CAF DU NORD – Communiqué CGT

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 20 octobre 2012

CAF DU NORD - Communiqué CGT dans CAF cgt-nord_1-116x150

Communiqué de Presse

19 octobre 2012

Pour répondre aux besoins des familles dans le Nord :
la CAF leur ferme la porte du 24 octobre au 3 novembre !
BRAVO, la départementalisation de la CAF du Nord !

 

En novembre 2011, la dissolution des 8 CAF : Armentières, Dunkerque, Lille, Maubeuge, Valenciennes, Roubaix-Tourcoing, Douai et Lille entrainait la création de la CAF du NORD. Cette restructuration appelée DEPARTEMENTALISATION ne devait avoir aucun impact sur le service rendu aux allocataires et aux partenaires (centres sociaux, ALSH…..).

Outre qu’en matière d’action sociale, au nom de l’harmonisation, certains droits ont été revus à la baisse et que des partenaires ont déjà réagi ou éprouvent des craintes quant à la pérennité du financement soit du fonctionnement de leur association, soit de l’aide éventuelle de la CAF en matière d’investissement. Force est de constater que les allocataires ne sont pas mieux lotis. La situation de traitement des dossiers et des pièces de courrier s’est dégradée depuis novembre 2011 et ce bien que le personnel ait effectué à plusieurs reprises des heures supplémentaires soit obligatoires, soit sur la base du volontariat, et bien que les accueils aient été fermés plusieurs jours.

Seuls les 2 administrateurs CGT au conseil d’administration (2 sur 24 membres) ont voté contre le budget de gestion administrative de l’année 2012, qui prévoit les moyens en personnel et en fonctionnement de la caisse, notamment parce qu’ils estimaient que le personnel était en nombre insuffisant. Aujourd’hui, malgré le renfort de 20 agents des autres CAF de France de mi-septembre à fin octobre 2012, la situation est catastrophique : 200 000 pièces en solde à traiter soit une moyenne de 11 jours de retard (antériorité d’un mois pour les plus anciennes pièces). Et la Direction vient de décider de la fermeture d’au moins 15 jours consécutifs des accueils et des permanences, à compter du mercredi 24 octobre, et cela en ne prévenant les allocataires que ce vendredi 19 octobre.

Le pire est que la situation va encore s’aggraver à la fin de l’année, avec la période des vacances de Noël, au moment où statistiquement la CAF attend un afflux de courrier comme comme tous les ans à cette époque, et encore plus au 1er trimestre, période de forte activité du fait du renouvellement des droits au 1er janvier.

Malgré cela, la future convention d’objectif et de gestion (COG) signé pour 4 ans (2013/2016) entre la Caisse Nationale d’Allocations Familiales et l’ État prévoit encore de diminuer les effectifs des CAF (moins 40 agents en 2013 pour la CAF du Nord, moins 43 dans la précédente COG qui se termine fin 2012), alors que la crise économique fait monter la précarité et la pauvreté dans un département comme le notre déjà fortement déshérité.

La Ministre de la Famille peut bien déclarer (en CA de la CNAF de septembre 2012) que malgré un contexte de crispation budgétaire, de budgets contraints pour la branche famille, aussi il faudra intensifier l’effort public dans des domaines prioritaires, et de citer l’appréhension des dossiers des allocataires les plus vulnérables dans leur globalité, afin de favoriser l’accès aux droits et un meilleur accompagnement social et donc assurer aux agents des CAF les meilleures conditions de travail possibles. Elle ne parle que de rénovation et de sécurisation des bâtiments. Ce discours est très ambigu, c’est de personnel supplémentaire dont les CAF ont besoin pour améliorer la qualité de service rendu aux allocataires, mais à moyens constants, voire en régression, elles n’y arriveront pas et ce n’est pas en leur fermant les portes que les CAF pourront mieux accompagner les allocataires.

Les administrateurs et conseillers territoriaux CGT de la CAF de NORD

Publié dans CAF, Chômage, Conditions de travail, Luttes, Services publics | Pas de Commentaire »

Le 14 novembre – Euromobilisation syndicale contre l’austérité, Pour une Europe vraiment sociale

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 20 octobre 2012

Le 14 novembre - Euromobilisation syndicale contre l’austérité, Pour une Europe vraiment sociale dans Actions_européennes cgt-2-228x300

Publié le jeudi 18 octobre 2012

-

Contre l’austérité,

Pour une Europe vraiment sociale

Euromobilisation syndicale

le 14 novembre

 -

Le comité exécutif de la CES vient de décider d’une journée d’action et de solidarité le 14 novembre pour l’ensemble des pays européens contre les politiques d’austérité et pour promouvoir l’Europe sociale . Les modalités pour la France seront préparées dans les prochains jours par les centrales syndicales françaises. La CGT entend y prendre toute sa place et prendra les dispositions pour assurer le succès de cette journée.

