• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 6 avril 2012

SANTÉ AU TRAVAIL

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 6 avril 2012

SANTÉ AU TRAVAIL dans Conditions de travail eis

SANTÉ AU TRAVAIL :

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES

LE PATRONAT CONTRE UNE DIRECTIVE

-

Les employeurs européens ne soutiennent pas l’idée d’une initiative communautaire visant à protéger les travailleurs contre les troubles musculo-squelettiques d’origine professionnelle (TMS), qu’ils jugent « inutile et impopulaire ».

A la veille d’une réunion du comité d’évaluation d’impact le 28 mars, neuf organisations patronales(1) ont envoyé une lettre à la Commission européenne pour exprimer leur opposition à toute initiative législative.

« Nous sommes alarmés de voir que la Commission européenne continue de travailler sur une directive horizontale contraignante relative à l’ergonomie au travail.

Nous sommes particulièrement inquiets par son intention d’étendre le champ du cadre réglementaire européen, notamment en supprimant les exemptions existantes.

Cela imposera clairement de nouvelles charges administratives et financières à tous les employeurs et ne constituera en aucun cas une simplification » affirment-elles.

Les troubles musculo-squelettiques sont la forme de maladie professionnelle la plus courante en Europe.

Dans l’UE, 25 % des travailleurs se plaignent de mal au dos et 23 % de douleurs musculaires.

A l’heure actuelle, les dispositions relatives à la protection de la santé et la sécurité des travailleurs contre les risques de troubles musculo-squelettiques au travail sont fragmentées entre plusieurs directives, y compris la directive 90/269/CEE concernant la manutention manuelle des charges et la directive 90/270/CEE relative au travail sur des équipements à écran de visualisation.

La Commission souhaite donc intégrer ces dispositions dans un seul instrument législatif et planifie, après huit longues années de consultation avec les partenaires sociaux (la première consultation a eu lieu en 2004 et la seconde en 2007), de publier sa proposition « au cours du deuxième trimestre 2012 ».

Selon une source proche du dossier, le comité d’évaluation d’impact aurait toutefois rejeté la dernière version préparée par la Commission.

On attend, en conséquence, une version révisée dans les prochaines semaines.

Partenaires sociaux divisés,

Les employeurs européens craignent toutefois une augmentation des charges administratives et financières ainsi qu’un impact disproportionné sur les PME et les micro-entreprises.

Sur base d’une étude d’impact réalisée par un bureau de consultants pour la Commission, ils affirment qu’une initiative législative contraignante serait sans conteste l’option la plus couteuse (3,7 milliards d’euros, avec 90% de coûts portés par les PME).

« Nous demandons instamment à la Commission d’examiner attentivement les coûts et les avantages du projet d »initiative législative sur les entreprises, et en particulier sur les PME, et d’entreprendre un test des PME robuste avant de poursuivre ce travail » affirment les 9 organisations, qui se positionnent davantage en faveur d’actions de sensibilisation, d’information et de formation.

La Confédération européenne des syndicats, elle, a rappelé lors de la réunion de son Comité exécutif, en décembre 2011, qu’elle soutenait une directive d’ensemble pour la prévention des troubles musculo-squelettiques.

« Cette initiative, indispensable pour donner une base législative commune aux efforts de prévention qui doivent être intensifiés, doit aborder l’ensemble des facteurs qui contribuent aux troubles musculo-squelettiques et notamment l’organisation du travail et son intensité », avait défendu l’organisation.

Augmentation du stress au travail,

Le stress au travail constitue un problème pour une vaste majorité de la population active européenne, selon un sondage d’opinion de l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (EU-OSHA) publié le 27 mars.

Huit personnes sur dix pensent en effet que le nombre de personnes souffrant de stress professionnel augmentera (80 %) au cours des 5 prochaines années et 52 % s’attendent à une «hausse importante».

(1)Business Europe (employeurs privés), le CEEP (employeurs publics), EBC (construction), la EFCI (nettoyage industriel), Euro-chambres (chambres de commerce et d’industrie), Euro-commerce, la FIEC (industrie de la construction), PEARLE (employeurs des arts) et UEAPME (artisanat et PME)

Par Sophie Petitjean

 

Publié dans Conditions de travail, LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Santé, Services publics | Pas de Commentaire »

7 militants sans-papiers de la CGT arrêtés …

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 6 avril 2012

Clic sur l’image

7 militants sans-papiers de la CGT arrêtés ... dans LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES sans-papier-201x300

_______________________

fichier pdf SANS PAPIER

_______________________

Voir aussi
7 militants sans papiers arrêtés

Publié dans LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, PRESSE | Pas de Commentaire »

NAO

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 6 avril 2012

NAO dans Conditions de travail cgt-UD-Nord-300x60

Filpac CGT : Le cahier revendicatif de la CGT dans le cadre des NAO

Dans le cadre des NAO 2012, le syndicat CGT de la Filpac (Livre) CGT métropole Nord revendique:

  • Un retour aux indexations salariales
  • Devant le recul de l’âge de départ à la retrait, négociation

Pour lire la suite cliquez ici

Publié dans Conditions de travail, LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Luttes, Salaires | Pas de Commentaire »

Bernard Thibault interviewé dans « Métro »

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 6 avril 2012

Publié le jeudi 5 avril 2012
Bernard Thibault interviewé dans « Métro »

« Nicolas Sarkozy se fiche du dialogue social »

Le secrétaire général de la CGT répond aux questions de Gilles Daniel pour Métro.

La CGT diffuse un million de tracts pour appeler à voter contre Nicolas Sarkozy. Est-ce le rôle d’un syndicat de s’engager ainsi dans la campagne ?

Je dois d’abord dire que nous avons été obligés de rééditer ce tract à 400 000 exemplaires, tant la demande dans nos sections syndicales est forte. La CGT n’est pas en campagne électorale au sens partie prenante de la compétition, mais en tant qu’organisation qui a des choses à dire dans le débat public. Dès lors que Nicolas Sarkozy prétend obtenir suffisamment de suffrages pour exercer un nouveau mandat, il est pour nous primordial de livrer notre diagnostic de son bilan. On comprend que cela lui pèse que l’opinion de la CGT soit à ce point critique à son égard. Mais nous n’avons jamais attendu l’autorisation de personne pour parler salaires, emploi, retraites… C’est-à-dire faire du syndicalisme.

Nicolas Sarkozy vous accuse de faire de la politique…

En tant que syndicat, nous nous estimons habilités à livrer notre opinion sur sa politique économique et sociale. Aujourd’hui, il s’efforce de se présenter comme un nouveau candidat. Mais au vu de son comportement et des mesures qu’il a pris pendant cinq ans, il est clair que « la France forte », son slogan de campagne, se traduirait par une France plus autoritaire dans la manière dont le pouvoir politique s’exercerait. On entrerait dans une grave phase de dérèglementation du travail.

Pourquoi ne pas rester neutre comme les autres organisations ?

Chacun choisit sa propre démarche. Mais je remarque que d’autres déclarations, comme celle de la CFDT récemment, ne sont pas neutres. Il ne faut pas se tromper. Même si la CGT est la seule organisation que Nicolas Sarkozy fait siffler dans ses meetings, comme en 2007, ce n’est pas qu’elle qui est visée, mais le fait syndical dans son ensemble : aujourd’hui dans toute l’Europe, l’action syndicale est la seule de nature à contrarier les politiques libérales qui prônent une révision drastique des droits sociaux des salariés.

Lire la suite… »

Publié dans Luttes | Pas de Commentaire »

 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | You're on my official's WEB...
| air du temps
| hikmaphilo