’il est bien vivant, debout, et toujours en mouvement.

C’est le 7 juin 1942 que l’intéressé a vu le jour à Hautmont, coron des Polonais où les parents habitaient, ça va de soi. Le paternel, maréchal-ferrant, rêvait d’Amérique. Mais il y avait trois ans d’attente au guichet. Dembiermont cherche alors des forgerons. Wanic père déboule avec deux autres et un contrat de travail obtenu avant même d’avoir quitté la Pologne. Les trois effectueront toute leur carrière dans cette usine d’où sortaient notamment d’impressionnants vilebrequins pour moteurs de navires. A la faveur d’un déplacement dans l’Aisne, le père Wanic rencontre sa future femme, ce qui fait qu’Edmond, et sa soeur, qui deviendra institutrice, parleront français et non américain.

Ce n’est pas du côté paternel qu’il faut chercher pour trouver la transmission d’une quelconque fibre syndicale. Le militantisme actif est alors interdit aux étrangers. Ce qui n’empêche pas de s’y intéresser. C’est le petit Edmond qui traduit à son père les tracts distribués par la CGT et, surtout, la sacro-sainte chronique juridique de La Vie ouvrière. Car Edmond est bilingue, trilingue même, si on mentionne une parfaite maîtrise du patois.

Après des études au lycée technique de Maubeuge, un bac en dessin industriel, un emploi de moniteur dans cette spécialité aux Facej de Jeumont, un nouveau cycle d’études à Reims et seize mois de service militaire dans l’armée de l’air en Allemagne, Edmond Wanic entre véritablement dans la vie active en 1964, en Lorraine. Il embarque sur le navire-amiral de la sidérurgie française, chez Sacilor, à Gandrange-Rombas, Moselle. Imaginez : une emprise industrielle de douze kilomètres de long sur trois de large, douze mille hommes à bord, le ciel mosellan embrasé la nuit par une activité qui produit trois millions de tonnes d’acier par an. Pour se déplacer sur le site, le personnel dispose d’une flotille de… deux cents « deux-chevaux » Citroën.

C’est en 1972 qu’Edmond adhère au PCF et, un an plus tard, à sa courroie de transmission de l’époque, la CGT. Dans les quatre années qui précèdent, il est syndicalement dans ce que ses camarades d’aujourd’hui appellent une « erreur de jeunesse », autrement dit à la CFDT. « J’étos à la CFDT et au parti communiste, l’patron y n’y compréno pus rin », résume aujourd’hui Edmond, qui s’est donc vite ravisé.

A deux reprises, Edmond Wanic s’est aventuré sur le terrain électoral sous l’étendard du PCF, une fois aux cantonales à Vic-sur-Seille et une autre, comme « suppléant parachuté » précise-t-il, aux législatives, du côté de Sarrebourg, secteur tenu alors par un certain Pierre Messmer. Un parachuté face à un parachutiste. Le dessinateur industriel fera aussi partie d’une délégation française du PCF qui se rendra en URSS, chez le « grand frère ».

Remercié en 1993 à la faveur d’un énième plan acier mené à la hache, Edmond Wanic rapplique en Sambre où depuis il milite inlassablement contre ceux qu’ils continuent à nommer les « patrons », même si ceux-ci ont pratiquement disparu pour laisser la place à des cadres supérieurs qui appliquent des consignes venues de multinationales. Il est aux prud’hommes en soutien aux salariés où il expose une lecture intransigeante des textes, à Bruxelles, lors d’une manifestation de la confédération européenne des syndicats libres, dans la rue ces derniers temps pour distribuer des tracts électorauxet à l’UL, sa seconde maison. Et si parfois ça monte en décibels dans les couloirs, c’est parce qu’Edmond s’y trouve et qu’il n’est pas d’accord. •  J.-M. B.

