Accord national interprofessionnel du 11 janvier

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 15 janvier 2013

lundi, 14 janvier 2013

Communiqué du Bureau confédéral de la CGT

-

Accord national interprofessionnel du 11 janvier

Une grave régression des droits sociaux

 

Le Bureau confédéral de la CGT confirme l’avis négatif de la délégation CGT sur l’accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 qui modifierait profondément le Code du Travail.

Ce texte marque une grave régression des droits sociaux des salariés et va a contrario des objectifs fixés par la « Grande Conférence sociale » et celle de la « lutte contre la pauvreté ». Il contient de multiples dispositions pour faciliter les licenciements et accentuer la flexibilité.

Le chantage à l’emploi est généralisé par des accords permettant la baisse des salaires et l’augmentation du temps de travail, ce sont les accords de « compétitivité/emploi » voulus par Nicolas SARKOZY.

La thèse du MEDEF est le principal fil conducteur de cet accord : « les licenciements d’aujourd’hui feront les emplois de demain ».

Il serait inconcevable que la majorité parlementaire et le Gouvernement, issus des élections de mai 2012, entérinent dans la loi les reculs sociaux dictés par le MEDEF.

Le Gouvernement, qui se dit attaché au Dialogue social, doit prendre en compte le rejet de cet accord par les syndicats représentant bien plus de salariés que les syndicats potentiellement signataires.

La CGT attend du gouvernement un projet de loi d’une toute autre nature, qui protège les salariés contre les licenciements et la précarité.

La CGT va amplifier sa campagne d’information par l’édition d’un journal tiré à deux millions d’exemplaires à destination des salariés pour favoriser leur mobilisation dans les semaines à venir.

Montreuil, le 14 janvier 2013

Publié dans Chômage, Conditions de travail, EMPLOI, LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Licenciements, Luttes, PRECARITE, Salaires | Pas de Commentaire »

Négociations emploi: l’accord trouvé instaure plus de précarité

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 12 janvier 2013

DANS LA PRESSE

- Négociations emploi: l'accord trouvé instaure plus de précarité dans EMPLOI humanitefrle 11 Janvier 2013

Négociations emploi: l’accord trouvé instaure plus de précarité

Récit. Plus de flexibilité pour les entreprises contre quelques droits nouveaux aux salariés. L’accord sur la réforme du travail satisfait amplement les représentants du patronnat. Ceux de la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC en donnent un avis positif. La CGT et FO dénoncent « un jour sombre pour les droits des salariés », qui « renforce la précarité ».

[...]

Publié dans EMPLOI, LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Luttes, PRECARITE, PRESSE | Pas de Commentaire »

Sécurisation de l’emploi

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 11 janvier 2013

UD CGT NORD

La négociation sur la « sécurisation de l’emploi » se poursuit les 10 et 11 janvier…Le 10 janvier : la CGT est de nouveau mobilisée pour exiger qu’aucune organisation syndicale ne signe cet accord !

Après les journées d’action les 13 et 20 décembre dernier, la CGT a appelé à une nouvelle mobilisation le 10 janvier. L’objectif de la CGT reste inchangé : empêcher la signature de l’accord sur la « sécurisation de l’emploi » par certaines organisations syndicales.

Dans le cadre de cette journée, deux initiatives ont été organisées :

  • A LILLE : rassemblement départemental à l’appel de la CGT, devant le Medef. Près de 80 camarades y ont participé. Une prise de parole a été organisée.
  • A DUNKERQUE : une délégation de l’Union locale a été reçue à l’UIMM (Union des Industries et Métiers de la Métallurgie) + communiqué de presse.

L’accord n’ayant pas été signé le 20 décembre au soir (les actions de la CGT y ont sans aucun doute contribué), la négociation se poursuit donc les 10 et 11 janvier. 

L’accord sur la « sécurisation de l’emploi » proposé par le patronat représente une attaque sans précédent contre les droits des salariés. Après avoir touché 20 milliards d’aides publiques, le Medef exige toujours plus de flexibilité et de précarité… Il veut pouvoir licencier plus vite, plus facilement, moins cher et sans contrôle.

