Industrile automobile – Une journée particulière !

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 20 octobre 2012

Industrile automobile - Une journée particulière ! dans Actions_nationales image-titre_emission
par Daniel Mermet

Le matin, donc. Devant les grilles du Salon de l’auto, plus d’un millier d’ouvriers de l’industrie automobile – les « PSA » d’Aulnay, les « Ford » de Blanquefort, les « Renault » de Flins, les « General Motors » – font entendre leur voix et veulent entrer dans le Salon. En face d’eux, 200 à 300 CRS qui les neutralisent à coup de gaz lacrymo. En guise de réponse, les jets de pierre fusent. Le clim…

ecouter-300x38 dans Conditions de travail

ET

ecouter-300x38 dans DELOCALISATION

Publié dans Actions_nationales, Conditions de travail, DELOCALISATION, Licenciements, Luttes, METALLURGIE, PRESSE | Pas de Commentaire »

Retraités 11 octobre 2012 – Retraites complementaires

Posté par onsbouge le 15 octobre 2012

Le Gouvernement doit répondre aux exigences des retraités maintenant

jeudi, 11 octobre 2012 / F. Dayan

Ce 11 octobre 2012 a marqué une étape importante dans la mobilisation des retraités. Plusieurs milliers de retraités, dont 12 000 à Paris, sont descendus dans les rues des principales villes de France, dans un cadre unitaire.

Partout les mêmes revendications : le pouvoir d’achat, 300€ de rattrapage immédiat, pas de retraites au-dessous du SMIC pour une carrière complète, une véritable loi sur l’aide à l’autonomie dans le cadre de la Sécurité sociale, et l’accès aux soins pour les retraités et personnes âgées.

La CGT revendique également le retrait du projet du Gouvernement d’imposer à la hauteur de 0,15% en 2013 et 0,30% en 2014 les revenus des retraités imposables, pour financer la future Loi sur l’aide à l’autonomie.

Le succès de cette journée doit servir, dans un cadre unitaire plus large, à exiger de véritables négociations à partir des préoccupations des retraités et personnes âgées.

Pour sa part, l’Union Confédérale des Retraités CGT lancera une campagne nationale sur le pouvoir d’achat dans les tous prochains jours.

Le Gouvernement doit apporter rapidement des réponses concrètes aux exigences exprimées le 11 octobre, et comme depuis de nombreuses années.

Les retraités de notre pays, comme partout en Europe, exigent une véritable solidarité intergénérationnelle. Ils refusent l’opposition jeunes/retraités, actifs/retraités et la stigmatisation orchestrée par certains.

L’UCR-CGT invite les retraités et personnes âgées :

  •   à prendre la parole et à se faire entendre,
  •   à s’organiser au sein des organisations syndicales CGT territoriales et professionnelles retraités.

________________________

AGIRC et ARRCO – Le Medef tente d’imposer de nouvelles mesures régressives

Une réunion s’est tenue dans le cadre de l’accord du 18 mars 2011 pour évoquer la situation financière des régimes complémentaires de retraite des salariés du privé.

Prétextant une situation « exceptionnelle » en termes de financement, le Medef a obtenu, malgré l’opposition de la CGT* (voir déclaration d-claration ARRCO ET AGIRC 12 OCTO), l’ouverture d’une négociation, le 22 novembre prochain, pour décider de l’application dès 2013 de mesures « conservatoires ».

En fait, il s’agirait de combiner plusieurs mesures toutes plus régressives les unes que les autres.

Sont d’ores et déjà évoquées par exemple :

  • une revalorisation moindre des pensions, voire l’absence de revalorisation,
  • une augmentation importante du salaire de référence qui aurait pour conséquence une baisse importante du nombre de point acquis chaque année,
  • un durcissement des conditions de réversion (taux à 54 % au lieu des 60 % actuels ou bien encore âge minimum porté à 60 ans pour l’Arrco)…

Sont également évoqués un nouveau recul de l’âge pour les retraites complémentaires (passage de 62 à 64 ans pour les générations de 1955 à 1959) ainsi qu’une augmentation de la durée requise pour une retraite sans abattement.

Compte tenu de cette situation particulière et des risques qu’elle recèle, la CGT prendra dans les jours qui viennent les dispositions et mesures qui s’imposent.

