Chôage – Privés d’emploi – Val de Sambre

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 23 juin 2011

 

privsdemploi.jpg

Monsieur Le Sous – Préfet d’AVESNES SUR HELPE
Monsieur le Président de l’AGGLOMERATION MAUBEUGE VAL DE SAMBRE
Monsieur le Maire de FEIGNIES
Monsieur le Président de REUSSIR EN SAMBRE
Monsieur le Président de la CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE D’AVESNES
Monsieur le Président de l’UNION DES INDUSTRIES METALLURGIQUES SAMBRE AVESNOIS
Monsieur le Directeur Général de SAMBRE et MEUSE
Messieurs les Directeurs des antennes PÔLE EMPLOI de MAUBEUGE

Maubeuge, le 21 juin 2011

 

Messieurs,

Le Comité CGT des Privés d’Emploi du Val de Sambre a constaté l’existence d’un recrutement important de 140 emplois en CDI par l’entreprise SAMBRE et MEUSE à Feignies.

Cette offre nous a évidemment marqués car il n’est pas si fréquent de rencontrer dans notre bassin d’emploi un recrutement d’une telle importance, de surcroît en CDI.

Cependant, au bout de 3 mois, elle est toujours présente notamment dans les locaux des antennes Pôle Emploi de notre ville et nous nous interrogeons sur les raisons qui pourraient expliquer cet état de fait :

  • Les salaires proposés sont-ils suffisamment attractifs pour les demandeurs d’emploi ?
  • Quels sont les efforts faits par l’entreprise pour améliorer les conditions de travail et de sécurité ?
  • Quelles compensations (temps de travail, congés, retraite,…) l’entreprise propose-t-elle pour rendre plus supportable la pénibilité particulièrement importante de ces métiers ?

À l’heure où des propos politiques inadmissibles et indignes stigmatisent les chômeurs comme profiteurs d’un soi-disant assistanat social, nous affirmons que les travailleurs privés d’emploi sont des gens courageux qui souhaitent travailler mais à des conditions correctes et respectueuses de leur dignité.

Au-delà du cas spécifique de l’entreprise Sambre et Meuse, et comme le relève le récent rapport de la Commission d’enquête parlementaire sur le ferroviaire, cette filière d’activité représente un créneau porteur pour les 20 – 30 prochaines années.

Les besoins d’équipement sont en effet considérables notamment dans les pays émergents : le monde compte aujourd’hui 500 villes de plus d’un million d’habitants, dont 300 n’ont ni train, ni tram, ni métro. De plus, l’urgence de la protection de l’environnement face au dérèglement climatique rend encore plus évident le développement des transports ferroviaires.

La Commission d’enquête parlementaire considère à juste titre que l’enjeu principal est de réorienter les entreprises de la filière vers une coopération plutôt qu’une concurrence acharnée, tant au niveau français qu’européen.

Dans ce contexte, le Comité CGT des Privés d’Emploi du Val de Sambre estime indispensable que le bassin de la Sambre ne passe pas à côté de ce potentiel de développement industriel porteur de nombreux emplois.

 

  • Combien d’entreprises de Sambre Avesnois sont-elles concernées par cette activité ?
  • Quelles sont les perspectives de développement de cette filière d’activité en Sambre Avesnois ? (dans les entreprises existantes et par l’implantation de nouvelles entreprises)
  • Y a t il une réelle volonté des entreprises françaises d’investir dans les différentes activités de cette filière ? (dans le cas de SAMBRE et MEUSE, c’est un groupe russe qui est venu mettre 6 millions € pour investir et créer des emplois, prenant par là même le contrôle de l’entreprise)
  • Quels impacts positifs en matière d’emplois peut-on escompter ?
  • Quelle politique est mise en œuvre tant au niveau de l’Etat, des collectivités territoriales et des organismes consulaires pour dynamiser la création de nouveaux emplois industriels sur cette filière ?

