1er mai 2012 – Chiffres du chômage

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 30 avril 2012

1er mai 2012 - Chiffres du chômage dans Actions_locales cgt-conf6

Chiffres du chômage

Encore une raison d’être forts et nombreux le 1er mai 2012

jeudi 26 avril 2012

-

Sans surprise, les chiffres du chômage confirment mois après mois que la politique menée n’a fait qu’accroître la précarité et détériorer l’emploi.

En effet, pour le 11ème mois consécutif, le nombre de demandeurs d’emploi a progressé pour atteindre 2 ,884 millions de personnes. Dans son bilan du quinquennat, la CGT a démontré que les orientations politiques de Nicolas Sarkozy ont été au service de la finance et des plus riches. Il a choisi les rémunérations des actionnaires au détriment du travail, de l’investissement productif et des emplois.

Par sa politique d’austérité, il a créé un million de « vrais chômeurs ».

Pour la CGT, une autre politique d’emploi notamment par une véritable politique industrielle et un développement des services publics est nécessaire et urgente.

Pour appuyer ces légitimes exigences, la CGT appelle tous les salariés, privés d’emploi et retraités à participer aux 289 manifestations organisées le 1er mai 2012 dans toute la France dans un cadre unitaire.

Montreuil, le 26 avril 2012

Publié dans Actions_locales, Actions_nationales, Dates A Retenir, Luttes, PRECARITE, Retraites, Services publics | Pas de Commentaire »

1er mai 2012 – communiqué CFDT – CGT – FSU – Solidaires – Unsa

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 30 avril 2012

Communiqué CFDT – CGT – FSU – Solidaires – UNSA

1er mai 2012 : satisfaire les revendications pour le progrès social

Dans cette période de crise en France et en Europe, les organisations syndicales CFDT, CGT, FSU, Solidaires, UNSA affirment leur volonté de faire du 1er mai 2012, journée de solidarité internationale du monde du travail, une forte journée de mobilisation, de manifestations et d’expressions revendicatives pour :

- faire entendre les priorités sociales et les préoccupations des salariés, des demandeurs d’emploi, des jeunes et des retraités, en France et en Europe ;
- exprimer la défense des droits fondamentaux et des libertés partout dans le monde ;
- faire reculer la xénophobie, le racisme et l’antisémitisme.

Dans beaucoup de pays européens, les populations subissent des politiques d’austérité et des réformes réduisant les droits des travailleurs et leur protection sociale.

La crise ne peut être le prétexte pour remettre en cause nos systèmes sociaux. Il faut une véritable politique de croissance, prenant en compte les enjeux écologiques, qui passe par l’amélioration du pouvoir d’achat et la création d’emplois.

La pression sur les salaires et l’assouplissement des règles de licenciement ne peuvent que fragiliser la croissance économique.
S’il y a un manque de compétitivité des entreprises, elle est notamment due à la rémunération excessive du capital au détriment de l’investissement dans l’emploi, la formation, la recherche et l’innovation.

En ce 1er mai, nous voulons faire écho aux revendications portées par les salariés dans cette période de crise :

  • priorité à l’emploi, en particulier des jeunes, alors que le nombre de chômeurs ne cesse d’augmenter depuis de longs mois et que les restructurations, les licenciements et les fermetures d’entreprises sont le quotidien de nombreux salariés,
  • lutte contre la précarité qui touche un nombre croissant de salariés, en particulier jeunes et femmes, et provoque des situations de pauvreté intolérables ;
  • la promotion des salaires et du pouvoir d’achat doit être une priorité. Il n’y a aucune raison de laisser les inégalités salariales perdurer, notamment entre les femmes et les hommes.

Nous réaffirmons avec le syndicalisme européen notre opposition à ces politiques et au nouveau traité qui, en faisant l’impasse sur la croissance, ne fera que renforcer l’austérité et la crise.

