ORPEA – Conditions de travail… et filon de la dépendance… et PSA

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 31 juillet 2012

ORPEA - Conditions de travail... et filon de la dépendance... et PSA dans Conditions de travail cgt-conf

Publié le vendredi 27 juillet 2012
Maison de retraite ORPEA « Les 4 saisons » à Terrasson

Elles se battent pour une prise en charge digne

aides-soignantes-300x127 dans LuttesInterview de Sabine Michaud déléguée CGT de la maison de retraite ORPEA les 4 saisons

 

Depuis le 5 juillet 2012, les aides-soignantes et les aides hôtelières de cette maison de retraite, salariés du groupe Orpea, ont lancé un mouvement de grève. Elles dénoncent une organisation du travail inadaptée aux besoins des résidents, qui ne permet pas aux personnels de respecter les règles essentielles de leurs métiers, à savoir le respect de la dignité, de l’hygiène et la sécurité des résidents.


Après la mise en place d’un nouveau planning, rendant impossible une prise en charge décente des patients, les personnels, via leurs représentants CGT, ont alerté la direction pour que cette situation soit revue.

N’obtenant pas de réponse, les salariés se sont vus contraints de se mettre en grève. L’inspection du travail a été saisie pour une médiation, des rencontres ont eu lieu à l’Agence régionale de santé et à la Sous-Préfecture de Sarlat. En dépit des interventions de l’ARS et de l’inspection du travail, disponibles pour une médiation, Orpea campe sur ses positions et joue le pourrissement du conflit en exigeant que les grévistes reprennent le travail avant l’ouverture de toute négociation ; en faisant rentrer des personnels du groupe extérieurs à l’établissement pour casser le mouvement de grève ; en faisant pression sur les grévistes, notamment en leur interdisant l’accès aux toilettes ; en faisant contrôler la présence des grévistes par huissier de justice quotidiennement….

Les revendications des salariées sont d’autant plus justifiées que l’entreprise affiche une belle profitabilité. C’est ainsi que le 19 juin sur le site Boursier.com, le Docteur Jean Claude Marian, président d’Orpea, a estimé être « particulièrement confiant dans l’atteinte de l’objectif d’un chiffre d’affaires annuel de 1,425 milliard d’euros, soit une croissance de 15,5%. La progression soutenue de l’activité au 1er semestre (+15,2%) conforte encore plus cet objectif. »

A la faveur du conflit de la maison de retraite « Les 4 saisons » à Terrasson (Dordogne), établissement privé à but lucratif, la CGT a découvert une communauté d’intérêts entre les salariés du groupe PSA et ceux des établissements du groupe ORPEA.

Société foncière et financière de participation

Quand Peugeot Frères investit dans « l’Or gris »

A la faveur du conflit de la maison de retraite « Les 4 saisons » à Terrasson (Dordogne), établissement privé à but lucratif, la CGT a découvert une communauté d’intérêts entre les salariés du groupe PSA et ceux des établissements du groupe ORPEA.

En effet, le leader européen de la prise en charge globale de la dépendance (maisons de retraite, cliniques de moyen séjour et de psychiatrie) qui réalise un chiffre d’affaires de 1234 milliards d’Euros avec une progression moyenne de 24,4% annuel/10ans est propriété d’une société foncière et financière de participation détenue majoritairement par le Groupe familial Peugeot.

Le filon de la dépendance est un business très rentable qui repose sur une contraction de la masse salariale et des prix de journée élevés qui permettent à ce groupe d’afficher des gains de casino.

En 2012, avec 23.000 collaborateurs, ORPEA dispose d’un réseau composé de 36.714 lits sur 393 sites répartis sur 5 pays

FFP, c’est quoi ?

FFP est une société foncière et financière de participation,

Elle est le principal actionnaire du groupe PSA Peugeot Citroën. Par ailleurs, elle développe un portefeuille de diversification composé principalement de participations minoritaires, significatives et amicales (sic…), avec une approche d’actionnaires de long terme, mais aussi de capital-investissement et d’immobilier.

Elle est actionnaire de : ORPEA Groupe privé à but lucratif.

