• Accueil
  • > Archives pour février 2011

Justice – Manifestations

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 12 février 2011

jeudi 10.02.2011, 05:17 – La Voix du Nord

Aujourd’hui, les magistrats du tribunal d’Avesnes-sur-Helpe battront le pavé à Lille

jeudi 10.02.2011, 05:17 – La Voix du Nord

Hier, le président du tribunal Claude Czech
a lu la motion de solidarité avec les magistrats nantais.

aujourdhuilesmagistratsdutribunal9398291.jpg|  MOBILISATION |

Comme annoncé dans la motion rédigée par l’assemblée générale des magistrats du tribunal …

de grande instance, lundi (notre édition de mardi), les affaires « non urgentes » ont été renvoyées, hier, en début d’audience correctionnelle. Les onze dossiers programmés initialement ont donc été reportés à des dates ultérieures seules deux comparutions immédiates ont été traitées au cours de l’après-midi. Mais avant de se pencher sur ces dossiers, les magistrats avesnois, réunis dans la grande salle d’audience, ont assisté à la (deuxième) lecture publique de la motion par le président du tribunal Claude Czech. De nouveau, une minute de silence a été observée en mémoire de Laëtitia Perrais.

Les juges d’Avesnes seront sans aucun doute nombreux à Lille aujourd’hui pour exprimer leur colère et leur indignation suite à la (énième) mise en cause de l’appareil judiciaire par Nicolas Sarkozy.

« Légitime défense »

Le procureur de la République Bernard Beffy, qui souscrit pleinement à cette motion « musclée », n’exclut pas une participation à la manifestation. Un procureur peut-il battre le pavé ? « Oui, bien sûr, nous sommes des citoyens comme les autres, des hommes et de femmes libres. Si j’y vais, c’est en tant que magistrat », précise le procureur. « Nous sommes assujettis au devoir de réserve, comme les autres magistrats d’ailleurs, mais aujourd’hui, on est en état de légitime défense », estime M. Beffy.

Au nom de l’ensemble des avocats du barreau d’Avesnes-sur-Helpe, le bâtonnier Patrick Duval exprime lui aussi « (sa) solidarité avec le mouvement des magistrats. » « On est forcément concerné par cette affaire et entièrement d’accord avec la motion votée par les juges avesnois lundi », résume-t-il. Mais les avocats d’Avesnes ne manifesteront pas à Lille aujourd’hui puisque « seules les affaires non urgentes sont renvoyées… », rappelle le bâtonnier.

Pour l’instant, aucune date n’a été fixée pour une nouvelle assemblée générale extraordinaire des magistrats d’Avesnes. Le mouvement voté en début de semaine se termine ce soir et les audiences devraient donc reprendre « normalement » demain matin. •

RUFUS DE RIDDER

Publié dans Justice, LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES | Pas de Commentaire »

Arrco-Agirc – Conférence de presse

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 12 février 2011

    cgtuldemaubeugeetenvirons.jpg  alogocgtretraits3.jpg     

CONFÉRENCE DE PRESSE
Mardi 8 février 2011
sur les RETRAITES COMPLÉMENTAIRES 

Edmond Wanic     

edmondwanic.jpg«sur les 7 dernières années (entre 2003 et 2009),  24 groupes du CAC 40, croulant sous les profits, ont augmenté leur masse salariale par employé de 8 % en moyenne alors que les dividendes par action gonflaient de 110 % : les uns se serrent la ceinture, les autres se livrent à une orgie de coupons ».

CONFÉRENCE DE PRESSE
Mardi 8 février 2011
sur les RETRAITES COMPLÉMENTAIRES

Le gouvernement et le patronat ont fait passer au parlement fin 2010 un mauvais coup en ce qui concerne les retraites du régime général : départ à 62 ans.

Pour la CGT, la bataille des retraites n’est pas finie. La preuve nous en est fournie avec le dossier des retraites complémentaires. Celui-ci est actuellement en discussion entre patronat et les organisations syndicales.

Le régime des retraites complémentaires des salariés du secteur privé est géré par l’ARRCO (Association pour le régime de retraites complémentaires des salariés) : 18 millions de salariés.

Le régime des retraites complémentaires et de prévoyance des cadres, l’AGIRC, concerne 4 millions de cadres qui, par ailleurs, cotisent également à l’ARRCO.