Publié dans Culture, HISTOIRE, Luttes, METALLURGIE, PRESSE | 1 Commentaire »

EMPLOI – Hautmont – Entreprise PAQUET

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 26 avril 2012

DANS LA PRESSE

Début de mobilisation hier

à l’entreprise Paquet d’Hautmont en difficulté

mercredi 25.04.2012, 05:02 – La Voix du Nord

 Les représentants syndicaux, ici Sylvain Tilmant, de la CGT Paquet, ont appelé à la mobilisation. Les représentants syndicaux, ici Sylvain Tilmant, de la CGT Paquet, ont appelé à la mobilisation.

|  LES VISAGES DE L’ACTUALITÉ |

Pas facile d’attirer l’attention sur soi entre deux tours d’une élection présidentielle qui cristallise autour d’elle tous les débats. Les représentants syndicaux de l’usine Paquet d’Hautmont, en redressement judiciaire, et de l’union locale CGT s’y sont toutefois attelés hier.

L’entreprise d’usinage et de construction industrielle Paquet ne va pas très bien, comme on a pu le voir dans de précédentes éditions. Usine de fabrication de jouets à sa création en 1950, la société a trouvé d’autres débouchés à partir des années soixante-dix quand ses fondateurs ont créé et développé une activité de grosse mécanique d’industrie et de maintenance.

Dans la rubrique de l’actualité sociale récente, l’entreprise hautmontoise a fait parler d’elle à partir de la fin de l’année 2008, période à partir de laquelle le carnet de commande a connu une forte baisse. Onze salariés avaient alors été licenciés au moment du passage aux trente-cinq heures qu’ils avaient refusé. Fin mai 2011, Paquet a été placé en redressement judiciaire et onze départs sont intervenus dans le cadre du plan de redressement, ramenant l’effectif à soixante-dix personnes.

Toujours sous le coup de cette procédure, l’entreprise a rendez-vous le 21 mai au tribunal de commerce de Valenciennes qui examinera alors la situation et les éventuelles offres de reprise d’une activité plombée par un passif de 2,5 M E pour un chiffre d’affaires de 7 M E en 2011. La date limite du dépôt des candidatures a été fixée au 30 avril.

Une offre de reprise

C’est dans cette perspective que la CGT a lancé un début de mobilisation hier à l’une des entrées de l’entreprise où les salariés ont été conviés en début d’après-midi. Sylvain Tilmant, délégué CGT de l’usine et membre du CE, a brossé dans un premier temps le tableau de la situation devant le personnel.

EMPLOI - Hautmont - Entreprise PAQUET dans Licenciements paquet1-300x199Il a résumé l’impatience générale qui prévaut dans les ateliers où l’on attend depuis près d’un an que la situation s’améliore d’une part et, d’autre part, que des offre sérieuses soient déposées. Sur ce point précis, il semble qu’un candidat se soit manifesté, mais sans provoquer un grand enthousiasme du côté de la CGT, qui ne veut pas en dire davantage. Selon nos informations, il s’agirait d’un investisseur étranger qui a pris récemment en Sambre le contrôle d’une autre société industrielle avec, à la clef, des perspectives de développement jusqu’ici restées au point mort. Dans ce dossier comme dans celui de Paquet, les Cégétistes n’ont pas caché leur crainte quant à un éventuel « transfert de technologie » qu’on appelle encore délocalisation.

Venus de l’union locale avec Christophe Savaux, secrétaire général, d’autres syndicalistes se sont exprimés hier après-midi. André Chandelier, ancien des Tôles perforées, a creusé dans le filon de l’histoire syndicale sambrienne en rappelant que cette entreprise avait été sauvée après quinze mois d’occupation. « La situation n’est plus la même, mais vous ne pouvez plus continuer comme ça. Il faut populariser votre action. Il y a des formes d’action à mettre en place et dans l’urgence », a résumé le secrétaire de la section métaux.

Tonalité identique de la part de Jean-Marc Pourchau, de l’UL, qui a exhumé du même filon les « douze mille personnes » comptabilisées naguère dans les rues de Maubeuge pour l’entreprise Jeumont Schneider. Et puisqu’il est question de calendrier dans cette procédure, la date du 1er mai a été cochée hier après-midi comme point de départ de la mobilisation avec une place d’honneur réservée aux salariés de chez Paquet dans le traditionnel cortège de la fête du Travail, « avec vos bleus de travail et en famille », a suggéré Jean-Marc Pourchau qui a exhorté les salariés : « Ne baissez pas les bras et relevez la tête ». • J.-M. BOUTILLIER

Nous n’avons pas pu joindre Christophe Desmarez, directeur de l’entreprise.

