• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 21 juin 2011

Economie

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 21 juin 2011

La Voix du Nord – 21 juin 2011

Développement économique et dialogue social :

André Chandelier éclaire le débat de la position de l’union locale CGT

mardi 21.06.2011, 05:19 - La Voix du Nord

 L'union locale CGT a une vision critique des dispositifs de développement économique et souhaiterait y être associée.

 

 

L’union locale CGT a une vision critique
des dispositifs de développement économique
et souhaiterait y être associée.

|  ON EN PARLE |

D’emblée André Chandelier annonce la couleur …

Cibles : dialogue social, comité de revitalisation, aides de l’agglo, et tout ce qui touche à la formation et la création d’emplois. Préambule : « Depuis un certain temps, on demande à intégrer tout ce qui participe au développement économique ; on n’est pas là que pour les fermetures à la CGT. On parle de développement économique. On n’en prend pas le chemin, on est plutôt à sauver ce qui reste.

On est à 17 % de chômage. Soit on reste à siéger comme des potiches, soit on l’ouvre ». Seconde option retenue, on s’en doute. André Chandelier intervient au nom de l’UL CGT. Au fond, il raille les réunions, débats, colloques qui n’aboutissent à rien à ses yeux, sinon à rédiger des rapports. Exemple emblématique : « Une charte de pays de 135 pages qui a dû finir au fond des tiroirs des élus ». « Une étude sur une nouvelle répartition du territoire a été proposée aux élus lors d’un colloque à Solre-le-Château en 2007. On nous a traité de fous alors que maintenant c’est un des principaux sujets de discussion ». Critique, le Cégétiste l’est encore sur la multiplication des structures qui oeuvrent avec plus ou moins de bonheur au développement économique. « Chacun travaille dans son coin, il manque un fédérateur », résume-t-il.

« Qu’est-ce qu’on fait ? »

La forme maintenant. Le « comité de revitalisation » ? « On se voit une fois par an », lâche André Chandelier. Qui appuie là où ça fait mal. Précision : ce comité recueille des fonds en provenance d’entreprises qui licencient. En 2009 CBS Louvroil (cinquante emplois supprimés) et Vesuvius (cinquante-huit) ont mis respectivement au pot 200 660 et 232 765 E, soit un total de 433 425 E, un pactole amputé de 103 350 E correspondant aux frais versés à FINORPA, organisme régional d’accompagnement des entreprises. « Soit 25 % de la participation pour la prestation de FINORPA alors que nous avons tous les dispositifs en Sambre-Avesnois pour ces recherches d’emplois », peste André Chandelier.

Qui met en doute par surcroît l’efficacité du dispositif : « Lors de la dernière réunion du comité du 8 septembre 2010, un bilan de FINORPA au 31 août faisait état de quatre-vingt-sept emplois programmés, mais à la question de la CGT sur l’identité des entreprises concernées, nous n’avons pas eu de réponse ».

Autre comité dans le collimateur de la CGT, celui du suivi des aides économiques accordées aux entreprises par l’agglomération Maubeuge val de Sambre, « pour le moment beaucoup d’argent public pour peu d’emplois réalisés ». Autre exemple. L’aide apportée par l’agglo à Euromeca, « malgré un avis négatif de l’ensemble des organisations syndicales sur l’aide à apporter à cette entreprise qui licencie quatre salariés et ensuite redémarre son activité avec promesse de création de sept emplois avec une aide de l’AMVS de 100 000 E ». Et pan sur le « prétendu dialogue social » ainsi stigmatisé par l’attitude de la commission économique de l’agglo à l’égard de ses partenaires.

Bref André Chandelier se situe ici dans la même disposition d’esprit qu’à l’issue du conseil de gouvernance du plan de développement économique tenu en mairie de Maubeuge où, passés les discours convenus, il avait lancé « c’est bien beau de nous faire venir ici et de nous montrer des belles diapositives avec des bilans. Mais concrètement, qu’est-ce qu’on fait maintenant ? » • J.-M. B.

