Emplois – Aides aux entreprises – Subventions publiques – Presse

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 25 juin 2011

MAIS ENCORE

samedi 25.06.2011, 05:20 - La Voix du Nord

La CGT fidèle au poste

 

Une douzaine de militants CGT de l’union locale maubeugeoise s’est présentée en début de séance, drapeau à l’épaule. André Chandelier a poliment mais fermement souhaité s’exprimer sur un point de fixation : les aides attribuées par l’AMVS à des entreprises contre promesses d’embauches (voir notamment notre édition du mardi 21 juin). Le représentant de l’union locale CGT, s’il s’est félicité de la création d’un comité de suivi de ces aides, au sein duquel siègent les différents syndicats, a stigmatisé l’attitude de la commission économique de l’agglo, qui a accordé 100 000 E à la société Euromeca et ce, contre l’avis des représentants du Medef, de FO et de la CGT alors que la CFDT s’est abstenue. Il semblerait que cette intervention ciblée ait atteint son objectif puisque des conseillers communautaires ont exprimé leurs doutes sur ce dossier précis et, sur le fond, suggéré la tenue d’une réflexion, notamment sur les critères d’attribution de ces aides. Michel Wasse, vice-président, fut de ceux-là, mais a vu plus d’éléments favorables que défavorables dans cette demande. Jean-Claude Maret, autre vice-président, a laissé entendre qu’avec la réforme de la taxe professionnelle, ce qui pouvait passer auparavant pour un investissement avec espoir de retour de TP dans les caisses de l’agglo, n’était plus d’actualité et méritait réexamen.

« Peut-être ne peut-on plus être aussi généreux », a-t-il résumé. Troisième vice-président à intervenir, Jean-Marie Allain a pour sa part eu cette remarque, à l’occasion de l’octroi d’un prêt cette fois, à un jeune entrepreneur : « Aux sociétés on donne de l’argent et aux très petites entreprises on le prête ». Bref, on n’a pas fini d’en entendre parler de ce dispositif.

Des sous

La société Euromeca, entreprise de mécanique générale, trois employés, va donc recevoir 100 000 E de l’AMVS – et autant de la Région – pour abonder un investissement de 1,293 M E visant à créer sept emplois sur la ZI de la Petite-Savate. Le vote a receuilli six abstentions.

Comepal, qui oeuvre dans la fabrication de cabines sanitaires en kit stratifiées, de Jeumont, huit salariés, va elle percevoir 45 000 E – et autant de la Région – sur un investissement total de 379 913 E pour trois emplois à créer. Le jeune entrepreneur qui a fondé RAR, spécialisée dans la fabrication de roues de vélos sur mesure et de haute technologie, s’est pour sa part vu octroyer un prêt TPE – très petite entreprise – de 20 000 E pour un investissement prévu de 45 000 E.

Des sous encore

Ces sous-là ont à voir avec le compte administratif 2010, seul vrai reflet de la situation d’une collectivité, que Bernard Baudoux a commenté.

L’adjoint aux finances a relevé avec un enthousiasme non dissimulé plusieurs points qui attestent selon lui de la bonne santé de l’agglo. « Tous les investissements 2010 ont été effectués sans emprunt et notre capacité de désendettement est de 2,4 ans », a-t-il énoncé dans les grandes lignes.

Avant d’entrer dans le détail chiffré d’un résultat brut de clôture 2010 excédentaire de 13 550 907,50 E en fonctionnement, déficitaire de 7 730 695,18 E en investissement ce qui, après transfert de l’équivalent de cette somme du premier chapitre vers le second, aboutit à un solde positif de 5 820 212,32 E. L’agglo disposerait-elle d’une planche à billets ? Pas vraiment, cette situation, enviable aux yeux de l’argentier, s’explique par le fait qu’avec l’arrivée des entreprises Bigard, Neuhauser et autres, le produit de la taxe professionnelle a augmenté de 41 % entre 2007 et 2010, constituant ainsi un trésor de guerre. « C’est la plus forte progression du Nord – Pas-de-Calais », a claironné Bernand Baudoux. Si après ça Joël Wilmotte n’a pas compris…

 

Publié dans Actions_locales, Chômage, Luttes | Pas de Commentaire »

Emplois – Aides aux entreprises – Subventions publiques

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 24 juin 2011

cgtuldemaubeugeetenvironscopie.jpg

Monsieur le Président

C’est la deuxième fois que nous venons vous voir dans le cadre des aides aux entreprises.