Déclaration adoptée par le Comité exécutif de la CES

Le Comité exécutif de la CES, réuni le 17 octobre 2012, appelle à une journée d’action et de solidarité le 14 novembre prochain en vue de mobiliser le mouvement syndical européen derrière les politiques de la CES telles que décrites dans le contrat social pour l’Europe. Cette journée prendra diverses formes : grèves, manifestations, rassemblements et autres actions.

Il exprime sa ferme opposition aux mesures d’austérité qui font plonger l’Europe dans la stagnation économique, voire la récession, ainsi qu’au démantèlement continu du modèle social européen. Ces mesures, loin de rétablir la confiance, ne font qu’aggraver les déséquilibres et créer des injustices.

Tout en soutenant l’objectif d’assainissement des budgets, le Comité exécutif considère qu’on ne pourra mettre fin à la récession que par un assouplissement des contraintes budgétaires et la suppression des déséquilibres. Ceci afin d’aboutir à une croissance économique durable, à la cohésion sociale et au respect des valeurs garanties par la Charte des droits fondamentaux.

La consolidation budgétaire a eu un impact plus néfaste qu’originalement prévu par les institutions, y compris la Commission européenne et le Fonds monétaire international (FMI). En effet, le FMI reconnaît, aujourd’hui, qu’il a fait de graves erreurs dans ses calculs concernant les conséquences des mesures d’austérité sur la croissance. Ces erreurs ont un impact incalculable sur la vie quotidienne des travailleurs et des citoyens que la CES représente, et remettent en cause le fondement des mesures d’austérité avancées par le pacte budgétaire et imposées par la Troika.

Le Comité exécutif prend acte de l’opposition qui grandit parmi les citoyens et les travailleurs des pays concernés et réaffirme son soutien aux syndicats affiliés qui luttent pour des conditions de travail et de vie décentes. Cette situation résulte du manque de coordination des politiques économiques et de l’absence de standards sociaux minimum en Europe. Dans un contexte de liberté de circulation des capitaux, cela a laissé libre cours à la concurrence entre les États, en particulier dans les domaines de la fiscalité, du coût du travail et des conditions sociales.

Il réitère que le dialogue social et la négociation collective sont des éléments centraux du modèle social européen. Il s’oppose fermement aux attaques frontales contre ces droits, aux niveaux national et européen. Le Comité exécutif de la CES appelle de façon urgente à l’adoption immédiate et à la transposition des accords des partenaires sociaux européens actuellement sur la table du Conseil.

Il rappelle que l’Union est tenue, de par le traité, « d’oeuvrer pour le développement durable de l’Europe fondé sur une croissance économique équilibrée et sur la stabilité des prix, une économie sociale de marché hautement compétitive, qui tend au plein emploi et au progrès social, et un niveau élevé de protection et d’amélioration de la qualité de l’environnement ». Il rappelle aussi que le soutien de la CES au Traité de Lisbonne était basé sur la pleine application de ces principes.

Il note que des discussions sont actuellement en cours entre les institutions et les gouvernements concernant l’opportunité de nouvelles modifications des traités. Un changement de cap est nécessaire et la priorité doit être donnée à la résolution de la crise suivant les trois piliers de la proposition de la CES de contrat social qui reçoit un soutien croissant. Celui-ci s’articule autour du dialogue social et des négociations collectives, de la gouvernance économique pour une croissance et des emplois durables et de la justice économique, fiscale et sociale.

Il insiste sur le fait qu’une solidarité active, le progrès social et la responsabilité démocratique doivent faire partie du projet européen. Il considère essentiel qu’un protocole de progrès social soit une part intégrante et opérationnelle de tout nouveau traité. La CES évaluera, sur cette base, tout nouveau progrès de l’intégration européenne.

Publié dans Actions_européennes, Actions_nationales, Chômage, HISTOIRE, Luttes, PRECARITE, Services publics | 1 Commentaire »

Emploi – Industrie – 9 octobre 2012

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 9 octobre 2012

vidéo, CLIC SUR L’IMAGE
Emploi - Industrie - 9 octobre 2012  dans Chômage 9_10_12-2-300x203
Publié le mardi 9 octobre 2012

Forte mobilisation dans tout le pays

L’appel de la Fédération Européenne de l’Industrie, s’est traduit en France à l’initiative de la CGT par des arrêts de travail et des manifestations.

