Mobilisation – Attaques syndicales – JSPM

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 31 mars 2011

cgtmetallurgie.jpg JSPM – Jeumont

      

     

A l’appel de la CGT de JSPM, une cinquantaine de salariés des ateliers ont débrayé en signe de soutien à un salarié membre des CHSCT,  menacé d’une sanction disciplinaire sous un motif futil et surtout détourné de la réalité.

Le fond du problème est qu’il agit avec les membres CGT du CHSCT pour dénoncer les mauvaises conditions de travail, les causes d’accidents et les pressions subies par le personnel de la part de la direction et de la hiérarchie.

Après une déclaration des membres CHSCT affichée dans l’atelier, les chefs sont devenus furax car mis en cause et ont trouvé un moyen de s’en prendre à l’un des acteurs sous prétexte qu’il travaillait pour lui sur un tour durant une attente travail.

La déclaration concernait un accident qui aurait pu coûter la vie de deux salariés et les résultats d’une enquête sur les risques psycho sociaux menée à JSPM et mettant en évidence de graves problèmes.

Par leur mobilisation, les salariés montrent leur vigilence et leur ras le bol de la répression qui s’abat sur le personnel et les membres des IRP qui les défendent vraiment.    

Publié dans Actions_locales, Conditions de travail, Luttes, METALLURGIE | Pas de Commentaire »

La Poste

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 31 mars 2011

cgt12.jpg cgtfapt1.jpg
Frédéric Dayan - 29 mars 2011

      

Mobilisation unitaire sur fond de gros malaise

  

Mardi,    

Les postiers ont répondu mardi à l’appel à la grève des syndicats CGT, SUD, CFDT, CFTC, FO, CGC et Unsa et ont participé à des rassemblements partout dans le pays pour dénoncer les conditions de travail, les restructurations et les pertes d’emplois. A Paris, plusieurs centaines de postiers ont participé à une manifestation qui s’est achevée devant le siège du groupe.

Colette Duynslaeger, secrétaire générale de la FAPT-CGT a jugé la participation « bonne », évoquant un taux de grévistes de 30 à 35%, signe d’un « ras-le-bol qui s’exprime ».

Pour les syndicats, le malaise social est en grande partie lié à la situation de l’emploi, 11.700 postes ayant été supprimés en 2010, en raison de départs non remplacés. Les syndicats mettent en avant la multiplication des arrêts maladies, le coût des congés longue durée et congés longue maladie ayant augmenté de 4 millions d’euros sur deux ans.

_____

clic FAPT DOUAI

  

Publié dans Conditions de travail, Luttes | Pas de Commentaire »

Service public – 2 avril 2011

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 30 mars 2011

cgt11.jpg 
28 mars 2011

    

Les missions de service public

ne peuvent pas être assurées par le secteur privé lucratif

   

La CGT a pris connaissance avec colère et consternation du projet du Ministère de la Santé, relayé par un amendement à la Proposition de Loi « Fourcade », de faciliter l’attribution de missions de service public aux cliniques privées à but lucratif.

Alors que se multiplient des discriminations budgétaires réitérées au profit du secteur lucratif, et que la permanence des soins se trouve gravement amputée pour satisfaire les cliniques privées, cette nouvelle marque de défiance à l’égard des hôpitaux publics est particulièrement choquante.

La CGT ne peut accepter la généralisation d’une logique d’appel à projet permettant des interprétations hétérogènes selon les régions et favorisant clairement l’ouverture aux cliniques privées, sans contrôle réel du respect en leur sein des principes d’égalité d’accès, de permanence des soins et d’accessibilité financière.

La CGT est attachée à un service public hospitalier efficace disposant des moyens pour répondre aux besoins de la population dans le cadre des principes d’égalité et de solidarité. Elle demande que cessent les entreprises de démantèlement du service public et ne peut accepter des modifications de la loi HPST dans le seul intérêt des actionnaires du secteur d’hospitalisation privée lucrative.

