• Accueil
  • > LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES

CGT PSA Aulnay – Lettre d’information n° 8 – Pétition

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 18 février 2013

Lettre d’information n°8

17/02/2013

A LA UNE

La grève à l’usine d’Aulnay

Lundi 11 février et toute la semaine jusqu’au vendredi 15, la grève a été reconduite. Nous sommes donc entrés dans notre cinquième semaine de grève. Notre détermination est intacte malgré tous les coups portés par la direction et nous constatons qu’elle a échoué dans ses plans pour nous affaiblir.

Le gouvernement essaye de nous berner

Mercredi 6 février nous sommes allés au Stade de France interpeler Hollande sur la fermeture de l’usine et les promesses faites cet été. Nous avons été reçus par le secrétaire général adjoint de l’Elysée qui a promis d’intervenir à propos des vigiles illégalement présents sur le parking de l’usine. Il a aussi promis de nommer un médiateur et la tenue d’une réunion tripartite avec le ministère du travail cette fois. Car plus aucun salarié ne veut entendre parler de Montebourg.

Certes, dès le vendredi suivant, les vigiles disparurent du parking de l’usine. La direction les avait rangés à la niche dans un des bâtiments de l’usine. Mais le gouvernement essaya de reculer sur la nomination d’un médiateur, car la direction de PSA n’en voulait pas. Il a fallu qu’on aille nous-mêmes le chercher à l’Elysée le jeudi 14 février pour que le gouvernement tienne ses promesses. Et encore, il a nommé le directeur départemental du travail, sans lui donner la moindre pouvoir de médiation, que ce soit sur les menaces de licenciements disciplinaires ou sur la réouverture de la négociation du plan social.

Malgré tout, les grévistes ont marqué un point, car ils ont imposé au gouvernement de les entendre.

La direction de nouveau mise en échec.

Si le gouvernement a bien été obligé de nous entendre, c’est uniquement parce que la grève dure. La direction a raté toutes ses tentatives pour nous diviser et briser la grève. Elle n’a pas réussi à faire venir des travailleurs du groupe pour remplacer les grévistes. Les commandos de chefs ne suffisent pas à intimider les grévistes et surtout ils n’ont pas réussi à empêcher ceux-ci de discuter et de renforcer les liens avec les non grévistes. Au contraire même. Bien des non grévistes ont refusé de continuer à supporter les cadres présents autour d’eux.

Vendredi 7 février, au Ferrage, une centaine d’ouvriers grévistes et non grévistes se sont réunis en Assemblée Générale. Les discussions ont été fructueuses et fraternelles. Nous avons convaincu un certain nombre de non grévistes de nous rejoindre le lundi et le mardi suivants dans la lutte.

En effet ces jours là, il y avait ce que la direction espère être la dernière réunion de négociation et en même temps une convocation pour licenciement d’un des 6 camarades. Mardi 12 février, c’est à plus de 400 que nous avons accompagné notre camarade Najib, menacé de licenciement pour avoir jeté un œuf sur un cadre.

Un projet qui ne passe pas

Mardi 12 février, la direction faisait donc avaliser par des syndicats complaisants son projet de nous jeter dehors sans rien. Elle voudrait qu’on accepte que des vieux travailleurs se retrouvent au chômage et au RSA. Elle voudrait qu’on accepte des congés dits de reclassements payés à 78% du net, sans aucune garantie d’emploi à la fin. Elle voudrait qu’on accepte des mutations à Poissy sans garantie de retrouver son poste, sans garantie de logement et dans des conditions financières misérables. La direction peut obtenir la signature de syndicats complaisants. Ce sont les travailleurs d’Aulnay qui décident et eux seuls. Grévistes comme non grévistes exigent toujours la même chose : un CDI pour tous et une préretraite à 55 ans pour les anciens.

Des licenciements intolérables

Deux de nos camarades ont donc reçu leur lettre de licenciement vendredi 15 février. La direction veut se débarrasser d’aux car ils font partie des militants de la grève. Elle croit nous casser avec ces attaques. Mais elle ne fait que renforcer la colère de tous. Il est hors de question de les abandonner.

Le combat continue plus que jamais !

Et dans ce combat les marques de soutien se multiplient. Notre caisse de grève a recueilli plus de 200 000 euros qui nous aideront à tenir bon. Des personnalités ont signé la pétition contre les sanctions : Bernard Thibault, Thierry Lepaon, Annick Coupé, M.G. Buffet (PCF), O. Besancenot (NPA), Aline Archimbaud (EELV), N. Arthaud (LO), des artistes, des intellectuels et de nombreux anonymes, des travailleurs de tout le pays qui nous adressent leur soutien qui nous fait si chaud au cœur.