Nous voulons dans les mobilisations du 1er mai réaffirmer le besoin d’une Europe solidaire affirmant sa dimension sociale, ce qui impose de :

  • développer les droits des salariés et assurer des services publics de qualité,
  • mettre un terme à la concurrence sociale et fiscale entre pays de l’Union européenne qui tire les garanties des travailleurs vers le bas. Il faut une autre répartition des richesses et mettre un terme à la spéculation financière,
  • faire respecter la place et le rôle de la démocratie sociale, de la négociation collective et du dialogue social.

La CFDT, la CGT, la FSU, Solidaires et l’UNSA appellent leurs organisations à se rencontrer dans les territoires pour déterminer les modalités concrètes d’organisation des initiatives et manifestations du 1er mai sur ces objectifs.

Le 16 avril 2012

Publié dans Culture, HISTOIRE, LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Luttes, monde, PRECARITE, Retraites, Services publics, XENOPHOBIE - FASCIME | Pas de Commentaire »

ALLO ! ALLO !?

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 28 avril 2012

DANS LA PRESSE

Actualité Maubeuge

PUISQU’ON VOUS L’DIT !

samedi 28.04.2012, 05:02 – La Voix du Nord

La CGT moins seule au 1er mai

L’Union locale CGT ne sera finalement pas seule à défiler le mardi 1er mai à Maubeuge (notre édition de ce vendredi 27 avril). La CFDT a fait savoir hier après-midi qu’elle en serait. Ses représentants ont expliqué ce retard à l’allumage par des problèmes de communication purement techniques, de téléphone, de mail et on en passe. C’est dingue ça : la géolocalisation par satellite est capable de vous repérer un quidam à cinquante mètres près, pour peu qu’il ait son téléphone portable sur lui et là, pour le coup, les uns et les autres n’ont pas su se trouver tout de suite… dans l’ancien collège Vauban où les deux unions locales sont logées.

ALLO !  ALLO !? dans Actions_locales empty

Non merci D’autres représentations syndicales sollicitées par la CGT n’en seront pas. La CGC a fait savoir qu’elle serait « absente ».

FO s’est drapée dans sa vertu en refusant de « faire de la politique », rapport au soutien inédit apporté par la confédération au révolutionnaire Mélenchon au premier tour de la présidentielle. Et Sud est désolé car ses responsables avaient organisé depuis longtemps une journée pêche.

A la truite, aux voix…?

Publié dans Actions_locales, Luttes, PRESSE | Pas de Commentaire »

Métallurgie – ArcelorMittal – Rapport expertise SECAFI-ALPHA

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 27 avril 2012

Métallurgie - ArcelorMittal - Rapport expertise SECAFI-ALPHA dans Conditions de travail cgt-UD-Nord6-300x60

Un rapport d’expertise confirme la nécessité de relancer les installations de Florange

Le rapport d’expertise SECAFI-ALPHA livré mercredi 25 avril, au comité central d’entreprise d’ArcelorMittal Atlantique et Lorraine, dans le cadre d’une procédure d’alerte lancée en septembre dernier,…

Pour lire la suite cliquez ici

_______________________________________________

-edmond-wanic2-262x300 dans HISTOIRE

Pour Edmond WANIC

qui a travaillé à Florange,

Beaucoup de combats, souvenirs

Sacré Militant Edmond,
humaniste, défenseur, chanteur ..
.

A voir entre autres:  Arrco-Agirc – Conférence de presse

Mettre « Edmond » dans recherche et allez y !

 

Publié dans Conditions de travail, HISTOIRE, LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Licenciements, Luttes, METALLURGIE | Pas de Commentaire »

Quel est l’enjeu de ce 1er Mai 2012 ?

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 27 avril 2012

DANS LA PRESSE

L’HUMANITÉ
 Mercredi 25 Avril 2012

Cuisine

 « Il faut un grand 1er Mai, unitaire et revendicatif »

Nadine Prigent, membre du bureau confédéral de la CGT,
pointe les enjeux de la Journée internationale de solidarité du monde du travail
dans un contexte électoral tendu.

 

Quel est l’enjeu de ce 1er Mai 2012 ?