La CGT s’est opposé à la loi HPST au motif qu’elle constituait une étape supplémentaire de démantèlement du service public hospitalier. Aujourd’hui, encore plus qu’hier, elle exige qu’un véritable débat national s’engage afin de discuter d’une nouvelle loi remplaçant la loi HPST, centrée autour d’un véritable service public de santé. Elle continuera à porter cette exigence, notamment lors de la journée d’action du 2 avril, avec l’ensemble des acteurs et des forces sociales rassemblées autour de cette même revendication.

Montreuil, le 28 mars 2011

Publié dans Dates A Retenir, Luttes, Santé, Sécurité sociale | Pas de Commentaire »

Retraites complémentaires

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 30 mars 2011

cgt10.jpg
28 MARS 2011 

ARRCO – AGIRC

 

Après consultation de ses organisations, la CGT a décidé de ne pas signer l’accord du 18 mars sur les retraites complémentaires ARRCO et AGIRC.

Une des principales raisons en est l’alignement des régimes complémentaires sur les régimes de base en ce qui concerne les âges. La CGT refuse d’apporter sa caution à un texte qui valide et grave dans le marbre le report des bornes d’âges qui a été combattu avec force en 2010. Rien n’y oblige puisque ce sont les organisations syndicales de salariés, à égalité avec les représentants des employeurs, qui assurent le pilotage des régimes et qui sont en droit de maintenir les bornes d’âges et ainsi, de ne pas aligner l’Arrco et l’Agirc sur la réforme régressive de novembre 2010.

L’accord ne prévoit pas de ressources supplémentaires pour les régimes, alors que le nombre de retraités ne fait qu’augmenter. Cela va conduire les régimes droit dans le mur du fait de l’impossibilité de financer les droits dans laquelle ils vont se trouver, une fois les réserves épuisées.

L’accord porte de nouvelles baisses des taux de remplacement, la valeur du point étant toujours revalorisée d’abord sur les prix, puis sur le salaire moyen moins 1,5 %, ce qui revient au même. Cette baisse du taux de remplacement est encore plus forte pour l’Agirc avec une revalorisation en 2011 très en dessous de l’évolution des prix.

La CGT juge cet accord particulièrement dangereux pour les retraités actuels et futurs. C’est la raison pour laquelle elle serait disponible pour exercer son droit d’opposition si les conditions en étaient réunies, notamment si deux autres organisations syndicales y étaient favorables.

Montreuil, le 28 mars 2011

Publié dans PRECARITE, Retraites, Sécurité sociale | 3 Commentaires »

Légitimité ?

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 29 mars 2011

 

CLIC Candidat au FN et syndicaliste ? Pas compatible !

   

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Retraites complémentaires – C’est notre fric !

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 26 mars 2011

cgt9.jpg 
24 mars 2011

 

Main basse sur 300 millions d’euros à l’Arrco et à l’Agirc !

  

Dans le cadre des négociations engagées le 25 novembre dernier, la CGT avait proposé dès le 9 mars un projet d’accord permettant de revaloriser les pensions de 2,2 % (évolution du salaire moyen) tant à l’Arrco qu’à l’Agirc. Les autres acteurs de la négociation n’ont pas jugé utile de donner suite à cette proposition.

Faute d’un accord signé dans les délais, c’est normalement l’accord du 25 novembre 2010, signé par toutes les organisations syndicales (y compris la CGT) et patronales, qui aurait dû s’appliquer. Cet accord prévoyait notamment une revalorisation de la valeur du point sur la base de l’évolution des prix.

Les commissions techniques et administratives de l’Arrco et de l’Agirc avaient indiqué que cela correspondait à une majoration de 2,11 % des pensions au 1er avril 2011. Contre toute attente, les présidences de l’Arrco et de l’Agirc ont décidé de ne pas appliquer cette dernière disposition. Tous les retraités vont être privés de cette revalorisation, qui représente au bas mot plus de 300 millions d’euros, alors qu’il est annoncé par ailleurs de nouvelles hausses des prix.