La premières fois c’était pour obtenir plus de renseignements sur les entreprises. Nous avons donc obtenu  d’avoir les mêmes renseignements sur les entreprises que la Région,

Mais en ce qui concerne nos remarques  sur les décisions finales ce n’est pas gagné…

La preuve, lors de la dernière réunion, malgré un avis négatif de l’ensemble des organisations syndicales1 abstention (CFDT) sur l’aide à EUROMECA

Cette entreprise demande une aide de l’AMVS de 100 000 Euros  avec promesse de création de 7 emplois (dont 1 pour le fils)   

Alors qu’elle a supprime sur 2 ans 4 emplois sur  un effectif de 7 débuts 2009, je devrai  dire 5 car il y a eu l’embauche d’1 cadre en 2010  qui a été licencié.

C’est surtout cela qui nous a choqué l’ensemble des organisations syndicales, car pour nous, c’est les emplois qui doivent primer et pas un projet d’investissement.

Nous avons appris que la commission économique de l’AMVS et malgré notre avis négatif a donné son accord.

Lors d’une rencontre avec le président  DI POMPEO, j’ai demandé la raison de cet accord.

Il m’a répondu qu’il avait pris en compte nos remarques, mais que vu qu’il y à de l’argent a la Région pourquoi ne pas en faire profité nos entreprises.

C’est-à-dire que  maintenant toutes les entreprises qui veulent de l’argent peuvent venir se servir.

Pour nous la CGT cette réponse ne nous satisfait pas.

S’il y a de l’argent à la Région comme à l’Agglo, c’est de l’argent public et ne doit pas servir à enrichir le patronat.

De plus aucune obligation d’un nombre d’embauches suivant l’aide obtenue n’est prévue dans la modalité d’obtention des aides économiques.  

Pour le moment c’est beaucoup d’argent public pour peu d’emplois réalisés.

Depuis la création du comité de suivi, nous avons statué sur 5 entreprises pour un montant total de 308 950 euros pour l’AMVS  et avec la Région 617 900 euros pour une promesse d’embauche de 28 emplois.

Je sais Monsieur le président, lorsque je vous ai posé la question sur les pouvoirs du comité de suivi, vous m’avez répondu que de toute façon la décision finale serait celle voté par les élus.

En clair on discute, mais c’est nous qui décidons.

La CGT organisation syndicale, nous savons très bien que nous n’avons pas le statut de décideur ;

Mais nous avons les moyens de faire connaître nos oppositions aux élus, c’est ce que nous faisons aujourd’hui.

Mais surtout  à la population de la Sambre avec ces 17 % chômeurs sur ce qui est fait de l’argent public.

Merci Monsieur le Président

A. Chandelier

Publié dans Chômage, Luttes, PRECARITE | Pas de Commentaire »

Chôage – Privés d’emploi – Val de Sambre

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 23 juin 2011

 

privsdemploi.jpg

Monsieur Le Sous – Préfet d’AVESNES SUR HELPE
Monsieur le Président de l’AGGLOMERATION MAUBEUGE VAL DE SAMBRE
Monsieur le Maire de FEIGNIES
Monsieur le Président de REUSSIR EN SAMBRE
Monsieur le Président de la CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE D’AVESNES
Monsieur le Président de l’UNION DES INDUSTRIES METALLURGIQUES SAMBRE AVESNOIS
Monsieur le Directeur Général de SAMBRE et MEUSE
Messieurs les Directeurs des antennes PÔLE EMPLOI de MAUBEUGE

Maubeuge, le 21 juin 2011

 

Messieurs,

Le Comité CGT des Privés d’Emploi du Val de Sambre a constaté l’existence d’un recrutement important de 140 emplois en CDI par l’entreprise SAMBRE et MEUSE à Feignies.