Les cotisations ARRCO sont prélevées sur la partie de salaire limitée au plafond de la Sécurité Sociale : 2 946 € au 1er janvier 2011.

Les cotisations AGIRC sont prélevées sur la partie de salaire supérieure au plafond de la Sécurité Sociale. Cependant, pour les cadres qui gagnent moins que le plafond de la Sécurité Sociale, il a été institué une garantie minimale de points : GMP.

En contrepartie des cotisations versées par les salariés des entreprises, les cotisations financent les retraites complémentaires des salariés déjà en retraite et des points de retraite sont attribués aux salariés en activité.

Le montant annuel brut de retraite complémentaire est déterminé par le total des points multiplié par la valeur du point.

L’AGFF : Association de gestion des Fonds de Financement

Les régimes AGIRC-ARRCO n’ayant pas été alignés sur la retraite à 60 ans au moment de son vote en 1982, un dispositif AGFF a été créé en 83 afin de permettre aux salariés de bénéficier d’une retraite sans abattement entre 60 et 65 ans. Une non reconduction du dispositif AGFF, c’est 22 % à 60 ans en moins sur les retraites complémentaires.

Depuis décembre 2010, des séances de négociations sur les retraites ARRCO et AGIRC ont lieu entre patronat et organisations syndicales.

En décembre 2010, la CGT a signé l’accord de prorogation sur l’AGFF qui permet aux retraités de continuer à percevoir sans abattement pour la période allant du 1er janvier 2011 au 1er juillet 2011, date d’application de la « réforme » des retraites de base.

Rappelons que dans sa réforme des retraites, le gouvernement a imposé l’ouverture des droits à 62 ans pour les personnes nées à compter du 1er janvier 1956.

Report de l’âge de la retraite

pour les assurés nés à compter de

Juillet 1951

60 ans et 4 mois

Janvier 1952

60 ans et 8 mois

Janvier 1953

61 ans

Janvier 1954

61 ans et 4 mois

Janvier 1955

61 ans et 8 mois

Janvier 1956

62 ans

Report de l’âge pour l’obtention du taux plein

L’âge est fixé à 67 ans pour les assurés nés à compter du 1er janvier 1956. Cet âge évoluera de la manière suivante pour les générations nées à compter de :

Juillet 1951

65 ans et 4 mois

Janvier 1952

65 ans et 8 mois

Janvier 1953

66 ans

Janvier 1954

66 ans et 4 mois

Janvier 1955

66 ans et 8 mois

Janvier 1956

67 ans

Au cours de la réunion du 26 janvier 2011, la partie patronal a indiqué qu’elle était pour un alignement sur les régimes de base en matière d’âge, ce qui signifie que l’âge de la retraite sans abattement passerait de 65 à 67 suivant le tableau ci-dessus.

Au cours des négociations, la délégation patronale a fait savoir également qu’elle était pour une prorogation de l’AGFF, cependant elle demande des contreparties :

  • l’âge de retraite sans abattement de 65 ans à 67 ans,

  • une baisse du taux de réversion de 60 % à 54 %,

  • le passage de l’âge minimum pour bénéficier de la réversion de 55 à 60 ans voire 62 ans.

Il était prévu que l’AGFF soit intégré dans les cotisations AGIRC et ARRCO, le MEDEF, aujourd’hui, s’y oppose.

La CGT propose que les deux régimes ARRCO et AGIRC inscrivent dans leur réglementation que tout salarié accédant au taux plein avant 65 ans dans le régime de base bénéficie d’une retraite complémentaire sans abattement.

Les discussions sur les retraites complémentaires qui se sont ouvertes le 25 novembre 2010 portent principalement sur l’AGFF, sur les valeurs d’acquisition et des services des points et sur le financement des régimes, c’est-à-dire notamment que le pouvoir d’achat des retraites complémentaires.

Maintenir le niveau des prestations, c’est important. En effet, le régime des retraites complémentaires représente 30 à 40 % du montant de la pension d’un non cadre et beaucoup plus pour un cadre.

Sur la valeur de service du point, la CGT propose que celle-ci soit revalorisée sur le salaire moyen et non sur l’évolution des prix comme aujourd’hui, ce qui a pour conséquence une baisse de nos pensions et une dégradation de la valeur des points accumulés pour les futures retraites.