C’est proprement scandaleux quand on sait que nombre de retraités connaissent de plus en plus de difficultés à joindre les deux bouts.

Faut-il relier cette décision au contenu de l’accord soumis à signature le 18 mars dernier ?

Cet accord porte en effet une moindre revalorisation des pensions pour l’Agirc (0,41 % au lieu de 2.11 % pour l’Arrco). L’application de cet accord particulièrement régressif aurait conduit, dans l’hypothèse d’une revalorisation de 2,11 % au 1er avril à l’Agirc, à une baisse de la pension Agirc au 1er juillet, associée à la récupération du trop versé, donc à une baisse conséquente de la pension… Visiblement, certains ne voulaient pas courir ce risque. Ils ont préféré prendre en otage la totalité des retraités (allocataires ARRCO et AGIRC) en les privant d’une revalorisation pourtant très attendue. En l’état, ils devront patienter jusqu’au 1er juillet pour percevoir un rattrapage au titre de la régularisation.

Montreuil, le 24 mars 2011

Publié dans PRECARITE, Retraites, Sécurité sociale | Pas de Commentaire »

Services publics – Sécurité sociale – 2 avril 2011

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 25 mars 2011

cpamlille3.jpgcpamlille1.jpgcpamlille2.jpg

Déclaration de la délégation CGT

 

La santé de chacune et chacun passe
par un service public de santé et des soins de qualité et de proximité
avec des personnels en nombre et formés.

Après des années d’une politique de réduction des moyens et de réformes successives, la mise en place par la loi Hôpital Patient Santé Territoire (loi BACHELOT), des Agences Régionales de Santé (ARS) accélère la privatisation de notre système de santé. Pour le service public cela se traduit par des fermetures de services, fusions d’hôpitaux et réductions de personnels…

Cela aboutit à de véritables déserts médicaux, dans les secteurs urbains comme à la campagne.

La permanence des soins est menacée. Pour les malades et leurs proches, les distances augmentent, avec tous les risques et les coûts supplémentaires que cela comporte.

Les directeurs des ARS, nommés par le gouvernement, sont des superpréfets sanitaires régionaux.

Ils détiennent tous les pouvoirs pour organiser la santé dans son ensemble, en appliquant les directives gouvernementales.

La représentation des usagers, des salariés, des personnels et des élus est réduite à sa plus simple expression. Planifiant la désorganisation et la réduction des soins publics, les ARS favorisent le transfert vers le privé lucratif des soins les plus rentables au profit des groupes financiers de la santé et de leurs actionnaires.

Faute de moyens, les centres de santé sont menacés à plus ou moins long terme, la médecine scolaire est en voie de disparition, la médecine du travail risque d’être totalement sous le contrôle du patronat… Etc.

Les maternités de proximité ferment les unes après les autres, et sont remplacées par des usines à bébés.

Pour l’IVG, les objectifs sont aussi de concentrer leur pratique dans quelques centres, et le développement abusif de l’IVG médicamenteuse.

La psychiatrie peu à peu privée de ses moyens de soin devient un instrument de contrôle social s’appuyant sur le tout sécuritaire.

La sécurité sociale financée par les cotisations en fonction des revenus doit permettre à chacun de bénéficier des soins selon ses besoins : c’est un principe solidaire.

Notre santé est en danger,
il est temps de réagir ensemble pour que les adversaires de la sécu,
cessent de la casser !

De nombreuses mesures ont fait reculer ce principe solidaire : forfaits, franchises, dépassements d’honoraires, pénalités, déremboursements… Ce qui reste à la charge des foyers ne cesse d’augmenter.

Tout cela pousse vers l’assurance privée individuelle celles et ceux qui en ont encore les moyens et c’est par millions aujourd’hui que des gens diffèrent ou renoncent aux soins.

Le gouvernement veut privatiser la protection sociale en favorisant la création d’un marché pour les assurances privées.

Chaque annonce d’exonération de cotisation pour une entreprise ou un emploi, met à mal le financement solidaire de la sécurité sociale.