Nadine Prigent

 

Il faut que ce soit un grand 1er Mai, unitaire, et revendicatif : salaires, emploi, formation, retraite, protection sociale, lutte contre la précarité Il faut aussi réagir face au score élevé du Front national. Cela fait maintenant plusieurs mois que la CGT a relevé le défi de combattre l’extrême droite. Et les multiples expressions auprès des syndiqués ont porté quelques fruits. Les dernières enquêtes montrent que le vote FN a reculé chez les syndiqués et les sympathisants. Ce que l’on sème sert à quelque chose. Mais plus de cinq millions de voix pour Marine Le Pen, cela reste préoccupant pour la démocratie, même si ce vote indique surtout que des milliers de salariés sont en recherche de solutions politiques face à l’insécurité sociale.

L’appel intersyndical à manifester, le 1er Mai, aussi contre les politiques d’austérité qui frappent toute l’Europe, participe également du combat contre le repli national ?

Nadine Prigent. Oui, le 1er Mai, Journée internationale de solidarité du monde du travail, doit permettre de réaffirmer les valeurs du travailler et du vivre ensemble. Les solutions ne passent pas par les discriminations, le racisme et le rejet de l’autre.

Nicolas Sarkozy appelant à un rassemblement des « vrais » travailleurs, vous le vivez comment ?

Nadine Prigent. Comme une nouvelle provocation. Il n’a pas de leçons à donner vu la situation qu’il laisse à l’issue de son quinquennat dans le monde du travail ! Production industrielle, services publics, chômage, conditions de travail qui mènent parfois au suicide Son bilan, nous l’avons démontré dans un tract édité à un million d’exemplaires, est désastreux. Le président de la République continue à diviser et à stigmatiser : la meilleure réponse à cette provocation, c’est que salariés du public et du privé, jeunes, précaires, privés d’emploi, retraités soient massivement présents dans les cortèges syndicaux.

Le président candidat et son entourage reprochent à la CGT d’empiéter sur le terrain politique.

Que répondez-vous ?

Nadine Prigent.

 ______________________

Qu’en organisant ainsi un rassemblement le 1er Mai, c’est plutôt le politique qui vient empiéter sur le terrain syndical !

C’est Nicolas Sarkozy qui n’est pas à sa place.

Nous sommes à la nôtre, y compris quand nous appelons à le battre au vu de son bilan économique et social.

 Et quelle que soit l’issue de l’élection, nous serons toujours là et l’action syndicale continuera.

 

Propos recueillis par Laurence Mauriaucourt

 

Publié dans Culture, Dates A Retenir, HISTOIRE, LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Luttes, PRESSE | Pas de Commentaire »

1ER MAI 2012 à Maubeuge

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 27 avril 2012

DANS LA PRESSE

Défilé, revendications et barbecue le 1er mai à la CGT

vendredi 27.04.2012, 05:02 – La Voix du Nord

 La sera CGT sur le pavé mardi prochain. PH ARCHIVES La sera CGT sur le pavé mardi prochain. PH ARCHIVES

|  RENDEZ-VOUS |

C’est un 1er mai particulier que s’apprêtent à vivre les syndicats puisque placé entre les deux tours de la présidentielle. L’Union locale CGT a orienté son propos sur ce rendez-vous dans son appel à manifester mardi. …

 

« Après le premier tour de la présidentielle, le 1er mai doit être une journée puissante de lutte pour une autre répartition des richesses, pour la justice et l’emploi, dans cette période d’austérité et de rigueur que les gouvernements et le patronat font peser sur les salariés et les catégories populaires. Le scrutin du 22 avril a clairement exprimé une forte aspiration à un changement de politique économique et sociale » : d’emblée, le ton est donné.

 

Sur le vote FN, les représentants de l’UL ne se voilent pas la face. « La CGT ne se résoud pas à accepter le vote FN qui constitue une impasse dangereuse qui a malheureusement attiré un nombre important de nos concitoyens, dont de nombreux ouvriers. » « La CGT, est-il encore écrit, n’accepte pas que le FN et l’UMP récupèrent le 1er mai qui est un symbole de l’histoire du mouvement ouvrier (…) La CGT dénonce la provocation que constitue ce détournement par des organisations dont les discours se rejoignent pour diviser et opposer entre eux les citoyens, stigmatiser les chômeurs et les minorités, pointer du doigt des boucs-émissaires d’une crise qui est avant tout celle du capitalisme », allusion à la fête du FN qui a lieu traditionnellement ce jour-là à Paris et au meeting de campagne organisé par Nicolas Sarkozy le même jour, également dans la Capitale. Enfin écrivent les responsables de l’UL « nous ne pouvons que déplorer que les autres organisations syndicales contactées n’ont pas répondu favorablement à notre proposition en ces instants où l’unité est plus que jamais nécessaire ».