Pour garantir à chaque salarié un bon niveau de pension par rapport à son salaire d’activité, il est impératif que le rendement contractuel des régimes soit constant. Pour cela, il faut que la valeur du point d’acquisition soit également revalorisée selon l’évolution du salaire moyen.

Sur le financement, le nombre de retraités augmente. Il faut augmenter les ressources des régimes pour garantir un bon niveau de pensions aux retraités actuels et futurs.

C’est du côté des entreprises et des actionnaires qu’il faut chercher le financement.

Le journal patronal « l’Expansion » de novembre 2010 nous en donne l’argument quand il indique :

«sur les 7 dernières années (entre 2003 et 2009),  24 groupes du CAC 40, croulant sous les profits, ont augmenté leur masse salariale par employé de 8 % en moyenne alors que les dividendes par action gonflaient de 110 % : les uns se serrent la ceinture, les autres se livrent à une orgie de coupons ».

La prochaine réunion sur les retraites complémentaires se tiendra le 24 février prochain et le 9 mars 2011.

Les conseils d’administration ARRCO-AGIRC se réuniront les 10 et 11 mars 2011.

Seules l’information des salariés et retraités, leur intervention seront de nature à empêcher que cette négociation ne se conclue par de nouveaux reculs sociaux !

______________

Article La Voix du Nord – 12 février 2011    Après le régime général, la CGT défend les retraites complémentaires  

     

Publié dans Actions_locales, Retraites | Pas de Commentaire »

Retraites complémentaires – pétition

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 11 février 2011

cgtnord.jpg

Négociations Retraites complémentaires Arrco et Agirc 

Ce qui est en jeu dans les négociations actuelles sur les retraites complémentaires, c’est le niveau des pensions, les solidarités dans les régimes et l’âge à partir duquel on bénéficie d’une retraite à taux plein.

La CGT revendique :

L’ouverture des droits à retraite complémentaire sans abattement avant 65 ans, dès lors que le salarié a ouvert des droits à une retraite à taux plein dans son régime de base. Le maintien de l’âge de 65 ans pour l’accession à une retraite sans abattement pour les salariés qui ne totalisent pas la durée d’assurance exigée.

  • 19ter.jpgLa nécessité de servir à chaque retraité un niveau de pension convenable, soit 75 % du revenu d’activité pour une carrière complète. Ceci s’entend avec une part pour le régime de base et une part pour le régime complémentaire, l’addition des deux devant faire 75 % au minima.
  • L’indexation du prix d’achat du point et de la valeur de service du point sur le salaire moyen et non pas sur les prix. Ceci afin de maintenir le rendement instantané des régimes et d’assurer l’évolution des pensions sans perte relative de pouvoir d’achat.
  • Une garantie minimale de points dans chaque régime complémentaire afin d’assurer une complémentarité minimale à chaque salarié. Cette disposition qui existe pour l’Agirc (mais pas dans l’Arrco) fait l’objet d’attaques régulières de la part du patronat.

Le FINANCEMENT devra être mis sur la table, car sans augmentation des ressources, l’accroissement du nombre de retraités conduira mécaniquement à une baisse des pensions.

C’est pourquoi la CGT propose :

  • Un élargissement de l’assiette des cotisations (à l’intéressement, aux stocks-options);
  • La révision des exonérations de cotisations sociales dites patronales;
  • La taxation des revenus financiers des entreprises;
  • La modulation de la cotisation en fonction des salaires et de la valeur ajoutée des entreprises.

LA PETITION EST ICI : Retraites complémentaires - pétition dans PRECARITE pdf ptitionretraitescomplmentairesjanvier2011.pdf

Publié dans PRECARITE, Retraites | Pas de Commentaire »

Maubeuge – Education Nationale – Manifestation

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 11 février 2011

cgtuldemaubeugeetenvirons1.jpg    

Hier à Maubeuge, entre 700 et 1 000 manifestants ! 