Non aux poursuites et aux menaces de licenciements contre les salariés en lutte

Publié dans Actions_nationales, Chômage, EMPLOI, LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Luttes, METALLURGIE, PRECARITE | Pas de Commentaire »

Une victoire des ex-Conti

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 16 février 2013

Détermination = Victoire,

et quand il y a victoire, il y a détermination,

les ex-conti en sont un exemple !


Le tribunal administratif d’Amiens a annulé le licenciement de 22 salariés protégés. Une décision qui a redonné de la rage aux anciens représentants du personnel, Xavier Mathieu en tête, à 15 jours de l’audience devant les prud’hommes pour 680 ex-Conti de Clairoix (60).

______________________________________

Image de prévisualisation YouTube

DANS LA PRESSE

Le Courrier picard

Info régionale
Vendredi 15 Février 2013

CLAIROIX (60) Un premier espoir pour les ex-salariés de Continental

L’annonce de la fermeture de l’usine a été faite en 2009. Depuis, les salariés se battent pour contester la validité du plan social. (Photod’archives D. TOUCHART)

Le tribunal administratif d’Amiens conteste le motif du licenciement de 22 syndicalistes. Deux semaines avant que les prud’hommes statuent.

Ce n’est pas encore une victoire, mais pour Antonio Da Costa, ancien délégué syndical CFTC de Continental Clairoix (Oise), ça en a le goût. «On a gagné devant le tribunal administratif ! », s’enthousiasme-t-il.

[...]

Publié dans Justice, LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Luttes, PRESSE | 2 Commentaires »

Tous ensemble – 5 mars 2013

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 14 février 2013

Tous ensemble - 5 mars 2013 dans Actions_régionales affiche-5-mars-222x300

Publié dans Actions_régionales, Chômage, Conditions de travail, Dates A Retenir, EMPLOI, LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Luttes, PRECARITE, Retraites, Salaires, Services publics | Pas de Commentaire »

ANI – Un nouveau modèle au service de la sécurisation du licenciement

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 14 février 2013

Communiqué du Syndicat de la magistrature

_______________

L’accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 :

un nouveau modèle au service de la sécurisation du licenciement.

Au terme de 3 mois de négociations, 3 organisations syndicales (CFDT,CFTC et CGC) et le patronat ont abouti à un accord national interprofessionnel intitulé « pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et la sécurisation de l’emploi et des parcours professionnels de salariés », que François Hollande et le gouvernement ont dit vouloir transcrire « fidèlement » dans la loi.

Malgré certaines « avancées » saluées par les syndicats signataires visant à accorder de nouveaux droits en cas de perte d’emploi, cet accord, en facilitant les licenciements et en réduisant considérablement le contrôle du juge sur l’exécution et la rupture du contrat de travail, constitue une grave régression pour les droits des salariés et une nouvelle source de précarité.

À titre d’exemples :

  • En fixant un barème d’indemnisation forfaitaire du salarié pour mettre fin à la contestation d’un licenciement, l’accord rompt avec le principe de réparation intégrale des conséquences de la perte d’emploi et dissuade le juge d’exercer son pouvoir d’appréciation sur l’étendue du préjudice réellement subi par le salarié.
  • Les délais de prescription, déjà dérogatoires en droit du travail, sont encore réduits : deux ans pour saisir le juge (délai ramené à un an en cas de licenciement économique collectif), et rappels de salaires ou d’heures supplémentaires limités à une période de 3 ans (au lieu de 5 actuellement).
  • L’employeur pourra imposer une réduction du temps de travail ou une diminution du salaire dans le cadre « d’accords de maintien dans l’emploi » et le refus du salarié entraînera son licenciement, dont le motif économique, présumé, ne pourra pas être contrôlé par le juge .
  • Pour supprimer, encore, le contrôle du juge sur le contenu du plan de sauvegarde de l’emploi et sur le respect de la procédure d’information et de consultation des représentants du personnel, l’accord organise deux procédures, alternatives, de licenciement économique collectif (10 salariés et plus sur 30 jours). La première renvoie aux institutions représentatives du personnel le soin de signer avec l’employeur un accord de méthode dont la contestation est très encadrée. La seconde attribue le pouvoir de contrôle à l’administration du travail, qui n’aura pas les moyens de l’exercer réellement dans le bref délai imparti. Au lieu d’empêcher les licenciements collectifs qui satisfont des intérêts purement financiers, cet accord organise donc, au contraire, la neutralisation du juge judiciaire, conformément aux vœux du Medef dont c’était l’une des toutes premières préoccupations.