A Maubeuge, le traditionnel rendez-vous a connu quelques modifications, d’itinéraire notamment, par rapport à ses devanciers : 9 h 30, rassemblement devant la mairie, 10 h, défilé en direction du quartier de Sous-le-Bois, 12 h, repas festif et familial espace Victor-Hugo, 61 rue Jeanne-d’Arc. •

Inscriptions pour le barbecue, crudités et tartes : adultes, 7 E, enfant de moins de douze ans, 5 E, boissons non comprises, auprès de Christine Basseux, 06 14 79 64 96 Joëlle Joseph, 06 65 12 10 64 Jean-Marc Pourchau, 06 58 88 11 07 Christophe Savaux, 06 81 29 73 89 ou par mail, cgt.maubeuge@laposte.net au plus tard le 27 avril.

Publié dans Dates A Retenir, HISTOIRE, LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Luttes, PRECARITE, PRESSE, Retraites, Services publics | Pas de Commentaire »

EMPLOI – Hautmont – Entreprise PAQUET

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 26 avril 2012

DANS LA PRESSE

Début de mobilisation hier

à l’entreprise Paquet d’Hautmont en difficulté

mercredi 25.04.2012, 05:02 – La Voix du Nord

 Les représentants syndicaux, ici Sylvain Tilmant, de la CGT Paquet, ont appelé à la mobilisation. Les représentants syndicaux, ici Sylvain Tilmant, de la CGT Paquet, ont appelé à la mobilisation.

|  LES VISAGES DE L’ACTUALITÉ |

Pas facile d’attirer l’attention sur soi entre deux tours d’une élection présidentielle qui cristallise autour d’elle tous les débats. Les représentants syndicaux de l’usine Paquet d’Hautmont, en redressement judiciaire, et de l’union locale CGT s’y sont toutefois attelés hier.

L’entreprise d’usinage et de construction industrielle Paquet ne va pas très bien, comme on a pu le voir dans de précédentes éditions. Usine de fabrication de jouets à sa création en 1950, la société a trouvé d’autres débouchés à partir des années soixante-dix quand ses fondateurs ont créé et développé une activité de grosse mécanique d’industrie et de maintenance.

Dans la rubrique de l’actualité sociale récente, l’entreprise hautmontoise a fait parler d’elle à partir de la fin de l’année 2008, période à partir de laquelle le carnet de commande a connu une forte baisse. Onze salariés avaient alors été licenciés au moment du passage aux trente-cinq heures qu’ils avaient refusé. Fin mai 2011, Paquet a été placé en redressement judiciaire et onze départs sont intervenus dans le cadre du plan de redressement, ramenant l’effectif à soixante-dix personnes.

Toujours sous le coup de cette procédure, l’entreprise a rendez-vous le 21 mai au tribunal de commerce de Valenciennes qui examinera alors la situation et les éventuelles offres de reprise d’une activité plombée par un passif de 2,5 M E pour un chiffre d’affaires de 7 M E en 2011. La date limite du dépôt des candidatures a été fixée au 30 avril.

Une offre de reprise

C’est dans cette perspective que la CGT a lancé un début de mobilisation hier à l’une des entrées de l’entreprise où les salariés ont été conviés en début d’après-midi. Sylvain Tilmant, délégué CGT de l’usine et membre du CE, a brossé dans un premier temps le tableau de la situation devant le personnel.