La CGT recense plus de 90 000 participants issus de nombreux secteurs professionnels, privés et publics, à l’ensemble des initiatives qui se sont déroulées sur le territoire.

La CGT se félicite de cette forte mobilisation pour l’emploi et l’avenir de nos industries, pour une Europe Solidaire et sociale et pour une réponse aux urgences sociales.

En France, les salariés ont manifesté ce 9 octobre, leur solidarité et leurs convergences avec les travailleurs en lutte en Grèce, au Portugal, en Espagne… Le monde du travail, partout en Europe, se rassemble et fait entendre sa voix contre les politiques d’austérité généralisées par le Traité Européen.

Dans chaque pays l’idée fait son chemin que la rigueur est le pire des remèdes. Relancer une politique industrielle, est un levier essentiel pour le développement et le progrès social.

Les salariés des entreprises, sont en attente d’une loi protégeant leurs sites industriels, leurs emplois et les conditions de relance de la production.

Le monde du travail, principalement les jeunes et les femmes, sont victimes d’une crise dont ils ne sont pas responsables mais dont ils paient lourdement les conséquences. En témoigne les chiffres du chômage et du nombre d’emplois précaires. Un salarié sur deux tente de vivre avec moins de 1 500 euro par mois.

Ce n’est pas le coût du travail qu’il faut réduire c’est le coût du capital.

Lire la suite… »

Publié dans Chômage, Dates A Retenir, Luttes, METALLURGIE, PRECARITE | 1 Commentaire »

Mobilisation le 9 octobre 2012 – Bordeaux, Clermont-Ferrand, Epinal, Lyon, Marseille, Paris, Rennes, Toulouse

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 8 octobre 2012

Mobilisation le 9 octobre 2012 - Bordeaux, Clermont-Ferrand, Epinal, Lyon, Marseille, Paris, Rennes, Toulouse dans Actions_européennes CGT-2-228x300
Publié le 26 septembre 2012

Mobilisation le 9 octobre

pour la défense de l’industrie et de l’emploi

carte_de_france_manifs-3-4a5ff dans Actions_nationales

Manifestons le 9 octobre 2012 à Bordeaux, Clermont-Ferrand, Epinal, Lyon, Marseille, Paris, Rennes, Toulouse
pour l’industrie, pour l’emploi, avec une sécurité sociale professionnelle

A l’appel de la Fédération européenne de l’industrie, le 9 octobre représente une journée européenne d’action pour le développement de l’industrie et de l’emploi.

Pour la CGT, il n’y a pas de développement économique possible dans un désert d’emploi et avec l’austérité proposée par le traité européen qui conduirait à 300 000 chômeurs de plus en France en 2013.
C’est tout l’enjeu de la négociation interprofessionnelle sur la sécurisation de l’emploi qui débutera en octobre et sur laquelle la participation massive des salariés le 9 octobre pèsera.

L’industrie structure l’activité économique

9-oct-12 dans ChômageUn emploi dans l’industrie génère 3 à 5 emplois dans les services et la sous traitance qui permettent, par la consommation des salariés, d’alimenter l’économie, donc le développement industriel et l’emploi. La perte de l’industrie alimente donc les suppressions d’emplois directs et indirects.

Il faut des droits nouveaux aux salariés pour :
- des droits suspensifs lors de licenciement et contraindre les entreprises à des alternatives à ceux-ci ;
- intervenir et conditionner toutes aides publiques aux politiques salariales et d’emplois ;
- stopper les suppressions d’emplois et créer de nouveaux postes dans la fonction publique et les services publics ;
- une représentation des salariés à tous les niveaux de décision pour contrebalancer le pouvoir des actionnaires.

Et si on parlait du coût du capital ?

Le débat sur la compétitivité porte souvent le coût du travail comme responsable de la crise conduisant à une pression sur les salaires, à dérèglementer le marché du travail, à un transfert de cotisations vers la solidarité et les ménages pour financer la protection sociale.

Le travail n’est pas un coût mais le seul levier de création de la richesse par les salariés or, sur 100 euros, 25 vont aux actionnaires. Diviser par deux les dividendes libèrerait 120 milliards d’euros en France pour les investissements productifs, la création d’emplois, le financement de la protection sociale et la diminution du déficit de l’Etat.