Aujourd’hui, les plus fortes entrées au chômage concernent les salariés en contrat à durée déterminée. Elles montrent, si besoin en était, que la flexibilité et la précarité dans notre pays sont un véritable fléau qu’il nous faut combattre !

Quelles suites après le 10 janvier ?

La CGT poursuivra avec détermination la bataille pour empêcher que le texte sur la « sécurisation de l’emploi » ait une traduction législative.

  • Quelle que soit l’issue de ces négociations, le gouvernement doit prendre ses responsabilités et légiférer dans le sens des intérêts des salariés. L’information et le débat avec les salariés restent donc d’actualité… 

Le gouvernement doit répondre sans attendre aux revendications des salariés, des privés d’emploi, des retraités… et arrêter d’enrichir les actionnaires.

2013 doit être une année de luttes et de fortes mobilisations pour exiger une politique de progrès social.

Martine DEBELS

Publié dans Actions_nationales, Conditions de travail, LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Licenciements, Luttes, PRECARITE, Salaires | Pas de Commentaire »

Enquête : Près de trois Français sur quatre contre la fin du CDI

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 11 janvier 2013

CGT

Publié le jeudi 10 janvier 2013

Le Medef veut toujours plus de flexibilité

Près de trois Français sur quatre contre la fin du CDI

Au nom du dogme suivant lequel « les licenciements d’aujourd’hui font les emplois de demain », le patronat et singulièrement le Medef prône à l’occasion des négociations sur la réforme du marché du travail une plus grande flexibilité. Or un sondage BVA publié ce jeudi, nous apprend que près des trois-quarts des Français sont opposés à la suppression du CDI (contrat à durée indéterminée) contre 26% qui veulent sa suppression. Les personnes opposées à la fin du CDI estiment que sa suppression « ne ferait que mettre dans la même précarité les salariés en CDI que les salariés en CDD ou en intérim sans apporter aucun bénéfice aux salariés précaires et aux chômeurs ».
La suppression est rejetée par 72% des personnes à revenus supérieurs (CSP+) et par 81% des personnes aux revenus plus faibles (CSP-). Les inactifs refusent la suppression à 67%. Une majorité des sondés (56%) pense que pour améliorer la situation de l’emploi « il faut d’abord protéger les emplois existants et empêcher les entreprises de licencier facilement »

Cette enquête vient conforter celle réalisée par l’Institut Harris pour la CGT avant l’ouverture des négociations qui indiquait que l’idée qu’il faut flexibiliser les contrats de travail est rejetée par 61% des Français.

Publié dans Luttes, PRECARITE | Pas de Commentaire »

Budget 2013

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 21 décembre 2012

DANS LA PRESSE

l’Humanité.fr

Ménages, entreprises, fiscalité, ce qui va changer dans le budget 2013

Le projet de budget 2013 a été définitivement voté ce jeudi par le Parlement. Il prévoit 20 milliards d’euros de nouvelles augmentations d’impôts partagées entre ménages et entreprises, et 10 milliards d’efforts sur les dépenses.

Le détail des principales mesures : …

Détails sur Ménages, Entreprises, Niches fiscales  [...]

Publié dans Fiscalité, PRECARITE, PRESSE | Pas de Commentaire »

Lille – 20 décembre 2012 – Devant le Medef

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 21 décembre 2012

UD CGT NORD

20 décembre à Lille : 120 participants devant le Medef et plusieurs autres initiatives

Publié dans Actions_régionales, Dates A Retenir, LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Luttes, METALLURGIE, PRECARITE, Services publics | Pas de Commentaire »

Retraites – 11ème rapport du COR

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 19 décembre 2012

CGT

 11ème rapport du COR

Remettre le débat sur le financement des retraites sur ses pieds

mercredi, 19 décembre 2012

Le 11ème rapport du Conseil d’orientation  des retraites sur les perspectives financières des retraites 2020, 2040 et 2060 incite à remettre le débat sur le financement des retraites sur ses pieds.