EMPLOI - Hautmont - Entreprise PAQUET dans Licenciements paquet1-300x199Il a résumé l’impatience générale qui prévaut dans les ateliers où l’on attend depuis près d’un an que la situation s’améliore d’une part et, d’autre part, que des offre sérieuses soient déposées. Sur ce point précis, il semble qu’un candidat se soit manifesté, mais sans provoquer un grand enthousiasme du côté de la CGT, qui ne veut pas en dire davantage. Selon nos informations, il s’agirait d’un investisseur étranger qui a pris récemment en Sambre le contrôle d’une autre société industrielle avec, à la clef, des perspectives de développement jusqu’ici restées au point mort. Dans ce dossier comme dans celui de Paquet, les Cégétistes n’ont pas caché leur crainte quant à un éventuel « transfert de technologie » qu’on appelle encore délocalisation.

Venus de l’union locale avec Christophe Savaux, secrétaire général, d’autres syndicalistes se sont exprimés hier après-midi. André Chandelier, ancien des Tôles perforées, a creusé dans le filon de l’histoire syndicale sambrienne en rappelant que cette entreprise avait été sauvée après quinze mois d’occupation. « La situation n’est plus la même, mais vous ne pouvez plus continuer comme ça. Il faut populariser votre action. Il y a des formes d’action à mettre en place et dans l’urgence », a résumé le secrétaire de la section métaux.

Tonalité identique de la part de Jean-Marc Pourchau, de l’UL, qui a exhumé du même filon les « douze mille personnes » comptabilisées naguère dans les rues de Maubeuge pour l’entreprise Jeumont Schneider. Et puisqu’il est question de calendrier dans cette procédure, la date du 1er mai a été cochée hier après-midi comme point de départ de la mobilisation avec une place d’honneur réservée aux salariés de chez Paquet dans le traditionnel cortège de la fête du Travail, « avec vos bleus de travail et en famille », a suggéré Jean-Marc Pourchau qui a exhorté les salariés : « Ne baissez pas les bras et relevez la tête ». • J.-M. BOUTILLIER

Nous n’avons pas pu joindre Christophe Desmarez, directeur de l’entreprise.

Publié dans Licenciements, Luttes, METALLURGIE, PRESSE | Pas de Commentaire »

L’Éducation nationale = fabrique à inégalités

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 26 avril 2012

 L’Éducation nationale = fabrique à inégalités dans Education nationale logo-cgt-éduc-action

L’Éducation nationale = fabrique à inégalités 

Un rapport de la Cour des comptes, non encore paru, vient d’être révélé par la presse. Il serait dans la lignée du rapport de 2010 énonçant le fait que l’État délaisse les élèves les plus fragiles, voire creuse les inégalités…

Ainsi, l’académie de Créteil serait passée, en termes de moyens alloués par l’Éducation nationale, de la 22e à la 26e place en près de 6 ans. « Au vu de ces chiffres et de leur évolution récente, aucun élément attestant d’une politique particulière en matière de réduction des inégalités n’apparaît de manière flagrante », est-il écrit dans le rapport. « Alors même que les outils sont disponibles, le ministère ne se met pas en position d’analyser précisément les inégalités territoriales, leurs causes et les moyens de les limiter ».

Pour la CGT Éduc’action, ces éléments ne sont pas surprenants et participent de la démonstration que le Service public a été sacrifié pendant 5 ans, accentuant les difficultés pour les plus fragiles. Cette démonstration est à retrouver aussi dans la publication d’avril 2012 de la CGT Éduc’action dans un dossier spécial « Bilan du quinquennat »
(http://www.unsen.cgt.fr/images/pef/pef_117/pef_117.pdf).

Le programme ECLAIR a largement contribué à vider l’éducation prioritaire de son contenu. Cette dernière étape d’une « autonomie » qui accroît les inégalités, vient après un démembrement patient depuis 10 ans, et fait suite à l’introduction, en 2006, des Réseaux Ambition Réussite (RAR), qui n’avaient d’autre ambition que de faire des zones prioritaires des zones d’expérimentation de la casse du Service public et du statut.

Lire la suite… »

Publié dans Education nationale, Services publics | Pas de Commentaire »

Le patronat veut la peau du contrat de travail !