  • LISI GROUP est un des leaders mondiaux des fixations et des composants d’assemblage pour l’aéronautique et pour l’automobile, et depuis 2007 un acteur dans le médical.
  • Zodiac Aerospace est le leader mondial pour un grand nombre de produits tels que les activités d’évacuation et d’arrêt d’urgence, les sièges d’avions ou les équipements de cabine.
  • Groupe SEB Entreprise régionale à l’origine, s’appuyant sur le succès de la « super-cocotte » en France dans les années 1950, le groupe SEB s’est développé par croissance interne et externe pour devenir le leader mondial du petit équipement domestique.
  • HIT SANEF gestionnaire autoroutier
  • IPSOS groupe de marketing
  • LINE DATA groupe gestion, logiciel et programmation informatique
  • ONET Leader français des services aux entreprises dans le domaine du nettoyage
  • DKSH société d’expertise et de logistique
  • Château Guiraud (classé « premier cru » Sauternes)
  • Capital Investissement, groupe financier
  • IDI société de gestion
  • Immobilière DASSAULT société immobilière
  • FFP – « Les grésillons » propriété immobilière occupé par GEFCO (transport)…

Publié dans Conditions de travail, Luttes, Retraites, Santé, Sécurité sociale, Services publics | Pas de Commentaire »

RETRAITES – Pouvoir d’achat – Autonomie – Santé

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 14 juillet 2012

RETRAITES - Pouvoir d'achat - Autonomie - Santé dans Actions_nationales retraite1  loupe2 dans Luttes  fichier pdf 4 pages Conf+®rence sociale – juillet 2012

Publié dans Actions_nationales, Luttes, PRECARITE, Santé, Sécurité sociale, Services publics | Pas de Commentaire »

AMIANTE : une grande victoire !

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 18 juin 2012

UD CGT NORD – LDAJ

AMIANTE : une grande victoire !

C’est officiel : les victimes de l’amiante n’auront pas à rembourser une partie de leurs indemnités !

Le Ministère de la Santé s’est enfin exprimé en faveur d’une « amnistie ».

Petit rappel historique :

Depuis le 10 novembre 2011, date de l’installation du nouveau Conseil d’Administration du FIVA (Fonds d’Indemnisation des Victimes de l’Amiante), la CGT (dont Jean-François NATON, élu CGT) et l’ensemble de ses structures n’ont eu de cesse de s’exprimer pour trouver une issue favorable après les poursuites judiciaires des 57 victimes de l’amiante, celles-ci se trouvant dans l’obligation de rembourser une partie de leurs indemnités perçues.

Dans le même temps, la Cgt exigeait aussi l’abandon des procédures en cours pour 300 autres victimes.

Les militants de l’UL CGT de Dunkerque, l’ADVASUD-CGT (Association de Défense des Victimes de l’Amiante de la Sidérurgie et de l’Usine des Dunes), le CALD-CGT (Collectif Amiante du Littoral Dunkerquois) et l’UD CGT du Nord ont soutenu chacune des avancées positives et ont partagé le désarroi particulier de ces victimes.

La CGT a mené ce combat durant des mois (animation de collectifs, débats publics, conférences de presse…), restant en relation étroite avec le cabinet de la Ministre des Affaires Sociales et de la Santé et les associations des victimes de l’amiante.

Lors d’une réunion prévue le 4 juin dernier à l’initiative de la CGT, le Ministère de la Santé avait souhaité rencontrer les organisations patronales et syndicales, membres du Conseil d’Administration du FIVA, afin de trouver une issue favorable et adaptée à la situation des victimes de l’amiante concernées par ce contentieux juridique.

Après quelques interventions ministérielles contradictoires et une confusion consécutive à des reports de réunions, cette rencontre a acté avec soulagement la décision d’accorder une remise gracieuse totale des sommes dues au titre des différences d’évaluation du préjudice d’incapacité mais aussi une renonciation à poursuivre les autres procédures judiciaires en cours par le FIVA.

CE QU’IL RESTE A GAGNER :

Si la situation reste bénéfique pour les victimes, elle est désastreuse pour l’avenir du FIVA.

Les conséquences de cette « affaire » pointent des dysfonctionnements internes au FIVA. Il y a nécessité absolue d’avoir une vraie réflexion autour du barème de calcul des indemnités, puisque le contentieux portait principalement sur ce point.

Avec le changement de gouvernement, il était certain que cette situation arriverait en tête des priorités. Mais la forme choisie par la ministre reste déplorable et en décalage avec la volonté affichée d’une nouvelle forme de dialogue social et de respect des organisations syndicales.