Publié dans Licenciements, Luttes, METALLURGIE, PRESSE | Pas de Commentaires »

Point infos sur le site de l’UD CGT Nord

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 22 mars 2012

Point infos sur le site de l'UD CGT Nord la-cgt-nord4-300x60

_____________________________

Luttes, Déclarations, …

 

Bilan anti-social de la présidence Sarkozy

changer-de-politique1-194x300changer-de-politique2-195x300 changer-de-politique3-194x300 changer-de-politique4-192x300  fichier pdf electionbd-changer de politique

Gazage des salariés de Grandrange

29 mars 

21 mars meeting contre le racisme…

On ne lache rien ….LMCU

L’avenir de la presse régionale

Collectif « Pour un audit citoyen de la dette publique »

NAO

Lesquin: l’augmentation du trafic a besoin de moyens pour la sécurité

SNCF : Meeting pour le Fret

Korian l’âge bleu

Arc Distribution Wasquehal

Green Sofa Dunkerque

Carsat et Mairie de Trith St Léger

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

NAO JSPM Jeumont…

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 12 mars 2012

NAO JSPM Jeumont... dans LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES la-cgt-nord1-300x60

Point NAO :

JSPM Jeumont, Jean Lefebvre Nord, Vistéon Gondecourt, Stef Lesquin, Verriers St Gobain Aniche, Cappelle Pigments Halluin

JSPM AREVA, Jeumont Le 26 janvier dernier, l’intersyndicale (Cgt, Cfdt, Cgc, Fo) appelait les salariés du groupe AREVA à un débrayage suite à l’annonce par la direction d’un gel des salaires en 2012.…

Pour lire la suite cliquez ici

Publié dans LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Luttes, METALLURGIE, Salaires | Pas de Commentaires »

29 février 2012 – Maubeuge – Jeumont

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 29 février 2012

29 février 2012 - Maubeuge - Jeumont dans Actions_européennes CGT-UL-DE-MAUBEUGE-ET-ENVIRONS1-204x300

Manif 29 février 2012
Album : Manif 29 février 2012
Manifestation contre l'austérité, les salaires, l'emploi UL Maubeuge - CGT JSPM AREVA Jeumont
57 images
Voir l'album

____________________________

Hier à MAUBEUGE, à  9H30, à l’appel de l’Union locale de MAUBEUGE et environs à manifester contre « l’austérité », une cinquantaine de camarades était au rendez-vous.

L’Union locale de MAUBEUGE et environs a alors proposé de se rendre à JEUMONT où 350 salariés de JSPM filiale AREVA, en grève, devaient défiler le matin dans les rues de la ville pour « les salaires » et « l’emploi » (ce qui rejoignait la lutte contre l’austérité), proposition qui a été acceptée par majorité, et les camarades se rendu en caravane de voitures à JEUMONT pour manifester avec les salariés de JSPM.

L’après-midi, les Unions Locales AUNOYE-AYMERIES et MAUBEUGE et environs ont rejoint par bus la manifestation départementale à Lille prévue à 14 H 30 (voir ci-dessous article VDN)

____________________________

MANIFESTATION DÉPARTEMENTALE à LILLE à l’appel de la CGT

1 000 participants (800 CGT, 150 solidaires, 25 Fsu, 25 Unsa).

Dans le cadre de la journée de lutte européenne du 29 février, ce sont au total, près de 2.000 personnes qui ont manifesté dans le département.