Le projet sur la dépendance prévoit l’obligation de souscrire une assurance individuelle privée dès l’âge de cinquante ans ce qui remet en cause le principe fondamental de solidarité.

Pour sauvegarder et promouvoir la santé publique :
L’enjeu crucial de la réforme du financement de la Sécurité sociale !

La réforme du système de santé ne peut se concevoir sans une réforme en profondeur de la Sécurité sociale. Depuis des années, la CGT revendique une réforme du mode de financement afin de couvrir les dépenses nouvelles liées aux besoins nouveaux de santé et protection sociale.

La rapide dégradation de la conjoncture économique pèse lourdement sur la situation financière de la sécurité sociale.

Un point de moins de croissance, c’est 2 Milliards d’euros de recettes en moins pour la Sécurité sociale. 

Ce constat conforte, si besoin était, les analyses de la CGT selon lesquelles le problème de financement de la Sécurité sociale est avant tout un problème de recettes, qui tient à l’insuffisance structurelle de la croissance. Il est vrai que le ralentissement actuel s’explique d’abord par les effets de la crise financière dont il est inutile de rappeler ici les causes, mais celle-ci renvoie précisément fondamentalement à un modèle économique dominé par le « tout financier », qui prend le pas sur le développement de l’emploi et la réponse aux besoins sociaux.

La création d’un million d’emplois stables équivaut à 5 milliards d’euros de recettes supplémentaires pour l’assurance maladie !

Et, 1% d’augmentation des salaires équivaut à un milliard d’euros  de recette à la sécu.

Le 2 avril va faire l’objet d’une grande journée de rassemblements et de manifestations à l’appel de nombreuses organisations, pour exiger le droit aux soins pour tous. Notre délégation soutien et participera à cette initiative !

Notre délégation appelle les assurés sociaux à participer massivement au rassemblement à 14 H 30 à Euralille pour sauvegarder et promouvoir la santé publique, pour la sécurité sociale universelle et solidaire !

  

Publié dans Actions_régionales, CPAM, Dates A Retenir, Santé, Sécurité sociale, Services publics | Pas de Commentaire »

Négociations sur les retraites complémentaires

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 25 mars 2011

cgt8.jpg 

La CGT consulte

 

CLIC vidologo3.jpg

 

Au terme de sept séances difficiles, les négociations sur les régimes de retraites complémentaires AGIRC et ARRCO se sont terminées vendredi 18 mars en fin de journée sur une proposition d’accord du Medef soumise aux organisations syndicales. La CGT a décidé de consulter ses organisations sur le contenu de ce texte et sur la démarche à conduire au cas où il serait adopté en l’état.

Ce texte :

  • aligne les mesures d’âge de la retraite sur celle du régime général qui est une mesure phare de la réforme Fillon contestée par toutes les organisations syndicales et par des millions de salariés qui ont manifesté en 2010.

  • Il perpétue et aggrave des mécanismes qui conduisent à une baisse du taux de remplacement du salaire d’activité par la pension de retraite.

  • Il écarte toute mesure sur les ressources des régimes, conditionnant ainsi l’équilibre financier à une réduction de la couverture sociale assurée par ces régimes.

____________________ 

cgtuldemaubeugeetenvironscopie4.jpg

ACCORD RETRAITES COMPLEMENTAIRES Négociations sur les retraites complémentaires  dans Luttes pdf accordretraitecomplmentaire18mars201111.pdf     CONSULTATIONdoc dans PRECARITE consultationud1.doc

    

Publié dans Luttes, PRECARITE, Retraites, Sécurité sociale | Pas de Commentaire »

Cantonales – 1er tour – proximité syndicale

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 24 mars 2011

Liaisons sociales

Clic → Le vote aux cantonales selon la proximité syndicale

b158200101z01copie.jpg

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Europe

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 23 mars 2011

     

Déclaration commune syndicale franco-allemande

 

Publié dans Luttes | Pas de Commentaire »

12345
 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | You're on my official's WEB...
| air du temps
| hikmaphilo