Enfin, si les partenaires sociaux ont décidé de renvoyer à un examen plus approfondi, avec le concours des pouvoirs publics, la question des conséquences de la violation des règles de forme prévues par le Code du travail, cette perspective, lourde de menaces pour les droits des salariés, exige la plus large concertation et la plus grande vigilance.

Le Syndicat de la magistrature dénonce fermement la stratégie d’évitement du juge chargé du contrôle du respect des droits des salariés qui inspire cet accord, sous couvert de « rationalisation » des procédures judiciaires. Il demande au gouvernement et au législateur de ne pas la conforter en inscrivant dans la loi ces dispositions particulièrement régressives.

Il appelle enfin les partenaires sociaux et le gouvernement à se pencher d’urgence sur la situation des juridictions du travail aujourd’hui sinistrées par l’effet de leur encombrement et de l’état de déshérence dans lequel elles sont laissées depuis de nombreuses années. Plutôt que d’empêcher les salariés d’avoir accès au juge, c’est à une rénovation de grande ampleur de ces juridictions qu’il convient de s’atteler.

Publié dans Chômage, EMPLOI, Justice, LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Licenciements, Luttes, Services publics | Pas de Commentaire »

5 mars 2013 – Journée de Mobilisation

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 12 février 2013

Appel de la Cgt et de Force Ouvrière

Communiqué commun
vendredi, 8 février 2013

Les deux confédérations CGT et FORCE OUVRIÈRE réaffirment leur opposition résolue aux principales dispositions contenues dans l’accord interprofessionnel sur l’emploi du 11 janvier 2013.

Cet accord refusé par deux des trois grandes confédérations syndicales organise une plus grande flexibilité pour les salariés, un recul de leurs droits individuels et collectifs au bénéfice des employeurs.

La lutte contre le chômage appelle une rupture avec les politiques d’austérité et de rigueur préjudiciables à l’emploi en qualité et en quantité.

Le gouvernement annonçant son intention de retranscrire dans la loi un mauvais accord pour les droits sociaux, la CGT et FORCE OUVRIERE décident d’appeler les salariés à se mobiliser et à exprimer leur désaccord en direction du gouvernement, des députés et des sénateurs.

Les deux confédérations appellent leurs organisations territoriales et professionnelles à créer les conditions de la mobilisation la plus large possible au travers de rassemblements, de manifestations et arrêts de travail dans les régions, départements et localités : le 5 MARS prochain.

Cette journée doit exprimer un refus de l’austérité et de la flexibilité ; l’exigence de réponses nouvelles pour les droits sociaux, l’emploi, l’augmentation des salaires et des pensions.

Paris, le 8 février 2013

_________________________________

Tract à télécharger  fichier pdf tract 5 mars 2013

_________________________________

Voir aussi  L’ANI du 13 janvier 2013 passé au crible des juristes (vidéos)

Publié dans Actions_nationales, Chômage, Conditions de travail, Dates A Retenir, DELOCALISATION, EMPLOI, LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Licenciements, Luttes | Pas de Commentaire »

Haro médiatique… qui lutte pour défendre le pluralisme ?

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 11 février 2013

Haro médiatique...  qui lutte pour défendre le pluralisme ?  dans LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES cgt-snj_2-114x150 

COMMUNIQUÉ

Haro médiatique sur les « salariés voyous »

Publié le vendredi 8 février 2013.

Les medias (à quelques exceptions près) ont trouvé les responsables de la crise… Il y aurait pire que les patrons voyous, aujourd’hui les casseurs d’emplois seraient les grévistes et les syndicalistes qui refusent la violence des licenciements.

- A lire et à écouter la plupart des medias, les grévistes feraient régner la terreur dans les ateliers de Psa à Aulnay-sous-Bois. Chez Goodyear à Amiens, les salariés qui ont refusé « par dogmatisme » des conditions de travail et des salaires indignes auraient alimenté leur propre malheur. Du Figaro à Libération en passant par les ondes publiques et privées sont pointés du doigt tous ceux qui résistent à l’inhumaine loi du capital.

- Dans un récent « Mots croisés » ayant pour thème le chômage, un des invités, Benjamin Coriat, co-président des Économistes atterrés, a pu à juste titre s’indigner de l’absence sur le plateau d’un représentant de la CGT alors que ce syndicat était mis au banc des accusés. Les citoyens ont besoin d’une information de qualité, qui donne à comprendre les mécanismes de la crise, qui donne à entendre les arguments et les propositions des syndicalistes.