C’est sur l’ensemble des questions évoquées ci-dessus que le Comité CGT des Privés d’Emploi du Val de Sambre souhaite débattre et obtenir de votre part des réponses qu’attendent les milliers de chômeurs de notre bassin d’emploi.

 

C’est pourquoi nous vous demandons d’organiser dans les meilleurs délais une table ronde sur ces sujets.

Dans l’attente d’une réponse de votre part et restant disponibles pour en discuter préalablement avec vous,

Veuillez agréer, Messieurs, l’expression de nos meilleures salutations.

Le Bureau du Comité des Privés d’Emploi du Val de Sambre
Christophe SAVAUX, Jean-Claude LATOUCHE, Joël HARBONNIER, Jean Pierre ANCIAUX, Eric SZCZENY

 

Contacts :

Christophe SAVAUX (06 81 29 73 89)
Jean Claude LATOUCHE  (03 27 65 11 82)

privsdemploipermanence.jpg

 

 

 

Publié dans Actions_locales, Chômage, Dates A Retenir, PRECARITE | Pas de Commentaire »

Economie

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 21 juin 2011

La Voix du Nord – 21 juin 2011

Développement économique et dialogue social :

André Chandelier éclaire le débat de la position de l’union locale CGT

mardi 21.06.2011, 05:19 - La Voix du Nord

 L'union locale CGT a une vision critique des dispositifs de développement économique et souhaiterait y être associée.

 

 

L’union locale CGT a une vision critique
des dispositifs de développement économique
et souhaiterait y être associée.

|  ON EN PARLE |

D’emblée André Chandelier annonce la couleur …

Cibles : dialogue social, comité de revitalisation, aides de l’agglo, et tout ce qui touche à la formation et la création d’emplois. Préambule : « Depuis un certain temps, on demande à intégrer tout ce qui participe au développement économique ; on n’est pas là que pour les fermetures à la CGT. On parle de développement économique. On n’en prend pas le chemin, on est plutôt à sauver ce qui reste.

On est à 17 % de chômage. Soit on reste à siéger comme des potiches, soit on l’ouvre ». Seconde option retenue, on s’en doute. André Chandelier intervient au nom de l’UL CGT. Au fond, il raille les réunions, débats, colloques qui n’aboutissent à rien à ses yeux, sinon à rédiger des rapports. Exemple emblématique : « Une charte de pays de 135 pages qui a dû finir au fond des tiroirs des élus ». « Une étude sur une nouvelle répartition du territoire a été proposée aux élus lors d’un colloque à Solre-le-Château en 2007. On nous a traité de fous alors que maintenant c’est un des principaux sujets de discussion ». Critique, le Cégétiste l’est encore sur la multiplication des structures qui oeuvrent avec plus ou moins de bonheur au développement économique. « Chacun travaille dans son coin, il manque un fédérateur », résume-t-il.

« Qu’est-ce qu’on fait ? »

La forme maintenant. Le « comité de revitalisation » ? « On se voit une fois par an », lâche André Chandelier. Qui appuie là où ça fait mal. Précision : ce comité recueille des fonds en provenance d’entreprises qui licencient. En 2009 CBS Louvroil (cinquante emplois supprimés) et Vesuvius (cinquante-huit) ont mis respectivement au pot 200 660 et 232 765 E, soit un total de 433 425 E, un pactole amputé de 103 350 E correspondant aux frais versés à FINORPA, organisme régional d’accompagnement des entreprises. « Soit 25 % de la participation pour la prestation de FINORPA alors que nous avons tous les dispositifs en Sambre-Avesnois pour ces recherches d’emplois », peste André Chandelier.

Qui met en doute par surcroît l’efficacité du dispositif : « Lors de la dernière réunion du comité du 8 septembre 2010, un bilan de FINORPA au 31 août faisait état de quatre-vingt-sept emplois programmés, mais à la question de la CGT sur l’identité des entreprises concernées, nous n’avons pas eu de réponse ».