Une étape cruciale est gagnée… Une mobilisation plus forte encore est nécessaire pour les suivantes…

Publié dans Conditions de travail, Luttes, Santé | Pas de Commentaire »

RECONQUÊTE ET FINANCEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 16 juin 2012

RECONQUÊTE ET FINANCEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE  dans Retraites cgt-retrait%C3%A9s_2Union Syndicale des Retraités CGT du nord

 

RECONQUÊTE ET FINANCEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE  

SOLIDARITÉ VIEILLESSE

Que cachent ces mots ?

 

C’est pendant l’été 2003  que la canicule a provoqué 15 000 décès en France dont une majorité de personnes âgées, plus fragiles et particulièrement sous les toits de Paris, dans les chambres de bonnes, au 6ème étage  des immeubles d’où elles ne pouvaient pas s’échapper compte tenu de leurs âges et handicaps ce qui nous rappelle l’importance de nous intéresser au problème du « vivre ensemble » et  d’un habitat pour tous les âges actuellement à l’ordre du jour.

Suite à ce drame et après avoir tenté de culpabiliser les familles, le Gouvernement RAFFARIN a créé la Caisse Nationale de Solidarité à l’Autonomie.

Cette CAISSE NATIONALE DE SOLIDARITÉ A L’AUTONOMIE a été mise en place « pour avis » après consultation d’un ensemble d’associations, fédérations, syndicats et représentants des employeurs, administrateurs et Caisses Nationales de Sécurité Sociale sans tenir compte de leur avis.

Le  Conseil d’Administration de l’ACOSS s’est prononcé contre ce projet avec force et a demandé solennellement au Gouvernement de retirer ce document.

L’ACOSS c’est l’Agence Centrale des Organismes de Sécurité SOCIALE

La CNSA est donc une caisse qui, à sa création a été également dénoncée par toutes les organisations syndicales et les partis politiques de gauche

Une Caisse qui est un organisme d’ÉTAT. Elle prend la forme d’un établissement public administratif dont le caractère étatique est renforcé par la composition du Conseil d’Administration  majoritairement constitué par les représentants de l’ETAT dont les compétences restreintes ne sont pas à la hauteur des enjeux ( pas de fonction  de pilotage, de contrôle e d’évaluation des politiques mises en œuvre pour les départements et de l’utilisation des fonds collectés).

Une Caisse dont le financement et les prestations sont initialement assurés par des ressources destinées aux organismes de la Sécurité Sociale

Cela veut dire : Étatisation et Fiscalisation de la Sécurité Sociale et de l’Assurance Maladie pour les personnes âgées en perte d’autonomie et les handicapés de plus de 60 ans.

Et pour la CNSA  il s’agit de sortir les personnes âgées en perte d’autonomie  et les handicapés du système de protection sociale généraliste pour tous et de prélever des sommes destinées à la protection sociale pour les transmettre à un organisme dont le Conseil d’Administration est composé majoritairement de représentants de l’ETAT

Il s’agit également de retirer aux partenaires sociaux leurs compétences habituelles au sein de la gouvernance de notre système de protection sociale , compétence qui leur est dévolue depuis 1945

De plus, il ne peut y avoir de report d’une année sur l’autre ce qui pose des problèmes quand à la totalité du financement qui n’a pas été totalement utilisé

C’est le cas signalé par le Président de l’Association des Directeurs de Maisons de Retraites qui siège au Conseil d’Administration de la CNSA .

Pour l’année 2011 c’est 500 Millions d’euros qui sont restés inutilisés et qui ont été réintégrés dans le budget de l’ETAT pour être réutilisés à d’autres fins.

Et quand on sait que pour l’année 2009 le budget de la CNSA s’établissait comme suit :

Sans-titre dans Santé

Il convient, dans le cadre de la campagne de reconquête de la Sécurité Sociale d’exiger la suppression de la CNSA et la réintégration de son financement dans le cadre de la Sécurité Sociale solidaire et intergénérationnel, quel que soit l’âge ou le handicap et sans considération de revenu.

La suppression de la CNSA s’impose, mais qu’en est il de la loi BACHELOT ( hôpital, patient, santé, territoire) « HPST »

C’est une véritable mécanique de destruction de l’accès aux soins pour tous 

C’est démanteler le service public Cette loi ne répond qu’à un critère : Privatisation de l’Hôpital Public  et possibilité aux cliniques privées à but lucratif d’assurer des missions de « service public ».