______________________________

DANS LA PRESSE

LA SAMBRE

http://www.dailymotion.com/video/xp4s5e

LA VOIX DU NORD

Les salariés de JSPM étaient encore dans les rues hier, mais pas tout seuls…
jeudi 01.03.2012, 05:21 – La Voix du Nord

 Devant les grilles de l'entreprise, tous ont voté une motion pour annuler le gel des salaires. Devant les grilles de l’entreprise, tous ont voté une motion pour annuler le gel des salaires.

|  LES VISAGES DE L’ACTUALITÉ |

À l’entreprise JSPM, filiale d’Areva, depuis ce début de semaine, les jours ont tendance à se suivre et à beaucoup se ressembler. Après un sérieux coup de gueule lundi devant les grilles de l’entreprise jeumontoise, c’est dans la rue que plus de deux cents des salariés ont décidé de porter leur revendication. Et ils n’étaient pas les seuls…

PAR NATHALIE WAROUX

maubeuge@lavoixdunord.fr PHOTOS « LA VOIX »

Les salariés de JSPM ont démarré très tôt leur journée d’action. Dès 7 h 30 avec un piquet de grève devant les grilles du site jeumontois. Les rencontres avec la direction de l’entreprise, suite à un premier débrayage lundi, n’ont pas eu le succès espéré. Le gel temporaire des salaires et rémunérations les a incités cette fois à « gueuler » dans la rue. En tête de cortège, Bernard, 56 ans, demande qu’on reconnaisse à juste titre le professionnalisme des travailleurs de l’entreprise : « Et cela passe par une augmentation de salaire ». Ce père de famille totalise 37 ans de boîte et il est payé « avec (s)es primes, environ 2 000 euros brut ». Les primes, qui pourraient atteindre les 850 euros brut (dont 500 euros provenant du groupe), ne suffisent pas. « Une prime c’est temporaire ; et je pense que le gel des salaires va s’inscrire dans la durée. » Dans cette perspective, il ne voit pas bien l’avenir que peuvent avoir ceux qui débutent aujourd’hui avec leurs « 1 200 euros brut ». Derrière lui, Mickaël, 40 ans, a lâché Sevelnord et son poste d’agent qualité pour un contrat de qualification à JSPM avec CDI à la fin. Mais ça, c’était avant le plan d’action « Areva 2016 », car de CDI aujourd’hui il n’en est plus question, « juste des CDD, pour mon cas, jusqu’en septembre », pour d’autres jusqu’en juillet, ou encore des propositions de postes en CDI, mais dans d’autres sites du groupe. Une « avancée » locale qui n’empêche pas les salariés de maintenir leur mot d’ordre : « Pas de travail le samedi et respect des 7,7 h par jour. » Des mesures applicables de suite, accompagnées d’une motion visant à faire annuler le gel des embauches et des salaires, car « les salariés ne doivent pas payer les erreurs et les investissements du groupe ». Ils n’en démordent donc pas, « nous voulons 2,5 % d’augmentation avec un plancher de 70 euros pour tous ». La semaine prochaine, une action unitaire est d’ailleurs prévue dans toutes les usines du groupe Areva.

Publié dans Actions_européennes, Actions_locales, Actions_régionales, Fiscalité, METALLURGIE, PRECARITE | Pas de Commentaires »

AREVA – Action

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 27 février 2012

Aujourd’hui, 7 heures du matin, arrêt de travail spontané chez Areva ICT et Employés de bureau réunis. Une assemblée génénale déterminera de la poursuite du mouvement… à suivre !

L’arrêt de travail a été décidé à l’initiative des ouvriers, rejoint par les employés, techniciens et ingénieurs et cadres.

Ci-joint, tract fichier pdf NAO 2012 actions INTERSYNDICALE 28 F des syndicats de JSPM AREVA distribué dans le cadre du conflit sur les salaires et l’emploi à JEUMONT. 

Les revendications principales portent sur une augmentation générale de 2,5% avec un minimum de 70 euros/mois et la transformation de CDD en CDI pour 10 salariés dont le contrat de travail se termine ce mercredi.

Nouvelle AG du personnel est programmée pour demain matin 9H.