* Délégation CGT : Eric Aubin, Sylvie Durand, Alain Drieu, Gérard Rodriguez

Publié dans Actions_nationales, PRECARITE, Retraites | Pas de Commentaire »

Retraité-e-s… Ras le bol, ils ont !

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 11 octobre 2012

Publié le jeudi 11 octobre 2012

Journée nationale d’action unitaire des retraités

Par milliers dans les rues

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Actions_nationales, Dates A Retenir, Luttes, PRECARITE, Retraites, Sécurité sociale, Services publics | Pas de Commentaire »

Mobilisation le 9 octobre 2012 – Bordeaux, Clermont-Ferrand, Epinal, Lyon, Marseille, Paris, Rennes, Toulouse

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 8 octobre 2012

Mobilisation le 9 octobre 2012 - Bordeaux, Clermont-Ferrand, Epinal, Lyon, Marseille, Paris, Rennes, Toulouse dans Actions_européennes CGT-2-228x300
Publié le 26 septembre 2012

Mobilisation le 9 octobre

pour la défense de l’industrie et de l’emploi

carte_de_france_manifs-3-4a5ff dans Actions_nationales

Manifestons le 9 octobre 2012 à Bordeaux, Clermont-Ferrand, Epinal, Lyon, Marseille, Paris, Rennes, Toulouse
pour l’industrie, pour l’emploi, avec une sécurité sociale professionnelle

A l’appel de la Fédération européenne de l’industrie, le 9 octobre représente une journée européenne d’action pour le développement de l’industrie et de l’emploi.

Pour la CGT, il n’y a pas de développement économique possible dans un désert d’emploi et avec l’austérité proposée par le traité européen qui conduirait à 300 000 chômeurs de plus en France en 2013.
C’est tout l’enjeu de la négociation interprofessionnelle sur la sécurisation de l’emploi qui débutera en octobre et sur laquelle la participation massive des salariés le 9 octobre pèsera.

L’industrie structure l’activité économique

9-oct-12 dans ChômageUn emploi dans l’industrie génère 3 à 5 emplois dans les services et la sous traitance qui permettent, par la consommation des salariés, d’alimenter l’économie, donc le développement industriel et l’emploi. La perte de l’industrie alimente donc les suppressions d’emplois directs et indirects.

Il faut des droits nouveaux aux salariés pour :
- des droits suspensifs lors de licenciement et contraindre les entreprises à des alternatives à ceux-ci ;
- intervenir et conditionner toutes aides publiques aux politiques salariales et d’emplois ;
- stopper les suppressions d’emplois et créer de nouveaux postes dans la fonction publique et les services publics ;
- une représentation des salariés à tous les niveaux de décision pour contrebalancer le pouvoir des actionnaires.

Et si on parlait du coût du capital ?

Le débat sur la compétitivité porte souvent le coût du travail comme responsable de la crise conduisant à une pression sur les salaires, à dérèglementer le marché du travail, à un transfert de cotisations vers la solidarité et les ménages pour financer la protection sociale.

Le travail n’est pas un coût mais le seul levier de création de la richesse par les salariés or, sur 100 euros, 25 vont aux actionnaires. Diviser par deux les dividendes libèrerait 120 milliards d’euros en France pour les investissements productifs, la création d’emplois, le financement de la protection sociale et la diminution du déficit de l’Etat.

Ce qui coûte, c’est la stratégie et les choix de gestion des entreprises faisant des salariés une variable d’ajustement mais aussi qui amputent les efforts nécessaires d’anticipation, de formation, de recherche et d’innovation.

Pour relancer l’industrie et l’emploi, mobilisons nous le 9 octobre pour gagner une autre répartition des richesses créées.

Le Medef veut plus de flexibilité, nous voulons la Sécurité sociale professionnelle A la demande du gouvernement, une négociation interprofessionnelle « sécurité de l’emploi » s’ouvrira le 4 octobre. Syndicats et patronat sont appelés à négocier rapidement sur des sujets majeurs :
- la lutte contre la précarité sur le marché du travail ;
- l’anticipation des évolutions de l’activité, de l’emploi et des compétences ;
- le maintien dans l’emploi face aux difficultés conjoncturelles des entreprises ;
- l’amélioration des procédures de licenciements collectifs.