Ce qui coûte, c’est la stratégie et les choix de gestion des entreprises faisant des salariés une variable d’ajustement mais aussi qui amputent les efforts nécessaires d’anticipation, de formation, de recherche et d’innovation.

Pour relancer l’industrie et l’emploi, mobilisons nous le 9 octobre pour gagner une autre répartition des richesses créées.

Le Medef veut plus de flexibilité, nous voulons la Sécurité sociale professionnelle A la demande du gouvernement, une négociation interprofessionnelle « sécurité de l’emploi » s’ouvrira le 4 octobre. Syndicats et patronat sont appelés à négocier rapidement sur des sujets majeurs :
- la lutte contre la précarité sur le marché du travail ;
- l’anticipation des évolutions de l’activité, de l’emploi et des compétences ;
- le maintien dans l’emploi face aux difficultés conjoncturelles des entreprises ;
- l’amélioration des procédures de licenciements collectifs.

Le Medef entend se saisir de cette négociation pour obtenir plus de souplesse et de flexibilité des contrats de travail, plus de liberté pour licencier.

Pour le Medef, il faut accentuer la pression sur les salariés et le travail alors même que ces vieilles recettes nous conduisent dans l’impasse économique et sociale !

Pour la CGT, il faut au contraire se saisir des leviers que comporte cette négociation pour obtenir de nouveaux droits et garanties collectives pour les salariés.

Actuellement un salarié qui change ou qui perd son emploi perd la quasi-totalité de ses droits. Parce que les droits sont attachés à l’emploi et dépendent notamment de la taille des entreprises. Les ruptures de contrat de travail impliquent pour les salariés une perte de revenus importante et tous les droits annexes (ex : complémentaire santé, droit à un congé formation, prévoyance, ancienneté, qualification, droit à la retraite…).
Chaque année 7 millions de salariés changent de situation ou d’emplois.
Les droits actuels doivent évoluer pour répondre à ces nouveaux besoins de sécurisation par des droits nouveaux interprofessionnels.

La CGT propose la construction de droits attachés à la personne cumulables au fil de la carrière, transférables d’un employeur à un autre. Ils doivent constituer le socle d’un nouveau statut du travail salarié. Cela passe notamment par la sécurité sociale professionnelle permettant de garantir le maintien du contrat de travail en cas de suppression de l’emploi, responsabilisant ainsi l’entreprise qui entend licencier. Ces objectifs doivent être au cœur des discussions de la négociation interprofessionnelle à venir.

Pour peser sur les négociations et permettre la relance de l’industrie et de l’emploi, votre intervention est nécessaire.

Le 9 octobre, participez aux manifestations et pour peser durablement sur les choix qui vous concernent, syndiquez vous à la CGT.

Publié dans Actions_européennes, Actions_nationales, Chômage, Dates A Retenir, Luttes, METALLURGIE, PRECARITE, Sécurité sociale | Pas de Commentaire »

MCA – Montebourg – 8 octobre 2012

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 6 octobre 2012

MCA - Montebourg - 8 octobre 2012 dans Actions_locales cgtuldemaubeugeetenvirons411-204x300

MONTEBOURG,

ministre du Redressement productif,

en visite à MCA Maubeuge le 8 octobre…

 

http://www.lexpress.fr/pictures/899/460391_le-ministre-du-redressement-productif-arnaud-montebourg-le-31-aout-2012-a-jouy-en-josas.jpg

MONTEBOURG, ministre du Redressement productif, sera en visite à MCA Maubeuge le 8 octobre…

L’Union locale CGT de Maubeuge a obtenu du ministre une entrevue avec une délégation de plusieurs Syndicats de la CGT de la Sambre-Avesnois : JSPM, MCA, AGC Boussois, Vésuvius, Tata Steel, UL CGT d’Aulnoye-Aymeries + ferroviaire et le secrétaire général de l’UL CGT de Maubeuge, Christophe Savaux.

L’occasion de porter les revendications de la CGT en termes d’emplois et de réindustrialisation en Sambre-Avesnois, ce à la veille du 9 octobre à la veille du 9 octobre, journée de mobilisation européenne.

Publié dans Actions_locales, Chômage, Luttes, METALLURGIE, Transports | Pas de Commentaire »

Conférence sociale

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 6 juillet 2012

Conférence sociale dans Chômage humanitefr
le 5 Juillet 2012

 

Thibault appelle

le gouvernement

à « changer en positif le quotidien des salariés »

 

Le secrétaire général de la CGT a demandé jeudi au gouvernement de « montrer un certain volontarisme (…) pour changer en positif le quotidien des salariés ».