Le Directeur « patron » venu du « privé » est ordonnateur des dépenses et des recettes de l’établissement et il peut fermer un service qu’il ne trouve pas rentable.

Ainsi Roselyne BACHELOT avec son vaccin H1N1 qui a coûté 900 Millions d’euros à la Sécurité Sociale, a continué son travail de destruction en instituant la marchandisation de la santé.

Et quand on sait qu’elle présidait en 2011, à PARIS la journée Nationale du CNRPA (Comité National des Retraités et Personnes Agées) avec les CODERPA (Comité Départemental des Retraités et Personnes Agées) de France, on en reste pantois

Trop c’est trop,  une perspective de progrès social s’ouvre à nous.

A chacun selon ses besoins, à chacun selon ses moyens, comme en avait décidé la Sécurité Sociale à la libération alors que la France était ruinée.

En marche pour la reconquête et le financement de notre sécurité Sociale, un défi et un objectif à relever par l’expression, la mobilisation et l’action de toutes et tous !! 

Pour la Commission Santé USR/CGT le 11 Juin 2012
CLAYES Lucie, Mandatée CGT au CODERPA du NORD

 

Publié dans Retraites, Santé, Sécurité sociale, Services publics | Pas de Commentaire »

SANTE – AMIANTE – AKERS

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 15 mai 2012

DANS LA PRESSE

Actualité Maubeuge

La CGT d’AKERS

ne veut pas que le dossier amiante ne soit que poussière

lundi 14.05.2012, 05:02 – La Voix du Nord

 Jacques Thurette, délégué syndical CGT, veut croire qu'AKERS peut obtenir son classement en site amiante. Jacques Thurette, délégué syndical CGT, veut croire qu’AKERS peut obtenir son classement en site amiante.

|  ON EN PARLE |

Le syndicat CGT Akers, société de Berlaimont spécialisée dans la fabrication de cylindres de laminoirs, a perdu une bataille mais pas son combat. Mercredi, son délégué syndical Jacques Thurette a informé les salariés du rejet par le tribunal administratif d’annuler la décision refusant d’inscrire leur établissement sur la liste de ceux ouvrant droit à l’allocation de cessation anticipée d’activité des travailleurs de l’amiante (ACAATA). La CGT a jusqu’au 4 juin pour faire appel devant la cour administrative d’appel de Douai. Et c’est bien son intention. PAR GÉRALDINE BEYS

 

gbeys@lavoixdunord.fr PHOTO « LA VOIX »

SANTE - AMIANTE - AKERS dans Actions_locales empty

Autant le dire la CGT AKERS et la direction régionale du travail n’ont pas la même appréciation de la situation. Cette dernière retient pour les salariés berlaimontois seulement 4% d’activité de calorifugeage à l’amiante par rapport à l’activité globale de l’établissement. C’est insuffisant pour classer cette usine en site amiante et permettre ainsi aux salariés de partir en retraite anticipée pour compenser une réduction possible de leur espérance de vie.

Pour motiver son désaccord, la direction régionale du travail table sur 16 781 heures par an sur un total de 414 000 heures consacrées aux opérations de calorifugeage à l’amiante et ce, sur la période de 1992 à 1995 pour un effectif de 230 salariés. Une analyse biaisée selon Jacques Thurette. « Dans les années 80, on a été plus de 600 ici. Il y avait plus encore de manipulations d’amiante ». Des salariés se souviennent des poussières d’amiante ramassées… à la pelle. Ceux d’Akers ont donc bien été exposés au risque amiante. Du moins est-ce l’avis de Jacques Thurette. Et d’autres aussi. Le syndicaliste s’appuie sur les exemples de deux fonderies, l’une à Saint-Dizier, l’autre à Alès pour justifier tout l’intérêt qu’il y a à continuer le bras de fer opposant la CGT à la direction du travail. Ces deux fonderies, après plusieurs années, ont été classées site amiante. Serge Vasseur, de l’Association locale de défense des victimes de l’amiante (l’ALDEVA), va dans le même sens. Il est monté à Lille le 21 mars avec des salariés d’Akers pour défendre le dossier berlaimontois, confié à l’avocat Me François Lafforgue.

Gagner dans cette affaire, ce serait d’office permettre aux salariés de partir plus tôt que l’âge légal de la retraite. Un an de départ anticipé pour trois ans d’exposition à l’amiante. Autrement dit, quinze ans de travail c’est cinq ans de moins à faire et un départ avec 65 % de sa rémunération brute. Ce n’est pas rien. « On va laisser passer les législatives et on ira voir les politiques ».