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 25 avril 2012

Le patronat veut la peau du contrat de travail ! dans Conditions de travail cgt-conf5

Au nom de la crise

Le patronat veut la peau du contrat de travail !

vendredi 30 mars 2012

Des négociations nationales se tiennent actuellement et les employeurs proposent un texte qui permettrait de baisser les salaires et faire varier la durée du travail par accord d’entreprise, ceci en échange d’un hypothétique engagement à maintenir l’emploi.

Concrètement, ce projet d’accord permettrait aux employeurs de modifier des éléments fondamentaux de votre contrat de travail, tel que durée du travail, conditions de travail, aménagement du temps de travail et rémunération.

Le monde de demain version Medef
Le contrat de travail Aujourd’hui
Votre rémunération, votre durée du travail sont souvent fixées dans votre contrat de travail.
L’employeur ne peut pas les modifier sans votre accord.
Demain
Dès que l’entreprise prétendrait pressentir des problèmes économiques à venir, elle pourrait négocier un accord de baisse des rémunérations, de variation de la durée du travail ! Ces modifications vous seraient imposées par accord d’entreprise. Si vous les refusiez vous seriez licenciés !
Le licenciement Aujourd’hui
Vous refusez la modification de votre contrat de travail. L’employeur ne peut pas vous licencier pour ce refus.
Eventuellement, s’il démontre que l’entreprise connaît des difficultés, il peut vous licencier pour motif économique, avec les garanties attachées à ce type de rupture (reclassement, contrat de sécurisation professionnel …) Si vous êtes 10 à refuser cette modification, l’employeur doit faire un plan de sauvegarde de l’emploi.
Demain
Lorsque l’accord d’entreprise vous imposerait une modification de votre contrat de travail (rémunération, durée du travail…) et que vous la refusiez, votre licenciement ne serait pas considéré comme économique. Votre motif de licenciement serait inattaquable devant un juge ! Le comité d’entreprise ne pourrait pas vérifier la réalité des difficultés économiques, faire des propositions alternatives aux licenciements, défendre vos intérêts. De plus, l’employeur échapperait aux obligations propres à ce type de licenciement (reclassement, contrat de sécurisation professionnel, ..) !

 

La CGT refuse de négocier le chantage à l’emploi en renonçant aux garanties du Code du travail et des contrats de travail pour répondre à la logique libérale !

Ce projet d’accord, négocié dans la précipitation permettrait aux entreprises de soumettre le contenu de vos contrats de travail aux aléas économiques ! Et en échange de vos sacrifices…aucune contrepartie ! Si les employeurs doivent s’assigner un objectif de maintien de l’emploi, ils ne pourront pas être sanctionnés en cas de non respect de cet engagement !

Concrètement, plus de souplesse pour l’employeur et moins de garanties pour le salarié.

De plus, le Medef indique clairement que les dirigeants et actionnaires ne seront pas contraints de faire le même effort que les salariés ! En clair, pendant que les salariés voient leur rémunération baisser, celles des dirigeants restent intactes et les actionnaires continuent à toucher des dividendes ! Au final, les entreprises pourraient donc baisser les rémunérations pour augmenter leur profit ! Bel exemple de justice sociale ! À l’image des politiques d’austérité et de dérèglementation que l’on tente d’imposer à tous les salariés en Europe, cet accord ne répond en rien aux difficultés que peuvent connaître certaines entreprises : son seul objectif est de casser des garanties sociales !

Pour sortir de la crise, il faut augmenter les salaires, développer l’emploi et les qualifications

Face au patronat qui veut imposer rapidement l’accord lors d’une séance de négociation le 13 avril, la CGT lance un processus de motion à envoyer par les syndicats au Medef portant le refus de négocier le chantage à l’emploi.

Votre intervention est indispensable ! Nous vous invitons à soutenir la motion syndicale et à proposer sa signature à tous vos contacts.