Bernard Thibault s’exprimait devant la presse quatre jours avant le début de la conférence sociale des 9 et 10 juillet. « C’est un moment important pour le gouvernement qui doit montrer un certain volontarisme à prendre des mesures pour changer en positif le quotiden des salariés », a-t-il dit.

Première de ces mesures: « stopper la fermeture des sites performants » et « redéfinir le licenciement économique » par une loi. Pour le leader de la CGT, qui évalue à 80.000 le nombre d’emplois menacés actuellement, « les exigences de rentabilité financière sont la première cause de la désindustrialisation ». « Le coût du travail est inférieur à la moyenne européenne » et « il est donc faux de dire, comme l’affirme Laurence Parisot (présidente du Medef, ndlr), que les difficultés économiques et le chômage seraient liés à un coût de travail trop élevé ».

Bernard Thibault a aussi demandé que « les salariés aient un droit de regard sur les choix stratégiques des entreprises », « un droit suspensif » sur les décisions, au sein des Conseils d’administration.

Mesures immédiates

Le numéro un de la CGT a plaidé également en faveur de « mesures immédiates qui ne coûtent pas des milliards ». Il a cité la nécessité d’imposer des sanctions aux entreprises qui ne respectent pas la loi en matière d’égalité professionnelle hommes-femmes et à celles qui ne respectent pas le Smic. Il a souhaité également « la remise à plat complète des aides et exonérations sociales et fiscales aux entreprises qui s’élèvent à 172 milliards d’euros par an » et la convocation de la Commission nationale de lutte contre le travail illégal.

Le secrétaire général de la CGT a suggéré aussi au gouvernement de fixer « l’objectif de créer un million d’emplois dans l’industrie à l’horizon 2017″. Il a expliqué qu’un emploi industriel génère quatre emplois supplémentaires dans l’économie.

  • A lire aussi:

La CGT abat ses cartes pour le redressement productif

Emploi: la liste noire de la CGT s’allonge

Publié dans Chômage, Egalité, Luttes, PRECARITE, PRESSE, Salaires | Pas de Commentaire »

Compétitivité / Emploi : Projet d’accord

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 20 juin 2012

DANS LA PRESSE

La Voix du Nord – Publié le 20/06/2012 à 05h03

Manif de la CGT aujourd’hui

| SOCIAL | Comme elle le fait depuis plusieurs mois au plan national, la CGT se mobilise à nouveau aujourd’hui contre le projet d’accord

« compétitivité-emploi » qui permettrait, selon la centrale, de « soumettre le contenu du contrat de travail aux aléas économiques et d’imposer des baisses de rémunérations et des variations de la durée du travail ». «  Cet accord (…) s’il était signé, marquerait la fin du contrat de travail. La mobilisation de la CGT a contribué à empêcher la signature de cet accord le 13 avril dernier. Pour autant, le Medef ne renonce pas à ses ambitions », indique la CGT qui appelle à manifester localement à 10 h 30 devant la chambre patronale, avenue de Ferrière à Maubeuge. Parallèlement, la section métaux de la CGT procédera à une distribution de tracts au pont de Paris pour sensibiliser sur l’entreprise Paquet d’Hautmont, en redressement et en attente d’une décision du tribunal de commerce de Valenciennes le 2  juillet. •  

Rassemblement à 10 h 30 devant la chambre patronale, avenue de Ferrière.

photos Maubeuge

2012-06-20 Contre le projet Compétitivité/Emploi
Album : 2012-06-20 Contre le projet Compétitivité/Emploi
Maubeuge : Une trentaine de Maubeugeois Une quinzaine d'Aulnésiens
9 images
Voir l'album

_____________

Voir   Action du 20 juin contre l’éventuel accord Compétitivité / Emploi.

___________

UD CGT NORD

Le projet d’accord « compétitivité-emploi » est nocif pour les travailleurs !! La CGT poursuit le combat…

LE 20 JUIN à 10 h 30
Rassemblement départemental interprofessionnel
devant le Medef, rue Nationale à LILLE

La CGT poursuit la lutte contre le projet d’accord « compétitivité-emploi » que la CFDT et consorts sont prêts à signer avec les organisations patronales.