Autre comité dans le collimateur de la CGT, celui du suivi des aides économiques accordées aux entreprises par l’agglomération Maubeuge val de Sambre, « pour le moment beaucoup d’argent public pour peu d’emplois réalisés ». Autre exemple. L’aide apportée par l’agglo à Euromeca, « malgré un avis négatif de l’ensemble des organisations syndicales sur l’aide à apporter à cette entreprise qui licencie quatre salariés et ensuite redémarre son activité avec promesse de création de sept emplois avec une aide de l’AMVS de 100 000 E ». Et pan sur le « prétendu dialogue social » ainsi stigmatisé par l’attitude de la commission économique de l’agglo à l’égard de ses partenaires.

Bref André Chandelier se situe ici dans la même disposition d’esprit qu’à l’issue du conseil de gouvernance du plan de développement économique tenu en mairie de Maubeuge où, passés les discours convenus, il avait lancé « c’est bien beau de nous faire venir ici et de nous montrer des belles diapositives avec des bilans. Mais concrètement, qu’est-ce qu’on fait maintenant ? » • J.-M. B.

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Perte d’autonomie – Pour un droit universel

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 21 juin 2011

cgtconf4.gif
lundi 20 juin 2011

Communiqué de la CGT

Haut Conseil de la Famille

Contre la perte d’autonomie

il faut un service public et un financement solidaire

  

La CGT opte pour un droit universel à compensation de la perte d’autonomie, quel que soit l’âge ; dans le cadre d’un service public qui en permette la prise en charge solidaire au sens de la Sécurité Sociale.
Le Haut Conseil de la Famille (HCF) a examiné la dépendance des seules personnes âgées et l’articulation entre solidarité familiale et collective.
La CGT ne peut être opposée à un plan d’aide aux aidants familiaux ; elles (ce sont surtout des femmes) et ils sont plusieurs millions à intervenir dans la vie quotidienne des personnes dépendantes dans des conditions parfois pénibles et usantes.
Que ce soit par l’information, l’accompagnement, le soutien, il est possible d’améliorer leurs conditions d’existence tout de suite.
Mais la reconnaissance de leur rôle ne peut prendre la place d’un service public d’aide à l’autonomie, accessible à toutes et tous sur l’ensemble du territoire qui réponde à la fois aux besoins des personnes aidées et à ceux des salariés, que ce soit à domicile ou en établissement.
Pour les personnes dépendantes la CGT est exigeante,
elle veut des femmes et des hommes formés, bénéficiant de formation continue, de conditions de travail et d’exercice de leur métier permettant pleine efficacité et écoute. La formation en gériatrie et gérontologie doit être systématique et dispensées à l’ensemble des personnels, soignants ou non, que ce soit dans les structures d’aide à domicile, les structures médicalisées ou les structures hospitalières.

Il ne suffira pas de reconnaître la bonne volonté voire même la réelle compétence acquise des aidants familiaux en accordant quelques congés supplémentaires ou bien en rémunérant de quelques manières que ce soit le service rendu. Les préconisations du HCF en ce qui concerne l’aménagement des congés et possibilités d’aménagement du temps de travail sont des vœux pieux sans réelle incidence sur la vie des familles et des entreprises. Les propositions qui envisagent d’étendre aux aidants familiaux des possibilités existantes dans d’autres circonstances comme maintenir une retraite à 65 ans sans décote, de cotiser sur la base d’un temps plein, indemniser la réduction ou l’interruption d’activité sont aussi aléatoires. Toutes ces mesures basées sur l’amélioration de la situation actuelle ne seraient pas inutiles mais ne représentent que des aménagements assujettis à d’éventuelles négociations. La situation économique actuelle fait douter de résultats tangibles.
Ces mesures présentent en outre le risque d’un éloignement des femmes de l’activité professionnelle (puisqu’elles sont principalement concernées) en contradiction avec tous les discours des pouvoirs publics si ce n’est avec leurs actions.
Il faudrait au contraire une volonté politique pour aller dans le sens de ce service public que la CGT veut pour tous.