Sans surprise, il fait apparaître, selon les hypothèses, un besoin de financement compris entre 20,8 et 24,9 Mds € en 2020, soit environ un point de PIB.

Cela confirme l’appréciation portée par la CGT que la réforme de 2010 n’a pas permis, malgré les sacrifices imposés, de résoudre le problème du financement des retraites, faute d’apporter les ressources nécessaires.

L’analyse du rapport montre que le déficit à l’horizon 2020 s’explique essentiellement par les conséquences de la crise sur le financement des retraites. En premier lieu, le chômage se maintiendrait à un niveau élevé sur l’ensemble de la décennie (il s’établirait à 7,3% en 2020), tandis que les gains de productivité seraient insuffisants, du fait de la faiblesse des investissements.

C’est l’emprise de la logique financière qui déstabilise les retraites en plombant l’activité. Dans les 10 ans à venir, seul un partage des richesses plus favorable aux salariés permettra de financer les retraites.

L’utilisation par le COR d’hypothèses macroéconomiques contrastées (taux de chômage de 4,5% ou 7% ; productivité s’échelonnant de 1% à 2%) permet de montrer que les conditions de financement des retraites dépendent d’abord du niveau de la croissance.

Avec un taux de chômage de 4,5% et une productivité de 2%, les retraites seraient excédentaires de 93 Mds € en 2060, tandis qu’elles seraient déficitaires de 105 Mds € avec un taux de chômage de 7% et une productivité de 1%, le PIB s’élevant à 5.400 Mds € environ dans le premier cas, et de 3.600 Mds € dans le second.

Ce sont donc bien les conditions économiques et non la démographie, qui sont le premier facteur déterminant l’équilibre financier des retraites, les perspectives démographiques s’améliorant progressivement du fait du niveau relativement
élevé de la natalité.

Parallèlement, le rapport montre que les réformes successives conduisent à une dégradation importante du pouvoir d’achat des retraites par rapport aux salaires, conséquence des réformes successives depuis la réforme Balladur de 1993.

La question principale est d’affecter des ressources nouvelles au financement des retraites, ce qui passe par une réforme ambitieuse du financement de ces dernières. La CGT a fait des propositions précises en ce sens, en particulier la modulation des cotisations dites « patronales », la mise à contribution des revenus financiers des entreprises, et la soumission à cotisations sociales de l’épargne salariale et de l’ensemble des primes.

Il montre également que les revendications de la CGT (retour à la retraite à 60 ans pour tous, pension représentant au moins 75% des revenus d’activité, indexation des pensions sur les salaires) n’ont rien d’irréaliste.

Montreuil, le 19 décembre

Publié dans Luttes, PRECARITE, Retraites | Pas de Commentaire »

Négociations sur la « sécurisation de l’emploi »

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 19 décembre 2012

CGT

Négociations sur la « sécurisation de l’emploi »

Alerte à la dérèglementation du droit du travail

mardi 18 décembre 2012

La Direction confédérale de la CGT réunie le 18 décembre 2012 alerte tous les salariés.

La négociation en cours sur la « sécurisation de l’emploi » s’oriente de plus en plus vers une plus grande flexibilité telle que l’exige le MEDEF. Elle ne répond pas à la situation d’urgence sociale, de précarité galopante et d’explosion du chômage.

Cette négociation s’est ouverte à l’initiative du gouvernement avec pour objectifs : lutter contre la précarité, sécuriser l’emploi, améliorer les procédures de licenciement collectif et les dispositifs de chômage partiel.

Or, malgré les propositions de la CGT, le MEDEF persiste à utiliser cette négociation et la crise économique, pour tenter d’obtenir une régression du droit du travail sans précédent.

Tous les salariés doivent connaître les conséquences gravissimes qui pèseraient sur eux si les projets du MEDEF étaient validés. Les droits liés au CDI seraient contournés par l’instauration d’un nouveau type de contrat de travail, le contrat intermittent ; possibilité pour l’employeur de licencier sans avoir de justification à présenter ; réduction des recours en justice et des peines encourues par les employeurs. Le patronat va jusqu’à exercer un chantage en suggérant une hypothétique complémentaire santé pour tous les salariés contre des procédures de licenciement accélérées !