   

Chez les profs, « la question qui se pose, c’est : en quoi avons-nous démérité ? »

vendredi 11.02.2011, 05:16 – La Voix du Nord

Entre 700 et 1000 personnes ont manifesté hier à Maubeuge.

chezlesprofslaquestionquisepose9417151.jpg|  LES VISAGES DE L’ACTUALITÉ |

Entre 700 et 1 000 lycéens, enseignants et parents d’élèves, ont défilé hier à Maubeuge pour faire part de leur incompréhension quant aux suppressions de postes annoncées dans l’Éducation nationale. Les lycées Pierre-Forest, André-Lurçat et Placide-Courtoy n’ont quasiment pas fonctionné hier. FLORENT MOREAU

flomoreau@lavoixdunord.fr PHOTOS « LA VOIX »

Bien sûr il y a les cris, les slogans, les banderoles, mais à y regarder de près, ce n’est pas tant la colère qu’une certaine forme d’abattement et d’incompréhension qui se dégageait hier. « On réussit très bien, on a des très bons résultats au bac, des effectifs constants. La question qui se pose, c’est en quoi avons-nous démérité ? » lâchait Christophe, professeur de physique à Pierre-Forest, « lycée mort » hier qui affichait un taux de gréviste de 100 % à 8 h. S’ils prévoyaient des coupes dans les effectifs, la plupart des enseignants ne s’attendaient pas à ce qu’elles soient effectuées à la tronçonneuse : « On a déjà des classes de 35 élèves, on est à la limite du supportable, s’indignait Yves, prof à P ierre-Forest. Et en plus, ils ferment des sections technologiques. Ça veut dire qu’on coupe aux élèves des possibilités d’ascension sociale. Car ici, les jeunes n’ont pas les moyens d’aller faire un BTS à Lille… » Comme à Pierre-Forest, la mobilisation a été très impressionnante aux lycées Placide-Courtoy (95% de grévistes) et André-Lurçat (chiffres non communiqués), eux aussi concernés par les suppressions de postes. Entre 700 et 1 000 personnes, issues en majorité de ces trois lycées ainsi que de Jessé-de-Forest à Avesnes, ont défilé pendant plus d’une heure dans le centre-ville de Maubeuge. « Quand on n’a pas d’expérience et qu’on se retrouve face à une classe complète, c’est difficile résumait Émeline, 25 ans, professeur stagiaire. Je savais que ce serait compliqué, mais pas à ce point. » Le cortège aurait pu être plus imposant avec une meilleure participation des lycéens, qui ont ceci de particulier de s’être plus mobilisés contre la réforme des retraites que contre les suppressions de postes d’enseignants. Ils étaient tout de même plusieurs centaines hier : « C’est l’année où je passe le bac et si je le rate, je ne sais pas si je pourrai être repris ici, s’inquiétait Karim, en terminale à Lurçat. Ça veut dire aller à Valenciennes, prendre le train à 6 h 30, revenir le soir à 19 h, 19 h 30… » « Cette année, on est déjà 35 en classe, racontait Arthur, en terminale à Pierre-Fo, c’est pas des conditions pour travailler. Rien que pour trouver des places, on lutte, parfois on doit aller chercher des tables dans des autres salles… » De nouvelles actions se profilent la semaine prochaine dans les établissements sambriens. Les professeurs de Placide-Courtoy, qui devaient occuper leur lycée hier soir, ont prévu d’organiser un barrage filtrant autour de la zone Auchan mardi et de se présenter en cours avec des nez de clowns jeudi. Les enseignants de Lurçat envisagent d’occuper leur lycée la nuit. Des manifestations de protestations sont aussi évoquées devant la sous-préfecture d’Avesnes.

Et beaucoup attendent avec impatience la venue de la rectrice Marie-Jeanne Philippe, samedi, à Aulnoye, pour l’inauguration du lycée Pierre-et-Marie-Curie.

À en juger par sa popularité au sein du cortège hier matin, elle doit s’attendre à un comité d’accueil des plus chaleureux.

Publié dans Education nationale, Services publics | Pas de Commentaire »

Retraites – Conditions de départ

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 11 février 2011

cgtnord1.jpg
UD NORD – Espace Revendicatif

   

Des décrets d’application

qui confirment le caractère

injuste et inefficace de la réforme des retraites 

      

Les décrets et projets de décrets d’application de la loi portant sur la réforme des retraites confirment le caractère injuste et inefficace d’une loi dont les conséquences brutales représentent un recul social sans précédent.

  • Cette réforme arrive dans une situation économique dégradée où le chômage est en hausse continue et touche plus fortement les jeunes et les seniors. Le report de deux ans de l’âge légal de départ à la retraite va bloquer un million d’emplois, notamment pour les jeunes.