Cette offre nous a évidemment marqués car il n’est pas si fréquent de rencontrer dans notre bassin d’emploi un recrutement d’une telle importance, de surcroît en CDI.

Cependant, au bout de 3 mois, elle est toujours présente notamment dans les locaux des antennes Pôle Emploi de notre ville et nous nous interrogeons sur les raisons qui pourraient expliquer cet état de fait :

  • Les salaires proposés sont-ils suffisamment attractifs pour les demandeurs d’emploi ?
  • Quels sont les efforts faits par l’entreprise pour améliorer les conditions de travail et de sécurité ?
  • Quelles compensations (temps de travail, congés, retraite,…) l’entreprise propose-t-elle pour rendre plus supportable la pénibilité particulièrement importante de ces métiers ?

À l’heure où des propos politiques inadmissibles et indignes stigmatisent les chômeurs comme profiteurs d’un soi-disant assistanat social, nous affirmons que les travailleurs privés d’emploi sont des gens courageux qui souhaitent travailler mais à des conditions correctes et respectueuses de leur dignité.

Au-delà du cas spécifique de l’entreprise Sambre et Meuse, et comme le relève le récent rapport de la Commission d’enquête parlementaire sur le ferroviaire, cette filière d’activité représente un créneau porteur pour les 20 – 30 prochaines années.

Les besoins d’équipement sont en effet considérables notamment dans les pays émergents : le monde compte aujourd’hui 500 villes de plus d’un million d’habitants, dont 300 n’ont ni train, ni tram, ni métro. De plus, l’urgence de la protection de l’environnement face au dérèglement climatique rend encore plus évident le développement des transports ferroviaires.

La Commission d’enquête parlementaire considère à juste titre que l’enjeu principal est de réorienter les entreprises de la filière vers une coopération plutôt qu’une concurrence acharnée, tant au niveau français qu’européen.

Dans ce contexte, le Comité CGT des Privés d’Emploi du Val de Sambre estime indispensable que le bassin de la Sambre ne passe pas à côté de ce potentiel de développement industriel porteur de nombreux emplois.

 

  • Combien d’entreprises de Sambre Avesnois sont-elles concernées par cette activité ?
  • Quelles sont les perspectives de développement de cette filière d’activité en Sambre Avesnois ? (dans les entreprises existantes et par l’implantation de nouvelles entreprises)
  • Y a t il une réelle volonté des entreprises françaises d’investir dans les différentes activités de cette filière ? (dans le cas de SAMBRE et MEUSE, c’est un groupe russe qui est venu mettre 6 millions € pour investir et créer des emplois, prenant par là même le contrôle de l’entreprise)
  • Quels impacts positifs en matière d’emplois peut-on escompter ?
  • Quelle politique est mise en œuvre tant au niveau de l’Etat, des collectivités territoriales et des organismes consulaires pour dynamiser la création de nouveaux emplois industriels sur cette filière ?

C’est sur l’ensemble des questions évoquées ci-dessus que le Comité CGT des Privés d’Emploi du Val de Sambre souhaite débattre et obtenir de votre part des réponses qu’attendent les milliers de chômeurs de notre bassin d’emploi.

 

C’est pourquoi nous vous demandons d’organiser dans les meilleurs délais une table ronde sur ces sujets.

Dans l’attente d’une réponse de votre part et restant disponibles pour en discuter préalablement avec vous,

Veuillez agréer, Messieurs, l’expression de nos meilleures salutations.