Les coûts de la perte d’autonomie sont insupportables pour la grande majorité des familles : une maison de retraite médicalisée, c’est entre 1.500 et 3.000 euros par mois.
Collectivement la CGT considère que ce coût devient relativement modeste : cela représente 1 point de PIB. Le sujet ne mérite donc pas la dramatisation actuelle, il demande des choix politiques.
Des dispositifs efficaces de régulation des tarifs des établissements privés comme publics doivent être mis en place ainsi qu’une harmonisation des pratiques départementales en matière de barème.
Pour la CGT, permettre « un reste à vivre » digne pour les personnes dépendantes ne passe pas par l’obligation alimentaire pour les enfants et petits enfants, ni par la récupération sur succession optionnelle ou non. Elle considère que le financement de la dépendance doit être socialisé dans le cadre de la Sécurité Sociale au financement rénové qu’elle propose.

Montreuil, 20 juin 2011

Publié dans PRECARITE, Santé, Sécurité sociale | Pas de Commentaire »

Demandeurs d’emploi – AER

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 20 juin 2011

Lu sur www.la-croix.com

 

« Une association organise un rassemblement le 24 juin à Montbéliard

et demande le rétablissement de l’AER pour les personnes licenciées avant 2009″

loupe1.png

 

Publié dans Actions_régionales, Chômage, Dates A Retenir, PRECARITE | Pas de Commentaire »

Loi NOME – dernier acte !

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 16 juin 2011

Loi NOME : Eh bien ! ça y est, c’est voté…

 photocompteuredf1.jpg

Et voila, dernier acte, le tour de passe-passe est joué gagnant dans une indifférence quasiment générale. Les français vont pouvoir payer plus cher leur électricité pour alimenter encore un peu plus les actionnaires !

ATTENTION vis à vis des fameux nouveaux compteurs, maintenant c’est individuellement qu’il faudra résister pour ne rien signer !!! 

AUJOURD’HUI DÉBUT ET FIN DE LA SESSION PARLEMENTAIRE AU SÉNAT POUR PASSER LE PROJET DE LOI NOME  ………

et les Nouveaux Compteurs EDF !

DANS QUELQUES JOURS CE NE SERA PLUS UN PROJET MAIS UNE VÉRITABLE LOI SCÉLÉRATE AVEC

APPLICATION AU 1er JANVIER 2012.

QUAND NOS FACTURES ET CELLES DE NOS AMIS AUGMENTERONT, ON NE POURRA PLUS DIRE QUE L’ON NE SAVAIT PAS.

À DIFFUSER LARGEMENT ÉVIDEMMENT !

APRÈS FRANCE TÉLÉCOM, LA POSTE, LA SNCF, ETC… EDF

Pour les fameux Compteurs qui devraient être installés bientôt et qui devraient nous être facturés au prix très très Fort (vers les 300 € ) , et qui, de surcroît, ne seraient pas fiables : il ne faudra rien signer.

On ne peut pas refuser à EDF d’accéder aux Compteurs, et de les changer : par contre comme nous n’avons rien demandé, nous n’avons aucune Obligation de Signer quelque Document que ce soit, et, du moment que nous n’aurons rien signé, EDF ne pourra pas nous obliger à payer ces Compteurs…

Attention aux Signatures : aucune, même pour la Réception de Travaux, etc.

LES TARIFS D’ÉLECTRICITÉ VONT AUGMENTER POUR PERMETTRE LA CONCURRENCE ! À TERME, L’USAGER PEUT S’ATTENDRE À DES HAUSSES SUBSTANTIELLES DE SA FACTURE, COMME CELA S’EST DÉJÀ PRODUIT POUR LE GAZ.

NE LAISSONS PAS FAIRE  !

C’est la Loi Nome, soit la Nouvelle Organisation du Marché de l’Electricité, concoctée par le Gouvernement.

Le principe en est simple : constatant que la Concurrence ne fonctionne pas (plus de 96 % des Français restent Fidèles à l’Opérateur Historique (EDF), le Gouvernement a décidé de la créer… artificiellement.