Le Medef entend se saisir de cette négociation pour obtenir plus de souplesse et de flexibilité des contrats de travail, plus de liberté pour licencier.

Pour le Medef, il faut accentuer la pression sur les salariés et le travail alors même que ces vieilles recettes nous conduisent dans l’impasse économique et sociale !

Pour la CGT, il faut au contraire se saisir des leviers que comporte cette négociation pour obtenir de nouveaux droits et garanties collectives pour les salariés.

Actuellement un salarié qui change ou qui perd son emploi perd la quasi-totalité de ses droits. Parce que les droits sont attachés à l’emploi et dépendent notamment de la taille des entreprises. Les ruptures de contrat de travail impliquent pour les salariés une perte de revenus importante et tous les droits annexes (ex : complémentaire santé, droit à un congé formation, prévoyance, ancienneté, qualification, droit à la retraite…).
Chaque année 7 millions de salariés changent de situation ou d’emplois.
Les droits actuels doivent évoluer pour répondre à ces nouveaux besoins de sécurisation par des droits nouveaux interprofessionnels.

La CGT propose la construction de droits attachés à la personne cumulables au fil de la carrière, transférables d’un employeur à un autre. Ils doivent constituer le socle d’un nouveau statut du travail salarié. Cela passe notamment par la sécurité sociale professionnelle permettant de garantir le maintien du contrat de travail en cas de suppression de l’emploi, responsabilisant ainsi l’entreprise qui entend licencier. Ces objectifs doivent être au cœur des discussions de la négociation interprofessionnelle à venir.

Pour peser sur les négociations et permettre la relance de l’industrie et de l’emploi, votre intervention est nécessaire.

Le 9 octobre, participez aux manifestations et pour peser durablement sur les choix qui vous concernent, syndiquez vous à la CGT.

Publié dans Actions_européennes, Actions_nationales, Chômage, Dates A Retenir, Luttes, METALLURGIE, PRECARITE, Sécurité sociale | Pas de Commentaire »

UGICT – Le changement n’attend pas !

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 19 septembre 2012

UGICT - Le changement n'attend pas ! dans Actions_nationales cgt-ugict
18 Septembre 2012

Le changement n’attend pas

-

S’il suffisait d’un bulletin dans l’urne pour que le changement s’accomplisse en matière économique et sociale, alors sans doute l’abstention ne serait pas au niveau où on la déplore et nous aurions probablement fait l’économie de cinq années de sarkozisme.

La CGT avait assuré avant l’élection présidentielle que la défaite du sortant serait une des conditions pour que les choses changent, mais pas la seule.
Et après quelques mois, il faut bien se rendre à cette évidence, rien ne va de soi.
Si le ton et la forme du dialogue social ont changé, en revanche les antagonismes avec le patronat et le monde de la finance sont toujours plus vifs et l’issue des négociations qui se sont ouvertes reste incertaine.

En cette rentrée sociale,im412 dans Actions_nationales c’est une opinion impatiente qui s’exprime dans des scores de popularité en baisse de l’exécutif. Impatience devant des urgences sociales, économiques, industrielles, environnementales.
Le discours gouvernemental ne peut pas être un affichage de méthodes et de louables intentions. Il ne peut pas non plus donner le sentiment que la voix du Medef pèse autant que celles des millions de salariés qui aspirent à vivre mieux, à travailler mieux, à travailler « enfin »
.

Si le Medef avait voulu que ça change maintenant, cela se saurait. A l’inverse, il pousse les feux pour obtenir de nouvelles concessions.
A quoi cela rime de nous présenter les négociations sur le marché du travail sous un label « gagnant-gagnant » alors que le patronat réclame une plus grande sécurité juridique pour licencier sans contrainte.
Chaque recul que devraient consentir les salariés ne pourront qu’alimenter la sphère financière sans résoudre la crise. Pire, chaque centime de salaire direct ou indirect que le patronat va pouvoir raboter va au contraire amplifier cette crise.

Que la patronne du Medef et ses amis de l’UMP piétinent sur place en chantant que le travail est trop cher c’est le moins qu’on puisse attendre d’eux.
Que le gouvernement lui réponde que la question du coût du travail n’est pas un tabou pose assurément question.