Le Bureau du Comité des Privés d’Emploi du Val de Sambre
Christophe SAVAUX, Jean-Claude LATOUCHE, Joël HARBONNIER, Jean Pierre ANCIAUX, Eric SZCZENY

 

Contacts :

Christophe SAVAUX (06 81 29 73 89)
Jean Claude LATOUCHE  (03 27 65 11 82)

privsdemploipermanence.jpg

 

 

 

Publié dans Actions_locales, Chômage, Dates A Retenir, PRECARITE | Pas de Commentaire »

Demandeurs d’emploi – AER

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 20 juin 2011

Lu sur www.la-croix.com

 

« Une association organise un rassemblement le 24 juin à Montbéliard

et demande le rétablissement de l’AER pour les personnes licenciées avant 2009″

loupe1.png

 

Publié dans Actions_régionales, Chômage, Dates A Retenir, PRECARITE | Pas de Commentaire »

Chiffres du chômage

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 5 juin 2011

cgtconf1.gif
mercredi 25 mai 2011

Pour une véritable politique de l’emploi

« Pour le gouvernement, le sous-emploi est une valeur sûre pour la baisse du chômage ! »

Arrêtons de parler de sortie de crise ! Une fois de plus, le gouvernement veut nous faire croire à la baisse du chômage. En avril 2011, le nombre de chômeurs de catégorie A, (les personnes sans emploi et tenues d’en chercher un activement), a en effet baissé le chiffre d’avril (-0,4% sur un mois), pour la quatrième fois consécutive. A l’inverse, personne ne parle des victimes de la crise, qui s’enlisent aujourd’hui dans le chômage de longue durée (+20,8% sur la seule année 2010).

Il se garde bien d’évoquer le nombre de chômeurs en catégorie B, (personnes ayant exercé une activité réduite de 78 heures maximum par mois), qui lui, ne cesse de s’accroître : + 6 000 pour le mois d’avril (+0,9% sur un mois).

En effet, de quels types d’embauches nous parle-t-on ? Des embauches à durée déterminée qui se généralisent et qui recouvrent des contrats de travail de plus en plus courts (9 jours en moyenne en 2010) ? En France, les « miettes d’emploi » deviennent une réalité, l’emploi durable une exception.

Enfin, silence sur les 48 000 radiations !

Les chiffres publiés depuis plusieurs mois montrent que les chômeurs passent d’une recherche d’emploi à un emploi précaire !

Par ailleurs, le chômage des plus de 50 ans continue son inlassable progression. Qu’en est-il du maintien dans l’emploi des seniors ? En dépit des annonces, cette catégorie de chômeurs connaît de plus en plus l’exclusion du marché du travail, la précarité et la pauvreté. Et le recul de l’âge de départ à la retraite ne fera qu’accentuer ce phénomène.

Une part croissante de la population se fragilise et les chômeurs sont naturellement les premiers à tomber durablement dans les trappes de la pauvreté.

La CGT réitère avec force le besoin d’une politique qui permette réellement de créer de l’emploi. Elle suggère de supprimer les heures supplémentaires défiscalisées qui sont un frein à l’embauche. De même, il s’agit de conditionner les milliards d’aides publiques à l’obligation de créer de l’emploi durable. Assez d’exonérations ou d’aides aux patrons sans contrepartie !

Enfin, la CGT continue de penser que revaloriser les salaires permettra de soutenir la consommation, donc l’emploi.

Montreuil, le 25 mai 2011

Publié dans Chômage | Pas de Commentaire »

RSA – Mensonges et Indécence !

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 14 mai 2011

Lettre ouverte à Laurent Wauquiez
(Comité national CGT des Privés d’emploi)

 « Je me permets aujourd’hui de vous écrire pour m’insurger contre les affirmations mensongères et les propos indécents et irresponsables que vous avez tenus sur les bénéficiaires du RSA.

 Affirmer que certains bénéficiaires du RSA touchent plus que certaines personnes payées au SMIC est purement fantaisiste et c’est volontairement que vous cherchez à stigmatiser les plus démunis.

 Vouloir faire effectuer 5 heures de travail d’intérêts général par semaine aux personnes percevant le RSA est une véritable provocation.