Bref, pour le MEDEF, le changement c’est maintenant !

A quelques jours des fêtes de fin d’année, ces dispositions seraient un cadeau empoisonné, inacceptable pour tous les salariés.

La CGT est décidée à combattre de telles régressions.

Unanimement, la Direction confédérale de la CGT a confirmé le mandat donné à ses négociateurs qui participeront aux réunions des 19 et 20 décembre, pour améliorer l’emploi par des droits et des garanties assurés aux salariés.

La Commission Exécutive de la CGT a décidé d’une campagne d’information et de mobilisation des salariés dès les premiers jours de janvier.

Dans le même temps et jusqu’en mars 2013, des négociations se tiennent sur l’évolution des régimes de retraites complémentaires ARRCO – AGIRC. Le MEDEF vise des mesures conservatoires représentant 5,7 milliards d’euros d’économies sur les pensions. La CGT a fait des propositions qui peuvent apporter aux régimes de retraite de nouvelles ressources pour garantir la pérennité de nos régimes ARRCO – AGIRC sans paupériser un peu plus les retraités.

La Commission Exécutive de la CGT appelle aussi ses organisations à prendre des initiatives locales courant janvier, pour la défense de l’action et des libertés syndicales, et pour l’accès à la justice prud’homale pour tous.

La Commission Exécutive de la CGT

Montreuil, le 18 décembre 2012.

Publié dans Chômage, Conditions de travail, LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Licenciements, Luttes, PRECARITE, Retraites | Pas de Commentaire »

Retraites complémentaires ARRCO et AGIRC

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 17 décembre 2012

Retraites complémentaires ARRCO et AGIRC dans Luttes retraites-complementaires1Télécharger le texte complet fichier pdf communiqu+® CGT

 

PROPOSITIONS CONSERVATOIRES – AGIRC et ARRCO
14 décembre 2012

Clic sur la 1ère image… les autres suivent
page_1-150x107 dans PRECARITEpage_2-150x114 dans Retraitespage_3-150x118page_4-150x115page_5-150x116page_6-150x116page_7-150x112

page_8-150x114page_9-150x112page_10-150x113page_11-150x112page_12-150x117

Publié dans Luttes, PRECARITE, Retraites | Pas de Commentaire »

Fiscalité et taxe pour les retraités

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 14 décembre 2012

CGT RETRAITES NORD

Mesdames, Messieurs les rédacteurs en Chef,Fiscalité et taxe pour les retraités dans Actions_régionales voeux-retraites-cgt-222x300

Veuillez trouver  un communiqué  fichier pdf com presse imp-ts 12 12 12  reprenant l’exemple d’une retraitée lourdement sanctionnée dans son pouvoir d’achat par les mesures gouvernementales.

Contrairement aux déclarations du 1er ministre assurant que seuls les retraités les plus aisés seraient mis à contribution, c’est un exemple parmi beaucoup d’autres démontrant que les petites retraites sont également lourdement impactées par les différentes mesures fiscales que sont :

  • Le gel du barème des impôts
  • La suppression de la demi-part fiscale pour les veuves, veufs, séparé(e)s, divorcé(e)s .
  • La taxe de 0.30% pour les retraités imposables
  • L’augmentation de la TVA qui passera de 19,6% à 20%
  • L’augmentation des transports etc..

Sanctionner les bas revenus, les petites retraites  n’a rien à voir avec la justice fiscale, la justice sociale et le progrès social !!!

Pour l’Union Syndicale des retraités CGT du Nord
LEFEVRE  Jacques
Secrétaire général

_________________________________

LILLE – Transports urbains

Publié dans Actions_régionales, Luttes, PRECARITE, PRESSE, Retraites | Pas de Commentaire »

1...34567...42
 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | You're on my official's WEB...
| air du temps
| hikmaphilo