De la même manière, cette majorité politique a été portée aux affaires pour, notamment, défendre et renforcer le service public, non pas pour prêcher l’ascèse et la rigueur budgétaire pour satisfaire aux diktats des agences de notation, de la Banque centrale et de la commission européenne.

En cette rentrée sociale, il est donc plus que jamais nécessaire que les salariés, les retraités, les privés d’emplois haussent le ton face au patronat pour accompagner, accélérer les changements.
Ils vont pouvoir le faire le 9 octobre
lors d’une journée de mobilisation syndicale européenne pour la défense de l’industrie. Ils peuvent aussi le faire en signant la pétition pour exiger des parlementaires qu’ils refusent de ratifier le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) au sein de l’Union économique et monétaire préparé par le couple Sarkozy-Merckel.

______________________________________

VOIR Et si on parlait du coût du travail !

Publié dans Actions_nationales | Pas de Commentaire »

Autonomie

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 18 septembre 2012

Autonomie dans Actions_nationales lettre-au-3-sinistres1-1024x419

loupe2 dans Retraites Courrier aux 3 Ministres SAP Autonomie 13 sept 2012

Publié dans Actions_nationales, Retraites, Santé, Sécurité sociale | Pas de Commentaire »

RETRAITES – Pouvoir d’achat – Autonomie – Santé

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 14 juillet 2012

RETRAITES - Pouvoir d'achat - Autonomie - Santé dans Actions_nationales retraite1  loupe2 dans Luttes  fichier pdf 4 pages Conf+®rence sociale – juillet 2012

Publié dans Actions_nationales, Luttes, PRECARITE, Santé, Sécurité sociale, Services publics | Pas de Commentaire »

Manifestation – contre le projet « compétitivité – emploi »

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 21 juin 2012

DANS LA PRESSE

LA VOIX DU NORD – Maubeuge
Publié le 21/06/2012

 

Revendication nationale et locale hier

avenue de Ferrière et porte de Paris pour la CGT


| LES VISAGES DE L’ACTUALITÉ |

L’union locale et la section métaux de la CGT ont organisé hier matin une opération à la fois conjointe et séparée en réunissant les militants avenue de Ferrière à Maubeuge, pour une revendication de portée nationale puis, porte de Paris, pour une action visant à sensibiliser l’opinion sur le sort de l’usine Paquet d’Hautmont.

Avenue de Ferrière, il s’agissait de dire non à la représentation locale du Medef sur le projet d’accord national interprofessionnel dit «compétitivité-emploi » qui consiste, pour faire simple, à ajuster le contrat et le temps de travail des salariés aux carnets de commandes des entreprises. « Inacceptable, », s’insurge la centrale, qui avait organisé hier une action nationale. Objectif : marquer le coup avant la conférence sociale des 9 et 10 juillet. A Maubeuge, une délégation emmenée par Christophe Savaux, secrétaire de l’UL CGT, a déposé à l’union patronale la pétition et la motion qui ont circulé dans les usines en opposition à ce projet, « conforme à la logique du Medef », a commenté Christophe Savaux devant une trentaine de militants de Sambre-Avesnois.

Le dossier Paquet, du nom de cette entreprise d’usinage et de construction industrielle en redressement judiciaire depuis mai 2011, s’est invité à ce rassemblement, cette fois à l’initiative de la section métaux qui a procédé à une distribution de tracts porte de Paris. Pour André Chandelier, secrétaire de ladite section et Sylvain Tilmant, syndicaliste CGT et membre du CE de l’entreprise hautmontoise en difficulté, il y a péril en la demeure. Paquet, soixante-huit salariés, un passif de 2,5 M E pour un chiffre d’affaires de 7 M E en 2011 est loin de satisfaire aux objectifs du plan d’apurement de sa dette. Si en janvier la société a réalisé un chiffre d’affaires de 650 000 E, supérieur à l’objectif fixé mensuellement à 600 000 E, elle stagne depuis à la moitié de ce seuil.