Vouloir plafonner le cumul de tous les minima sociaux à 75% du Smic est scandaleux et inadmissible.

Demander aux salariés « étranger » travaillant en France de cotiser cinq ans avant de bénéficier de la protection sociale est proprement honteux.

Aujourd’hui le montant du RSA est d’environ 460 euros pour une personne seule, 700 euros pour un couple et 150 euros de plus par enfant, pensez vous que ces familles arrivent à vivre décemment avec les miettes qu’ils leurs sont attribuées ?

Monsieur le Ministre, personne ne se satisfait de devoir faire vivre sa famille avec si peu, ce que veulent les bénéficiaires du RSA, c’est avoir un emploi stable, choisi et correctement rémunéré, avoir un toit, pouvoir se soigner, avoir accès à la culture, ils
n’ont pas choisi cette vie, on la leur a imposée.

Que propose t’on à toutes ces personnes pour qu’elles s’en sortent ? Quels moyens leurs donne t’on pour qu’ils retrouvent un emploi ? Que fait t’on pour les milliers de jeunes qui rentrent chaque année sur le marché du travail ?

Le coût d’une recherche d’emploi est d’environ 450 euros par mois, 3 embauches sur 4 sont des emplois précaires, 1 recrutement sur 2 est un CDD de moins d’un mois.

Les politiques de l’emploi que mène votre gouvernement sont catastrophiques pour notre économie. Plus de 70% des fonds disponibles dans les entreprises vont à la finance.

Vous supprimez des milliers de postes dans les fonctions publiques, dans l’éducation nationale, alors qu’il faudrait au contraire développer ces services publics pour qu’ils répondent aux besoins de la collectivité.

Les entreprises dégagent des profits considérables, refusent d’augmenter les salaires, préconisent les heures supplémentaires comme solution, délocalisent et jettent chaque année des milliers de salariés au chômage.

Et vous osez, en parlant du RSA, parler de « cancer » ?

Et pourtant, l’argent existe pour impulser un autre type de croissance, un autre mode de développement. Il faut le réorienter vers les salaires, l’emploi qualifié et stable, la formation, la satisfaction des besoins publics, l’investissement productif, (et) la recherche
et une véritable indemnisation du chômage permettant de vivre et de rechercher un emploi.

On nous dit, Monsieur le Ministre, que les entreprises n’ont pas d’argent ! En vérité vous ne voulez pas toucher aux pompes à frics branchées sur les marchés financiers.

Depuis des années vous multipliez les dispositifs, des contrats aidés aux exonérations générales sur les bas salaires, jusqu’à 1,6 fois le SMIC, vous avez crée le bouclier fiscal, vous avez distribué des milliards aux banques et aux entreprises, les patrons du CAC 40 gagnent en une heure ce que gagne un bénéficiaire du RSA en un mois, les parachutes dorés sont une honte, les haut revenus sont très loin de payer ce qu’ils devraient comme impôts, votre gouvernement a reculé l’âge de départ en retraite, supprimé l’allocation équivalent retraite, ce qui aura pour conséquences entre autres, de basculer plus de personnes dans le dispositif des minima sociaux (ASS), supprimé l’allocation de fin de formation qui permettait aux privés d’emploi le maintien de leur allocation chômage le temps d’une formation leur permettant une possible reconversion.

Et vous osez en parlant du RSA, parler «  d’assistanat » ?

Monsieur Wauquiez, sortez un peu des salons feutrés de la république, allez sur le terrain, allez voir ceux que vous stigmatisez, que vous rendez responsables de tous les maux, ces « profiteurs », ces «  assistés », allez faire un tour devant les CAF, les restos du cœur….Allez voir leurs détresses, allez voir dans quelle misère sociale ils sont.