__________________

Voir aussi :    ACTION CHEZ AREVA

________________________

Publié dans Actions_locales, Conditions de travail, Licenciements, Luttes, METALLURGIE, Salaires | Pas de Commentaires »

ACTION CHEZ AREVA

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 24 février 2012

ACTION CHEZ AREVA dans Conditions de travail CGT-metallurgie-151x300

 

À l’appel de l’ensemble des syndicats de JSPM AREVA, CFDT FO CGC ET CGT, une assemblée générale rassemblant plus de 200 salariés dont de nombreux cadres et techniciens s’est tenue ce jeudi matin dans les ateliers de JEUMONT.

Un arrêt de travail avec rassemblement dans la cour de l’entreprise a été décidé pour le vendredi 24 février à 14h00 pour appuyer les négociations annuelles sur les salaires et l’emploi.

L’appel est également relayé par les salariés de la SOMANU, filiale de JSPM et sur les sites des centrales nucléaires où travaillent des salariés de JSPM

Le mouvement se poursuivra la semaine suivante par un respect strict de la fin de journée de travail à 17h00 pour l’ensemble des ICT et Employés, ainsi que la décision de ne pas travailler le samedi 3 mars.

La revendication d’une augmentation générale minimale de 2,5% pour tous avec un mini de 70 € reprise dans l’intégralité du groupe AREVA a été adoptée par les salariés sur propositions des syndicats.

Dans le même temps, ils font de l’embauche immédiates des CDD en fin de contrat une priorité de leurs revendications.

Une dizaine de ces salariés terminent leur contrat fin février d’où l’urgence du soutien que leur accorde les salariés.

Jean-Luc HULIN

Publié dans Conditions de travail, Dates A Retenir, Licenciements, Luttes, METALLURGIE, Salaires | 1 Commentaire »

Réforme des retraites… Merci

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 21 février 2012

Réforme des retraites... Merci dans Luttes CGT-UL-DE-MAUBEUGE-ET-ENVIRONS-Copie-204x300

Sans Assedic, sans retraite… on fait comment ?!

Témoignage d’un syndicaliste

Je ne partirais pas en retraite….

À cause de Sarko, je risque d’être en fin de droits bientôt !

 

Je me retrouve dans la même situation que de nombreux seniors, dont les ex-Renault, bientôt sans Assedic ni retraite, vivant un véritable drame social loupe21 dans METALLURGIE Voir Article de l’Humanité.

Tout le monde se souvient de la réforme de Sarko en novembre 2010, remettant en cause la retraite à 60 ans et les conditions d’alors des retraites anticipées pour carrières longues.

Pourtant il y a eu de nombreuses luttes pendant 18 mois, de Mars 2009 à Octobre 2010, rassemblant au total plus de 7 millions de personnes dans les rues. Ce mouvement social était également soutenu par 75 % de la population.

Malgré cette mobilisation importante, Sarko a imposé son diktat. Et de nombreux salariés sont obligés de rechercher du travail, alors qu’ils attendaient la retraite. C’est mon cas…

En 2009, mon employeur, Jeumont-Électric, délocalise mon service. Je suis licencié pour raison économique en fin d’année 2009.

À l’époque, je ne me fais pas trop de soucis, puisque Pôle emploi me garantit 36 mois d’indemnisation chômage, en attendant la retraite. De plus, j’ai droit à la retraite anticipée pour carrière longue, puisque j’ai commencé à travailler à l’âge de 15 ans et que j’aurais la durée d’assurance nécessaire le 1er décembre 2012, à 59 ans.

Mais voilà, la loi de 2010 porte le nombre de trimestres nécessaires à 165 trimestres. Et comme si cela ne suffisait pas, cette réforme s’est encore accélérée en juillet 2011, avec le plan de rigueur. L’âge l’égal de la retraite d’un salarié qui, comme moi, est né en 1953, est désormais porté à 62 ans… Un scandale !!!
(Clic sur l’image)
Ca-saggrave-en-2011-300x279 dans PRECARITE

Dans ma situation, je peux toujours partir en retraite anticipée pour carrière longue. Sauf que selon les règles désormais en vigueur, ce départ ne peut avoir lieu au plus tôt qu’à 59 ans et 8 mois,
c’est-à-dire le 1er août 2013… Et qu’il me faut aussi maintenant 2 trimestres supplémentaires…

Sans ces 2 trimestres supplémentaires à obtenir avant le 1er décembre 2012, je me retrouverai en fin de droits à cette date, avec environ 400 euros par mois d’Allocation de Solidarité Spécifique (ASS)….
Et cette situation pourrait même durer, jusqu’à l’âge légal de la retraite à 62 ans, c’est-à-dire jusqu’au 1er décembre 2015…. La misère !!!