La Loi étant passée dans une relative indifférence, à partir du 1er Janvier 2011, EDF aura obligation de revendre à ses Concurrents jusqu’à 25 % de sa Production d’Electricité.

Un Véritable hold-up !

Les Fournisseurs d‘Electricité vont se voir offrir un quart de la Production, que les Français ont déjà payé avec leur Facture, pour qu’ils puissent réaliser des Profits, au seul bénéfice de leurs Actionnaires.

 
C’est une première que d’obliger une Entreprise, dans le Monde de la « Concurrence libre et non faussée », à céder une partie de ses Atouts à des Concurrents qui produisent peu ou pas du tout d’électricité.

Si vous êtes scandalisé, diffusez au moins ce message !

Une fois livré à la Concurrence et surtout au  » Privé  » ce sera trop tard… Le Prix de l’Électricité sera fixé par des Groupes Privés qui en fait seront des Filiales d’un Seul et Unique Groupe !

Vous n’y croyez pas ? Alors remettez vous dans le contexte de nos chères Autoroutes Françaises que nous, nos Parents et Grands Parents avons payé avec nos impôts et qui ont été Vendues et Bradées à de Grands Groupes Privés … Cela profite à qui ? Et le Prix à payer pour y circuler ? N’est-ce pas Scandaleux ? Mais c’est trop tard, car ce Réseau Routier n’appartient plus en totalité à l’État ! Et pour le reste ce sera pareil !

Aujourd’hui le service public coûte cher, mais ce n’est rien face à ce qui nous attend si nous le bradons à des Groupes Privés !

____

Voir

EDF – LOI N.O.M.E

 

Publié dans Energie, Services publics | Pas de Commentaire »

Prime « dividendes »

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 16 juin 2011

cgtconf3.gif

Publié le mercredi 15 juin 2011

« La prime ’dividendes’ ne répond pas au problème du pouvoir d’achat »

→  Bernard Thibault invité de RTL

 

Publié dans Luttes, PRECARITE, Salaires | Pas de Commentaire »

services publics

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 16 juin 2011

cgtnordenbas.jpg

1er débat de la « Campagne de défense et de conquêtes de services publics » qui aura lieu le 20/06 à 14h00 à Proville

invitation : services publics dans Dates A Retenir pdf invitation20juin20111.pdf

fptousgagnants.jpg

Ce débat intéresse tous les syndicats, tous les syndiqués,

qu’ils soient du secteur privé ou du secteur public, actifs, retraités ou privés d’emploi.

Publié dans Dates A Retenir, Services publics | Pas de Commentaire »

Congrès CGT Santé et Action sociale

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 15 juin 2011

Publié le mardi 14 juin 2011

Santé et Action sociale

Etre mieux la CGT de toutes les professions   clic sur le titre (vidéo)

La fédération CGT de la Santé et de l’Action sociale a tenu son congrès du 6 au 10 juin. Dans un contexte de profondes mutations de ces secteurs, la CGT a débattu de son organisation et ses structures afin de mieux coller aux réalités vécues par les salariés. Elle s’est notamment interrogée sur la question du travail : quel sens lui donner ? Comment combattre la pénibilité ? Le congrès a par ailleurs profondément renouvelé la direction de la fédération et élu une nouvelle secrétaire générale, Nathalie Gamiochipi, infirmière.

Publié dans Congrès | Pas de Commentaire »

SMIC – Carrefour

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 15 juin 2011

cgtconf2.gif

Carrefour

3.6 d’euros d’amendes pour non-respect du Smic

mercredi 15 juin 2011, par Frédéric Dayan

Hier mardi 14 juin, le tribunal de police d’Evry a condamné l’enseigne à 3.66 miilions d’euros d’amendes pour non respect du SMIC. Carrefour n’a en effet pas pris en compte le forfait pause payant ainsi quelques 1200 salariés en dessous du salaire minimum. Un manque à gagner que l’inspection du travail avait évalué entre 4,53 euros à 45,148 euros par mois, selon les catégories de salariés.