Monsieur Wauquiez, ces « Gueux » ne demandent qu’à travailler, mais il n’y a pas d’emploi pour tous, vous le savez et vous ne faites rien pour faire baisser le chômage et la pauvreté. Ces gens n’ont, ni salaire mirobolant, ni voiture, ni appartement de fonction, ils ne demandent pas la charité, mais un emploi leur permettant de vivre et de faire vivre leurs familles, d’avoir des projets d’avenir, et pour toute réponse vous voulez encore les faire descendre plus bas dans les sous-sol de la république.

Malgré la pauvreté dans laquelle ils sont, malgré les difficultés auxquelles ils doivent faire face au quotidien, malgré le peu d’intérêts que vous leur portez, il y a une chose que vous ne pourrez jamais leur enlever, c’est leur dignité : Alors, Monsieur le Ministre, ayez un peu de respect et de décence pour ces gens. »

Jean François KIEFER
Secrétaire Général
Comité National CGT des Privés d’Emploi

Publié dans Chômage, PRECARITE | Pas de Commentaire »

Un triste record…

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 10 février 2011

logocgtchomeurs.jpg

La Sambre-Avesnois a le taux de chômage le plus élevé de France : 17,1%…

jeudi 10.02.2011, 05:03La Voix du Nord

 Martine Charlet, hier matin, au Pole Emploi Avesnes, pour faire des photocopies.

|  LE VISAGE DE L’ACTUALITÉ |

La Sambre-Avesnois détient le taux de chômage le plus élevé de France soit 17,1% fin 2010 selon les chiffres de l’INSEE. Plus fort qu’à Roubaix-Tourcoing (14,9%) et que dans le Calaisis (16,2%). Parmi les demandeurs d’emplois recensés dans l’arrondissement, la moitié sont des chômeurs longue durée. Des chiffres qui sont le fruit de l’histoire économique de la Sambre-Avesnois et de la crise.

 

PAR LA RÉDACTION

    À l’antenne de Pôle emploi d’Avesnes, hier matin, il y a Martine Charlet. Pas tout à fait la cinquantaine, celle qui était encore il y a quelques mois assistante maternelle, est venue faire des photocopies pour son dossier. Du travail ? « J’en cherche. Je suis prête à faire des ménages. Je voudrais faire valider mes acquis pour avoir l’équivalent du CAP petite enfance. On le demande pour travailler à l’hôpital ou dans les écoles ». Martine habite Lez-Fontaine. De décembre 1978 à septembre 2010, elle était assistante maternelle. Elle est depuis peu à nouveau sur le marché de l’emploi. Et dresse des constats : « Il y a beaucoup de choses qui ferment. Être sans travail c’est dur. J’aimerais bien en retrouver rapidement. Ça me semble dur. Je pensais que cela se ferait plus rapidement que ça ». Martine n’est pas une chômeuse longue durée contrairement à 44% des demandeurs d’emploi du bassin. Ici, le chômage « a fait son trou ». Et ne laisse pas le sous-préfet Olivier André indifférent. « On a un arrondissement du fait d’une reconversion lente et inachevée qui a un taux de chômage plus élevé que le reste du territoire. Et depuis l’été 2008 un choc économique très violent avec des réductions d’emplois contractuels dans les entreprises. On a donc un double effet . Et si les tout derniers chiffres montrent une légère décrue pour les jeunes, on reste dans une situation défavorable ». Pour autant, la vallée de la Sambre a connu des investissements. « AREVA a ouvert un centre d’essais. Il y a la voiture électrique produite par MCA. Vallourec a son centre de recherches. On a des éléments positifs » dit encore Olivier André détaillant aussi des mesures comme le dispositif FNRT (Fonds National de Revitalisation du Territoire) permettant de financer la création d’emplois disparus. « Le tissu économique de l’arrondissement reste actif. Le territoire a aussi besoin de s’ouvrir à de nouveaux secteurs d’activité. Il y a de bonnes nouvelles. Deux entreprises étrangères (une russe, UVZ et une sud-africaine, Beta Steel) ont choisi la Sambre-Avesnois pour s’installer. Ça suppose toute une stratégie notamment de la part de l’Agglo pour rendre attractif le territoire. Ensuite, s’agissant des personnes, il y a d’autres dispositifs pour les remettre sur des secteurs d’emplois ». Et des structures oeuvrant en ce sens comme Réussir en Sambre. Reste que pour un demandeur d’emploi, le temps avant de retrouver quelque chose dans le meilleur des cas, est toujours bien trop long. •