Au-delà des données comptables, les syndicalistes CGT métaux et maison s’inquiètent du cheminement de ce dossier sur lequel le tribunal de commerce de Valenciennes doit rendre une décision le 2 juillet. Il est vrai que le flou est la principale caractéristique dans cette affaire. « Ça évolue tous les jours », résume-t-on au pôle d’animation économique du bassin Sambre-Avesnois. La CGT réclame pour sa part la tenue d’une table ronde avant le 2 juillet, demande non satisfaite jusqu’ici, alors qu’une réunion de ce type a eu lieu à Lille dernièrement, en l’absence des représentants des salariés mais en présence des candidats à la reprise. Aux dernières nouvelles, ces derniers étaient trois à avoir mis respectivement 200 000, 250 000 et 500 000 E sur la table pour reprendre Paquet. Mais entre Prométhée, que nous ne sommes pas parvenu à localiser, Sermec, société de mécanique générale de Roubaix, avenue de Beaurepaire et Snhec, pour société nouvelle d’exploitation Herbert et Colmant, rue des Francs Tireurs à Bruay-sur-l’Escaut, l’un des trois candidats aurait jeté l’éponge, sans qu’on puisse savoir lequel. A noter que l’un des repreneurs, Sermec, se trouve dans la même ville – Roubaix – que la société ACMM, une autre société du groupe Paquet également en redressement judiciaire.

Pour André Chandelier, qui étrille au passage le député PS Christian Bataille réélu, sollicité sur ce dossier pendant la campagne et coupable à ses yeux d’avoir assuré le service minimum en adressant un simple courrier à Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, il ne fait aucun doute qu’on se trouve là dans une stratégie de pourrissement qui devrait déboucher, le 2 juillet, sur une liquidation. Les salariés de Paquet ne devraient pas tarder à être fixés. • J.-M. B

__________________

A noter, la présence de l’UL d’Aulnoye-Aymeries

Voir aussi  Compétitivité / Emploi : Projet d’accord

 

Publié dans Actions_locales, Actions_nationales, Conditions de travail, Dates A Retenir, LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Licenciements, Luttes, METALLURGIE, PRECARITE, PRESSE, Salaires | Pas de Commentaire »

Action du 20 juin contre l’éventuel accord Compétitivité / Emploi.

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 19 juin 2012

UL MAUBEUGE ET ENVIRONS – UL AUNOYE AYMERIES

RASSEMBLEMENT DEVANT LA CHAMBRE PATRONALE A MAUBEUGE A 10 H 30

pour dépôt des motions et des pétitions

 __________________

Le patronat veut la peau

du contrat de travail !

Motion à l’attention des organisations patronales

Le projet d’accord national interprofessionnel proposé par les organisations patronales dans le cadre de la négociation « compétitivité-emploi » ne répond en aucun cas à une solution efficace pour sortir de la crise et marque la fin du contrat individuel de travail.

Le 13 avril dernier, les organisations patronales ont échoué dans leur volonté de faire signer cet accord par les organisations syndicales de salariés. La nouvelle séance de négociation prévue le 16 mai, a été reportée…  pour autant, le patronat ne renonce pas à ses ambitions.

Le projet d’accord « compétitivité-emploi » est inacceptable : il ne vise qu’à diminuer les rémunérations, assouplir le droit du travail en s’attaquant notamment à des dispositions essentielles du contrat de travail des salariés, libéraliser le licenciement, limiter le pouvoir des juges.

Nous refusons de négocier le « chantage à l’emploi ». La CGT exige des organisations patronales :

  • qu’elles renoncent à ce projet visant la casse du droit social. Celui-ci ne ferait qu’aggraver la crise économique et sociale.
  • qu’elles discutent et négocient sur des solutions pérennes pour répondre à la crise, notamment en revalorisant les salaires, en développant l’emploi et les qualifications.

Motion à signer  et à envoyer

  • au MEDEF – Fax : 03 20 21 95 47
  • Copie à l’Union départementale CGT du Nord – Fax 03 20 62 11 60

Pétition   fichier pdf petition comp-titivit–emploi – mai 2012

Publié dans Actions_locales, Actions_nationales, Actions_régionales, Conditions de travail, LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Luttes, Salaires | Pas de Commentaire »

Sécurité sociale – financement

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 17 mai 2012

Sécurité sociale - financement dans Actions_nationales ss-11

4 PAGES À TÉLÉCHARGER  fichier pdf 4 pages conf-d-ral – Financement S-curit- Sociale

Publié dans Actions_nationales, Sécurité sociale | Pas de Commentaire »

1...34567...20
 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | You're on my official's WEB...
| air du temps
| hikmaphilo