Jacques Thurette veut croire qu’avec un autre gouvernement, le dossier aboutisse cette fois favorablement. Et puis, ce dossier, il faut l’étoffer plus encore. « Il faut aller chercher tous les intérimaires et aussi les personnes d’autres entreprises qui sont intervenues sur le site, comme lors de la réparation des fours. Elles aussi ont été exposées. Il faut voir avec l’inspecteur du travail si le calcul qui a été fait peut être revu » dit Serge Vasseur. Cette nouvelle bataille, les salariés d’Akers la mèneront sans Jacques Thurette. « C’est ma dernière réunion d’information. Je sors de l’effectif en juin. Syndicalement, j’ai fait tout ce que j’ai pu. Maintenant, c’est à vous de continuer ».

Jacques Thurette suivra de plus loin désormais l’évolution du dossier Akers.

Publié dans Actions_locales, Conditions de travail, LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Luttes, METALLURGIE, PRESSE, Santé | Pas de Commentaire »

Santé – Justice – Amiante – 24 mai 2012

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 11 mai 2012

             COMMUNIQUÉ TRÈS IMPORTANT

      POUR LE JEUDI 24 MAI À LA COUR D’APPEL DE DOUAI,

L’ADEVA 59 SE MOBILISE

Le 24 mai prochain, 37 nouvelles victimes de l’amiante seront à nouveau appelées devant la Cour d’Appel de DOUAI.

L’ADEVA 59 ne cessera pas de dénoncer cette ignoble stratégie judiciaire de la directrice du FIVA, cautionnée par le gouvernement, qui consiste à s’en prendre aux victimes en renonçant à se tourner vers les vrais responsables.

L’ ADEVA 59, avec l’ensemble des associations régionales de victimes, appelle à une nouvelle mobilisation le jeudi 24 mai 2012 à DOUAI, en soutien aux personnes concernées et pour protester contre cette politique de harcèlement des victimes mise en place par un organisme qui devrait les soutenir.

Nous appelons les Parlementaires et les Elus à se joindre à la manifestation ceints de leurs écharpes tricolores.

Nous appelons les Syndicats à y participer également.

RENDEZ-VOUS A 13 H 00 PLACE D’ARMES À DOUAI

Manifestation jusqu’au Tribunal pour 14 h 00

 SOLIDARITE AVEC LES VICTIMES

à télécharger fichier pdf 24.05.2012 Appel Allo amiante Douai

 Le bureau de l’ADEVA 59

Publié dans Actions_régionales, Dates A Retenir, Justice, Luttes, Santé | Pas de Commentaire »

SANTÉ AU TRAVAIL

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 6 avril 2012

SANTÉ AU TRAVAIL dans Conditions de travail eis

SANTÉ AU TRAVAIL :

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES

LE PATRONAT CONTRE UNE DIRECTIVE

-

Les employeurs européens ne soutiennent pas l’idée d’une initiative communautaire visant à protéger les travailleurs contre les troubles musculo-squelettiques d’origine professionnelle (TMS), qu’ils jugent « inutile et impopulaire ».

A la veille d’une réunion du comité d’évaluation d’impact le 28 mars, neuf organisations patronales(1) ont envoyé une lettre à la Commission européenne pour exprimer leur opposition à toute initiative législative.

« Nous sommes alarmés de voir que la Commission européenne continue de travailler sur une directive horizontale contraignante relative à l’ergonomie au travail.

Nous sommes particulièrement inquiets par son intention d’étendre le champ du cadre réglementaire européen, notamment en supprimant les exemptions existantes.

Cela imposera clairement de nouvelles charges administratives et financières à tous les employeurs et ne constituera en aucun cas une simplification » affirment-elles.

Les troubles musculo-squelettiques sont la forme de maladie professionnelle la plus courante en Europe.

Dans l’UE, 25 % des travailleurs se plaignent de mal au dos et 23 % de douleurs musculaires.

A l’heure actuelle, les dispositions relatives à la protection de la santé et la sécurité des travailleurs contre les risques de troubles musculo-squelettiques au travail sont fragmentées entre plusieurs directives, y compris la directive 90/269/CEE concernant la manutention manuelle des charges et la directive 90/270/CEE relative au travail sur des équipements à écran de visualisation.