Il ne me reste donc plus qu’à trouver un « job » avant le 1er décembre 2012… N’importe quel « job » (même si c’est du précaire)…. Les allocations chômage pourront alors être suspendues, pour reprendre à l’issue de ce « job », jusqu’au prochain…. Et ainsi de suite, « jouer les prolongations » jusqu’à l’obtention des 2 trimestres manquants.

En espérant les avoir avant le 1er août 2013 ??

…Des camarades, en plaisantant, me suggèrent même de changer de nom…..

Un syndicaliste

_______________________________________________________

Publié dans Luttes, METALLURGIE, PRECARITE, Retraites, Salaires, Services publics | Pas de Commentaires »

Education nationale – Supressions de classes – Grève le 31 janvier 2012

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 27 janvier 2012

Education nationale - Supressions de classes - Grève le 31 janvier 2012 dans Actions_nationales cgt-%C3%A9duc-action

loupe22 dans Conditions de travailContre la liquidation de l’Éducation nationale : Toutes et tous en grève Mardi 31 janvier 2012

 

 

Suppressions de classes

DANS L’ARRONDISSEMENT D’AVESNES-SUR- HELPE

ANOR LES P’TITS LOUPS HR Maternelle

0,5

AULNOYE-AYMERIES ANNE FRANK HR Maternelle

-1

AULNOYE-AYMERIES PIERRE SEMARD HR Maternelle

-1

BOUSSOIS DANIELLE CASANOVA RRS Elémentaire

-1

ETROEUNGT MIXTE HR Primaire

-1

FELLERIES MIXTE HR Primaire

-1

FERRIERE-LA-GRANDE CENTRE HR Maternelle

-1

FOURMIES LES GLYCINES RRS Elémentaire

-1

FOURMIES PIERRE MENDES-FRANCE NIV.2 RRS Elémentaire

-1

HAUTMONT CHARLES CARION RRS Elémentaire

-1

HAUTMONT JULES FERRY RRS Primaire

-1

JEUMONT ANNICK MOUVET RRS Elémentaire

-1

JEUMONT GROUPE WILLY DUBOIS RRS Elémentaire

-1

LA LONGUEVILLE JACQUES PREVERT HR Primaire

-1

LANDRECIES BOURGOGNE HR Maternelle

-1

LANDRECIES DU GRAND PARC HR Maternelle

-1

LOUVROIL CENTRE ECLAIR Elémentaire

-1

LOUVROIL SUZANNE LANOY-BLIN ECLAIR Primaire

-1

MAUBEUGE ANDERSEN ECLAIR Maternelle

-1

MAUBEUGE ANNE FRANK – CHARLES PERRAULT ECLAIR Maternelle

-1

MAUBEUGE ELISE DUSSART ECLAIR Maternelle

-1

MAUBEUGE GPE SCOLAIRE DE LA FONTAINE RRS Primaire

-1

MAUBEUGE JARDINS DU TILLEUL ECLAIR Maternelle

-1

MAUBEUGE JEAN MABUSE RRS Maternelle

-1

MAUBEUGE LEONARD DE VINCI HR Maternelle

-1

PONT-SUR-SAMBRE LOUISE ROLAND HR Maternelle

-1

PRESEAU GROUPE SCOLAIRE JULES VERNE HR Primaire

-1

RECQUIGNIES JEAN VILAR RRS Elémentaire

-1

DANS LE DÉPARTEMENT 59   fichier pdf suppression de classes

Publié dans Actions_nationales, Conditions de travail, Education nationale, Licenciements, Luttes, Services publics | 3 Commentaires »

123
 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | You're on my official's WEB...
| air du temps
| hikmaphilo