Le 13 avril dernier, la CGT, grâce à sa mobilisation, a fortement contribué à faire échouer les organisations patronales dans leur volonté de faire signer cet accord par les organisations syndicales de salariés. La nouvelle séance prévue le 16 mai dernier a été reportée… mais il est certain que le patronat et certaines organisations syndicales de salariés, dont la CFDT, ne renoncent pas à leurs ambitions !

L’un des dirigeants de la CFDT qui a signé le « Pacte compétitivité » en 2011 avec la CFTC et la CGC, a d’ailleurs déclaré dernièrement que la CFDT est favorable à la signature avec le Medef de l’accord national « Compétitivité-emploi » mais qu’ils veulent avoir l’assurance qu’après l’avoir signé, ils seront suivi par le législateur

Face à cette déclaration dangereuse pour les salariés, l’Union départementale a décidé d’adresser un courrier au premier Ministre, avec copie à la Préfecture du Nord, le Medef régional et la Presse, pour exprimer son opposition la plus totale à ce projet d’accord.

De plus, nous avons recueilli plus de 160 motions signées par des syndicats et plus de 300 signatures sur la pétition. Il nous reste une journée avant notre rassemblement, pour continuer à signer massivement la motion ci-jointe et à l’envoyer au Medef avec copie à l’Union départementale.

Les motions et les pétitions seront déposées en totalité au Medef régional le jour du rassemblement à LILLE.

Il n’est pas question pour la CGT de laisser la CFDT et le patronat signer ensemble un accord nocif pour les travailleurs, qui permettrait la baisse des salaires et la libéralisation du licenciement.

En clair, pendant que les salariés voient leurs rémunérations baisser, celles des dirigeants restent intactes et les actionnaires continuent à toucher leurs dividendes.

L’Union départementale appelle tous les syndicats à se mobiliser et à participer nombreux au rassemblement départemental à Lille devant le Medef, et aux rassemblements locaux à Maubeuge* devant la Chambre patronale, et à St Amand devant la Mairie.

Pour sortir de la crise, il faut augmenter les salaires, développer l’emploi et les qualifications.

La CGT le réaffirme : « La seule voie pour gagner des avancées sociales… c’est celle de la revendication et des luttes ! ».

On ne lâche rien… On continue !!!

Le projet d’accord « compétitivité-emploi » est nocif pour les travailleurs ! Faisons le savoir le 20 juin à Lille…

Publié dans Actions_locales, Chômage, Conditions de travail, Dates A Retenir, Licenciements, Luttes, PRESSE, Salaires | 1 Commentaire »

EMPLOI – Paquet Hautmont

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 12 mai 2012

DANS LA PRESSE

LIBERTE du 11 au 17 MAI 2012

EMPLOI - Paquet Hautmont dans Chômage PAQUET-PHOTO
Photo CGT Maubeuge et environs (joëlle)

paquet1 dans Licenciements

Publié dans Chômage, Licenciements, Luttes, METALLURGIE, PRESSE | Pas de Commentaire »

1er Mai 2012 en France

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 2 mai 2012

1er Mai 2012 en France dans Actions_nationales cgt-conf

Publié le mardi 1er mai 2012
Un grand 1er mai revendicatif

Plus de 750 000 personnes
dans plus de 300 manifestations !

VIDEO

La CGT a recensé une participation de plus de 750 000.manifestants dans plus de 300 manifestations et rassemblements festifs, revendicatifs et colorés.
Dans un communiqué la Confédération souligne « que les salariés, retraités, les privés d’emploi, sont déterminés à voir leurs actions conduites dans leurs entreprises, leurs secteurs professionnels, leurs bassins d’emploi, déboucher sur des avancées sociales.
(Lire la déclaration de la CGT ce 1er mai à 18heures)

Publié dans Actions_nationales, Chômage, Dates A Retenir, Fiscalité, HISTOIRE, LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Luttes, PRECARITE, Retraites, XENOPHOBIE - FASCIME | Pas de Commentaire »

Chômage – Une « baisse tendentielle » dans l’augmentation… !!!

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 27 mars 2012

Chômage - Une

Chômage: Un chiffre qui ne cesse de monter

En ces périodes électorales, le Gouvernement cherche à cacher le bilan désastreux du quinquennat en matière d’emploi. Malgré ce qu’il dit, il n’y a pas de ralentissement du nombre de demandeurs…

Pour lire la suite cliquez ici

Publié dans Chômage | Pas de Commentaire »

123456...8
 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | You're on my official's WEB...
| air du temps
| hikmaphilo