La Commission souhaite donc intégrer ces dispositions dans un seul instrument législatif et planifie, après huit longues années de consultation avec les partenaires sociaux (la première consultation a eu lieu en 2004 et la seconde en 2007), de publier sa proposition « au cours du deuxième trimestre 2012 ».

Selon une source proche du dossier, le comité d’évaluation d’impact aurait toutefois rejeté la dernière version préparée par la Commission.

On attend, en conséquence, une version révisée dans les prochaines semaines.

Partenaires sociaux divisés,

Les employeurs européens craignent toutefois une augmentation des charges administratives et financières ainsi qu’un impact disproportionné sur les PME et les micro-entreprises.

Sur base d’une étude d’impact réalisée par un bureau de consultants pour la Commission, ils affirment qu’une initiative législative contraignante serait sans conteste l’option la plus couteuse (3,7 milliards d’euros, avec 90% de coûts portés par les PME).

« Nous demandons instamment à la Commission d’examiner attentivement les coûts et les avantages du projet d »initiative législative sur les entreprises, et en particulier sur les PME, et d’entreprendre un test des PME robuste avant de poursuivre ce travail » affirment les 9 organisations, qui se positionnent davantage en faveur d’actions de sensibilisation, d’information et de formation.

La Confédération européenne des syndicats, elle, a rappelé lors de la réunion de son Comité exécutif, en décembre 2011, qu’elle soutenait une directive d’ensemble pour la prévention des troubles musculo-squelettiques.

« Cette initiative, indispensable pour donner une base législative commune aux efforts de prévention qui doivent être intensifiés, doit aborder l’ensemble des facteurs qui contribuent aux troubles musculo-squelettiques et notamment l’organisation du travail et son intensité », avait défendu l’organisation.

Augmentation du stress au travail,

Le stress au travail constitue un problème pour une vaste majorité de la population active européenne, selon un sondage d’opinion de l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (EU-OSHA) publié le 27 mars.

Huit personnes sur dix pensent en effet que le nombre de personnes souffrant de stress professionnel augmentera (80 %) au cours des 5 prochaines années et 52 % s’attendent à une «hausse importante».

(1)Business Europe (employeurs privés), le CEEP (employeurs publics), EBC (construction), la EFCI (nettoyage industriel), Euro-chambres (chambres de commerce et d’industrie), Euro-commerce, la FIEC (industrie de la construction), PEARLE (employeurs des arts) et UEAPME (artisanat et PME)

Par Sophie Petitjean

 

Publié dans Conditions de travail, LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Santé, Services publics | Pas de Commentaire »

Protection sociale – Conférence de presse

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 1 avril 2012

DANS LA PRESSE

LIBERTÉ Hebdo
du 30 mars au 5 avril 2012

Protection sociale - Conférence de presse dans Action sociale reconqu%C3%AAte-de-la-protection-sociale-1024x495

Publié dans Action sociale, Santé, Sécurité sociale, Services publics | Pas de Commentaire »

Santé Action Sociale – Elections

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 31 mars 2012

Santé Action Sociale - Elections dans Action sociale cgt-UD-Nord7-300x60

Santé Action Sociale : La CGT emporte largement les élections de l’AFEJI….

Quelques 1800 SALARIES étaient appelés à choisir parmi les 5 syndicats présents à ces élections ainsi que la CGC pour les Cadres. Le score est sans appel, la CGT arrive avec 61.37% largement en tête…

Pour lire la suite cliquez ici

Publié dans Action sociale, Elections professionnelles, Santé, Services publics | Pas de Commentaire »

29 mars 2012 – Manifestation Lille

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 31 mars 2012

 

Manif 29 mars 2012
Album : Manif 29 mars 2012
Protection sociale - Système Santé et Action sociale
40 images
Voir l'album

______________________________

VOIR AUSSI

 29 mars 2012 - Manifestation Lille dans Actions_régionales loupe1   Protection sociale – Sytème santé et action sociale

29-mars-1-209x300 dans Conditions de travail29-mars-2-214x300 dans Dates A Retenir

fichier pdf Tract_FEDE_santA_c_-orga_sociaux_29032012

Publié dans Actions_régionales, Conditions de travail, Dates A Retenir, Luttes, Retraites, Salaires, Santé, Sécurité sociale, Services publics | Pas de Commentaire »

12345...7
 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | You're on my official's WEB...
| air du temps
| hikmaphilo