- Comme ils ont besoin de comprendre pourquoi la presse est absente des kiosques, pourquoi les ouvriers de Presstalis défendent un système de coopératif et solidaire. Les lecteurs du Figaro continueront de croire que les ouvriers de la distribution gagnent plus de 5000 € mensuels et qu’ils s’arqueboutent sur des emplois fictifs. Ils ne sauront jamais que, depuis 1994, les effectifs de Presstalis sont passés de 6000 à 2000 salariés et que 1250 postes doivent encore être supprimés. Ils ne sauront jamais que les salaires ne dépassent pas les 2400 €. Les lecteurs de Libération ne le sauront pas non plus d’ailleurs.

- Nicolas Demorand, rédacteur en chef de Libération, a laissé claquer sa colère contre les grévistes de Presstalis en écrivant « qu’un kiosque vide était une sinistre image dans un pays démocratique ». Pour une fois, le SNJ-CGT sera d’accord avec lui : il serait effectivement sinistre pour la démocratie qu’une fois Presstalis liquidé on ne puisse plus trouver, dans tous les kiosques et points de vente, tous les titres de son choix.

- On veut faire croire à l’opinion publique que les casseurs sont les salariés en lutte pour sauver leurs usines, leurs emplois. Mais qui aujourd’hui met de l’huile sur le feu des luttes sociales sinon le ministère de l’Intérieur qui tente de criminaliser les grévistes et les syndicalistes en évoquant « des risques d’incidents et les éventuelles menaces sur l’outil de production en cas de radicalisation d’un conflit ». Pourtant, n’est-ce pas un jeune ouvrier d’Arcelor Mital qui vient de perdre un œil d’un tir de flash-ball en pleine tête, avant de perdre son emploi ? CQFD.

Le SNJ-CGT dénonce cette violente offensive lancée avec le MEDEF et les patrons de presse contre les salariés et leurs syndicats en lutte, de PSA à Presstalis. Alors que de Bolloré à Dassault, de Lagardère à Bouygues et de Bergé, Pigasse Niels à Lucas, on « dégraisse » les rédactions, on concentre à qui mieux pour vendre une information light, qui lutte pour défendre le pluralisme ?

Publié dans LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, PRESSE | Pas de Commentaire »

Manifestation des Mittal à Strasbourg : « On ira leur Brûler l’ Elysée s’il le faut »

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 9 février 2013

4mn de vidéo pour bien comprendre…
Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Actions_européennes, Actions_nationales, DELOCALISATION, EMPLOI, LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Licenciements, Luttes, METALLURGIE | Pas de Commentaire »

L’ANI du 13 janvier 2013 passé au crible des juristes (vidéos)

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 8 février 2013

L’ANI du 13 janvier 2013 passé au crible des juristes (vidéos) dans Chômage cgt-2-228x300

Publié le jeudi 7 février 2013

L’ANI du 13 janvier 2013 passé au crible des juristes

Tout ce qu’on ne vous a pas dit sur l’accord sur la sécurité de l’emploi

  • Mobilité, complémentaire santé, droits rechargeables aux Assedic, taxation des contrats courts :
    l’accord offre-t’il des garanties nouvelles aux salariés
  • L’accord apporte-t’il des droits nouveaux dans le cadre des licenciements collectifs ?
  • Le maintien dans l’emploi était au centre des négociations. L’accord apporte-t’il des réponses ?
  • Quels droits nouveaux pour les représentants des salariés, les comités d’entreprise ?

Vidéos : clic sur  ici

____________________________

Dernière info

Ca s’accélère
Le projet de loi transcrivant l’ANI devrait être transmis au conseil d’État lundi

_________________

DANS LA PRESSE

Emploi : Parisot refuse la retranscription de l’accord

Publié dans Chômage, Conditions de travail, EMPLOI, LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Licenciements, Luttes | 2 Commentaires »

Petroplus

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 7 février 2013

DANS LA PRESSE

L’HUMANITÉ

Publié dans Actions_régionales, Chômage, EMPLOI, LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Licenciements, Luttes, PRECARITE, PRESSE | Pas de Commentaire »

Thierry Lepaon – RTL

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 1 février 2013

Thierry Lepaon (CGT) : « L’heure de la mobilisation a sonné »

http://www.dailymotion.com/video/xx5q12

Publié dans Conditions de travail, Dates A Retenir, EMPLOI, LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Luttes, PRECARITE, Retraites, Salaires, Services publics | Pas de Commentaire »

123456...20
 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | You're on my official's WEB...
| air du temps
| hikmaphilo