Publié dans Chômage | Pas de Commentaire »

Assurance chômage

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 2 février 2011

cgt.jpg

ASSURANCE CHÔMAGE

La CGT fait des propositions

Les négociations sur la convention d’assurance chômage se sont ouvertes le 24 janvier sur fond d’augmentation du nombre de demandeurs d’emploi. Depuis septembre 2008, la France compte 500 000 chômeurs en plus. Cette situation oblige à bouger. Pour la CGT, la négociation ne peut pas être celle du statu quo. L’objectif de l’assurance chômage doit être d’indemniser tous les demandeurs d’emploi, à un niveau juste, c’est-à-dire, pour la CGT, à hauteur de 80% du dernier salaire net. On est loin du compte. Aujourd’hui, un sur deux est exclu du système.
Pour en sortir, la CGT met sur la table une série de propositions…

Lire la suite… »

Publié dans Chômage, PRECARITE | Pas de Commentaire »

Terres et Eaux : un vote incompréhensible !

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 18 décembre 2010

cgtuldemaubeugeetenvironscopie.jpg 

   

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

    

L’union locale Cgt Maubeuge soutient l’implantation de « Terres et eaux », qui permet, la création de 30 emplois Locaux dans une Sambre particulièrement touchée par le chômage ! Elle ne comprend pas la décision prise par certains élus à la Commission de Commission départementale d’équipement commercial (CDEC). Ces créations d’emplois locaux, se font sans aides publiques, alors même que de grosses entreprises ont perçu des subsides publics sans créer d’emplois.

La spécificité de l’enseigne « Terres et Eaux » n’est pas de nature à engendrer une concurrence importante avec le commerce local ! Le risque d’implantation de cette enseigne sur Mons ou Valenciennes en lieu et place de Louvroil engendrerait d’ailleurs une concurrence aussi, mais en déplaçant la création des emplois sur d’autres territoires que le nôtre.

La crise et les délocalisations ont détruit des centaines d’emplois dans la Sambre Avesnois, jetant des centaines de familles dans la misère !

Nous considérons cette décision dans ce contexte, irresponsable !

Quel est le but poursuivi par nos élus en votant contre l’implantation d’une enseigne qui crée des emplois et serait de nature à contribuer à la dynamisation de notre territoire ?

La CGT

Articles VDN ICI et ICI

Publié dans Actions_locales, Chômage, PRECARITE | 1 Commentaire »

23 novembre 2010 – Manifestation – Aulnoye

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 24 novembre 2010

Avec ses décisions politiques concernant le fret, la SNCF met à mal ses propres cheminots et leurs familles… et c’est aussi tout le terrain industriel, professionnel, social de la sambre-avesnois qui va en faire les frais : entreprises Hakers, Cerec…, quid de leurs travailleurs et familles ?

La ficelle est grosse « ce n’est pas rentable », alors pourquoi vouloir refiler le bébé au privé qui lui n’est-ce pas ne cherche ni la rentabilité ni les bénéfices !?

Environ 200 manifestants selon syndicats 
une représentation de l’UL CGT de Maubeuge

Servez-vous Sourire

23 novembre 2010 - Aulnoye
Album : 23 novembre 2010 - Aulnoye
Manifestation unitaire 200 manifestants
21 images
Voir l'album

Innocent

Article La Voix du Nord, ICI

   

Publié dans Actions_locales, Chômage, PRECARITE, Retraites, Services publics, Transports | Pas de Commentaire »

1...45678
 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | You're on my official's WEB...
| air du temps
| hikmaphilo