Carrefour a également été condamné à verser entre 10.000 et 15.000 euros d’amende à chacune des fédérations syndicales qui ont porté plainte, ainsi qu’entre 300 et 1.000 euros pour chacun des dix salariés qui ont porté plainte indépendamment.

Publié dans LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Luttes, PRECARITE, Salaires | Pas de Commentaire »

Sécurité sociale – Commission des comptes

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 14 juin 2011

cgtconf.gif

Dernier rapport de la Commission des comptes

 

Le dernier rapport de la Commission des comptes de la Sécurité sociale conforte la CGT dans sa revendication d’une réforme du financement de la Sécurité sociale

Le rapport de la Commission des comptes de la Sécurité sociale rendu public à l’occasion de sa réunion du 9 juin 2011 fait apparaître une certaine amélioration de la situation financière de la Sécurité sociale. Après le déficit historique de 23,6 Mds € en 2010, elle prévoit que ce dernier ne serait « plus » que de 19 Mds € fin 2011.

Le rapport confirme de manière très claire le diagnostic de la CGT. La dégradation considérable des comptes de la « Sécu » ne résulte pas de dépenses trop élevées (leur croissance a été particulièrement modérée en 2010, en particulier les dépenses d’assurance maladie qui ont crû de 2,7%), mais d’un effondrement des recettes dû à la crise.

« La crise a privé la Sécurité sociale de 15 Mds€ en 2010 », selon les termes mêmes du ministre François Baroin. Malgré la reprise de la croissance qui explique le redressement des comptes, le produit intérieur brut retrouverait à peine fin 2011, son niveau de 2007, selon le secrétaire général de la Commission.

La réponse aux besoins de financement de la Sécurité sociale passe donc par une relance des salaires et de l’emploi et non par des pressions sur les dépenses.

Le Gouvernement se félicite de la croissance très faible des dépenses d’assurance maladie. L’ONDAM (objectif national des dépenses d’assurance maladie) fixé par la loi de financement de la Sécurité sociale 2010 a été respecté pour la première fois depuis 1996. Le Gouvernement y voit un succès de sa politique de « maîtrise médicalisée » des dépenses. La CGT ne partage pas cet optimisme.

Nous assistons à une véritable explosion des dépassements d’honoraires, tandis que les inégalités d’accès aux soins, allant jusqu’à la renonciation pure et simple aux soins, vont croissant.

Le dépassement de 450 M€ de l’objectif pour les établissements de santé témoigne d’une pression extrêmement forte sur l’hôpital public.

Les effets de la réforme régressive des retraites de 2010 ne se font pas encore sentir, puisque le premier recul de 4 mois de l’âge de la retraite aura lieu au 1er juillet 2011. Le rapport de la Commission des comptes estime à 100.000 la diminution des départs en retraite qui sera provoquée en 2011 par cette mesure.

On ne peut passer sous silence l’augmentation très importante du nombre de chômeurs de plus de 50 ans : selon Pôle emploi, leur nombre a augmenté de plus de 50% depuis 2008, une grande partie de ces chômeurs étant des chômeurs de longue durée. Cette situation ne pourra qu’être aggravée par la réforme.

Dans ce cadre, une réforme de fond du financement de la Sécurité sociale, telle que celle proposée par la CGT est indispensable.

Elle implique en particulier de remettre en cause d’urgence les exonérations de cotisations sociales, en particulier les exonérations d’heures supplémentaires de la loi TEPA : aujourd’hui, les heures supplémentaires déclarées représentent plus de 400.000 emplois. Rappelons par ailleurs que la fameuse prime liée aux dividendes, est totalement exonérée de cotisations sociales.

Relancer l’emploi et les salaires, dégager des ressources nouvelles, voilà plus que jamais les premiers impératifs pour préserver notre Sécurité sociale solidaire.

Montreuil, le 10 juin 2011.

Publié dans Fiscalité, PRECARITE, Retraites, Santé, Sécurité sociale | Pas de Commentaire »

1234
 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | You're on my official's WEB...
| air du temps
| hikmaphilo