Publié dans Conditions de travail, LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Licenciements, Luttes, Salaires | Pas de Commentaire »

Après le premier tour de l’élection présidentielle

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 24 avril 2012

Après le premier tour de l’élection présidentielle dans LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES cgt-conf4

Après le premier tour de l’élection présidentielle

place-%C3%A0-la-justice-sociale-300x75 dans LuttesVers un puissant 1er mai pour les revendications,

le progrès social et la solidarité internationale

mardi 24 avril 2012

Déclaration de la commission exécutive confédérale

Le résultat du premier tour de l’élection présidentielle du 22 avril 2012 fait apparaître notamment :
- une participation importante des électrices et électeurs, manifestant ainsi leur volonté d’intervenir sur les choix structurant leur avenir ;
- un premier désaveu pour le Président sortant, Nicolas Sarkozy, qui n’obtient que 27% des voix ;
- une forte aspiration à un changement de politique économique et sociale.

Le rejet de la politique antisociale et autoritaire que Nicolas Sarkozy a menée durant 5 ans est massif. Après les mobilisations nombreuses et importantes de 2009 et 2010, les salariés, les retraités et les privés d’emploi ont ainsi confirmé leur refus de payer la facture d’une crise économique dont ils ne sont pas responsables.

La CGT réaffirme ses dix exigences :

- revaloriser les salaires, les pensions et les minima sociaux ;
- contrôler les aides publiques aux entreprises ;
- contraindre les entreprises à des alternatives aux licenciements ;
- suppression des exonérations fiscales et sociales sur les heures supplémentaires ;
- stopper les suppressions d’emplois et rétablir la retraite à 60 ans ;
- développer les politiques publiques et les moyens des services publics ;
- réformer la fiscalité en profondeur ;
- créer un pôle financier public et établir un mécanisme de crédits à taux réduits ;
- taxer les mouvements spéculatifs de capitaux et éradiquer les paradis fiscaux ;
- mettre en place un fond européen de solidarité sociale et de développement économique.

La CGT ne se résout pas au vote pour le Front national de millions d’électeurs, ce qui renforce la place de l’extrême droite dans la vie politique française. Nicolas Sarkozy et sa majorité y auront largement contribué en flattant les thèses de ce parti tout au long du quinquennat. C’est une voie dangereuse pour la cohésion du pays et la recherche de réponses favorables au progrès social.

La CGT continuera son combat contre les idées d’exclusion, du rejet de l’autre, pour le « travailler et vivre ensemble ». Ce combat appelle à la mobilisation de tous les syndicalistes.

Le 6 mai, les salariés sont de nouveau appelés aux urnes. Pour la CGT, au vu du bilan et des projets du Président de la République, sa réélection ouvrirait, à coup sûr, une nouvelle séquence de lourds reculs sociaux inspirés des exigences patronales.

Battre Nicolas Sarkozy en élisant un nouveau Président de la République est nécessaire. C’est contribuer à créer un contexte plus favorable aux revendications et au progrès social qui nécessiteront toujours des mobilisations syndicales.

C’est réaffirmer la légitimité de l’action syndicale dans un pays démocratique.

C’est ouvrir de nouvelles possibilités pour intervenir dans la vie de l’entreprise et de la cité.

La CGT dénonce la provocation du Président de la République qui vise à détourner et à récupérer le 1er mai par l’annonce d’un rassemblement de ses partisans, à Paris, ce jour-là, sur le thème fallacieux du « vrai travail ». Cette opération n’a d’autre objectif que de diviser les salariés et stigmatiser leurs organisations syndicales.

Dans ce contexte, la CGT appelle l’ensemble des salariés, retraités et privés d’emploi à relever le défi qui est lancé en participant massivement aux manifestations syndicales unitaires du 1er mai :

  • pour conforter la place que les réponses aux revendications sociales doivent prendre dans les politiques à venir ;
  • pour réaffirmer que la lutte pour le progrès social appelle à la solidarité de l’ensemble des travailleurs, quelles que soient leurs origines, leurs nationalités ou leurs croyances ;
  • pour exiger que le progrès social soit placé au cœur des politiques européennes.

Montreuil, le 24 avril 2012

Publié dans LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Luttes, PRECARITE, Retraites, Services publics | Pas de Commentaire »

1234
 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | You're on my official's WEB...
| air du temps
| hikmaphilo