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Perte d’autonomie – Pour un droit universel

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 21 juin 2011

cgtconf4.gif
lundi 20 juin 2011

Communiqué de la CGT

Haut Conseil de la Famille

Contre la perte d’autonomie

il faut un service public et un financement solidaire

  

La CGT opte pour un droit universel à compensation de la perte d’autonomie, quel que soit l’âge ; dans le cadre d’un service public qui en permette la prise en charge solidaire au sens de la Sécurité Sociale.
Le Haut Conseil de la Famille (HCF) a examiné la dépendance des seules personnes âgées et l’articulation entre solidarité familiale et collective.
La CGT ne peut être opposée à un plan d’aide aux aidants familiaux ; elles (ce sont surtout des femmes) et ils sont plusieurs millions à intervenir dans la vie quotidienne des personnes dépendantes dans des conditions parfois pénibles et usantes.
Que ce soit par l’information, l’accompagnement, le soutien, il est possible d’améliorer leurs conditions d’existence tout de suite.
Mais la reconnaissance de leur rôle ne peut prendre la place d’un service public d’aide à l’autonomie, accessible à toutes et tous sur l’ensemble du territoire qui réponde à la fois aux besoins des personnes aidées et à ceux des salariés, que ce soit à domicile ou en établissement.
Pour les personnes dépendantes la CGT est exigeante,
elle veut des femmes et des hommes formés, bénéficiant de formation continue, de conditions de travail et d’exercice de leur métier permettant pleine efficacité et écoute. La formation en gériatrie et gérontologie doit être systématique et dispensées à l’ensemble des personnels, soignants ou non, que ce soit dans les structures d’aide à domicile, les structures médicalisées ou les structures hospitalières.

Il ne suffira pas de reconnaître la bonne volonté voire même la réelle compétence acquise des aidants familiaux en accordant quelques congés supplémentaires ou bien en rémunérant de quelques manières que ce soit le service rendu. Les préconisations du HCF en ce qui concerne l’aménagement des congés et possibilités d’aménagement du temps de travail sont des vœux pieux sans réelle incidence sur la vie des familles et des entreprises. Les propositions qui envisagent d’étendre aux aidants familiaux des possibilités existantes dans d’autres circonstances comme maintenir une retraite à 65 ans sans décote, de cotiser sur la base d’un temps plein, indemniser la réduction ou l’interruption d’activité sont aussi aléatoires. Toutes ces mesures basées sur l’amélioration de la situation actuelle ne seraient pas inutiles mais ne représentent que des aménagements assujettis à d’éventuelles négociations. La situation économique actuelle fait douter de résultats tangibles.
Ces mesures présentent en outre le risque d’un éloignement des femmes de l’activité professionnelle (puisqu’elles sont principalement concernées) en contradiction avec tous les discours des pouvoirs publics si ce n’est avec leurs actions.
Il faudrait au contraire une volonté politique pour aller dans le sens de ce service public que la CGT veut pour tous.

Les coûts de la perte d’autonomie sont insupportables pour la grande majorité des familles : une maison de retraite médicalisée, c’est entre 1.500 et 3.000 euros par mois.
Collectivement la CGT considère que ce coût devient relativement modeste : cela représente 1 point de PIB. Le sujet ne mérite donc pas la dramatisation actuelle, il demande des choix politiques.
Des dispositifs efficaces de régulation des tarifs des établissements privés comme publics doivent être mis en place ainsi qu’une harmonisation des pratiques départementales en matière de barème.
Pour la CGT, permettre « un reste à vivre » digne pour les personnes dépendantes ne passe pas par l’obligation alimentaire pour les enfants et petits enfants, ni par la récupération sur succession optionnelle ou non. Elle considère que le financement de la dépendance doit être socialisé dans le cadre de la Sécurité Sociale au financement rénové qu’elle propose.

Montreuil, 20 juin 2011

Publié dans PRECARITE, Santé, Sécurité sociale | Pas de Commentaire »

 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | You're on my official's WEB...
| air du temps
| hikmaphilo