  • Cette réforme ne répond pas à la légitime revendication de la prise en compte de la pénibilité du travail ouvrant droit à un départ anticipé à la retraite, si ce n’est pas le biais d’une approche médicale.

  • Cette réforme aggrave les inégalités entre les hommes et les femmes. Elles devront, du fait de carrière incomplète, soit partir plus tard (67 ans), soit avec de plus petites pensions.

  • Les solutions financières avancées ne permettront pas de pérenniser durablement le système et comble d’injustice, fait porter les efforts à 85 % sur les salariés. Par contre, les entreprises, les hauts revenus, les revenus du capital sont cinq fois moins mis à contribution que les salariés. Le financement des retraites nécessite une autre répartition des richesses produites.

Parce qu’il est nécessaire aujourd’hui de réaffirmer tous ensemble que nous rejetons toujours cette réforme néfaste et que la bataille des retraites continue… !

Retraites - Conditions de départ dans PRECARITE pdf retraitesconditionsdedpartsuiterforme2010.pdf

   

Publié dans PRECARITE, Retraites, Sécurité sociale | Pas de Commentaire »

Un triste record…

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 10 février 2011

logocgtchomeurs.jpg

La Sambre-Avesnois a le taux de chômage le plus élevé de France : 17,1%…

jeudi 10.02.2011, 05:03La Voix du Nord

 Martine Charlet, hier matin, au Pole Emploi Avesnes, pour faire des photocopies.

|  LE VISAGE DE L’ACTUALITÉ |

La Sambre-Avesnois détient le taux de chômage le plus élevé de France soit 17,1% fin 2010 selon les chiffres de l’INSEE. Plus fort qu’à Roubaix-Tourcoing (14,9%) et que dans le Calaisis (16,2%). Parmi les demandeurs d’emplois recensés dans l’arrondissement, la moitié sont des chômeurs longue durée. Des chiffres qui sont le fruit de l’histoire économique de la Sambre-Avesnois et de la crise.

 

PAR LA RÉDACTION

    À l’antenne de Pôle emploi d’Avesnes, hier matin, il y a Martine Charlet. Pas tout à fait la cinquantaine, celle qui était encore il y a quelques mois assistante maternelle, est venue faire des photocopies pour son dossier. Du travail ? « J’en cherche. Je suis prête à faire des ménages. Je voudrais faire valider mes acquis pour avoir l’équivalent du CAP petite enfance. On le demande pour travailler à l’hôpital ou dans les écoles ». Martine habite Lez-Fontaine. De décembre 1978 à septembre 2010, elle était assistante maternelle. Elle est depuis peu à nouveau sur le marché de l’emploi. Et dresse des constats : « Il y a beaucoup de choses qui ferment. Être sans travail c’est dur. J’aimerais bien en retrouver rapidement. Ça me semble dur. Je pensais que cela se ferait plus rapidement que ça ». Martine n’est pas une chômeuse longue durée contrairement à 44% des demandeurs d’emploi du bassin. Ici, le chômage « a fait son trou ». Et ne laisse pas le sous-préfet Olivier André indifférent. « On a un arrondissement du fait d’une reconversion lente et inachevée qui a un taux de chômage plus élevé que le reste du territoire. Et depuis l’été 2008 un choc économique très violent avec des réductions d’emplois contractuels dans les entreprises. On a donc un double effet . Et si les tout derniers chiffres montrent une légère décrue pour les jeunes, on reste dans une situation défavorable ». Pour autant, la vallée de la Sambre a connu des investissements. « AREVA a ouvert un centre d’essais. Il y a la voiture électrique produite par MCA. Vallourec a son centre de recherches. On a des éléments positifs » dit encore Olivier André détaillant aussi des mesures comme le dispositif FNRT (Fonds National de Revitalisation du Territoire) permettant de financer la création d’emplois disparus. « Le tissu économique de l’arrondissement reste actif. Le territoire a aussi besoin de s’ouvrir à de nouveaux secteurs d’activité. Il y a de bonnes nouvelles. Deux entreprises étrangères (une russe, UVZ et une sud-africaine, Beta Steel) ont choisi la Sambre-Avesnois pour s’installer. Ça suppose toute une stratégie notamment de la part de l’Agglo pour rendre attractif le territoire. Ensuite, s’agissant des personnes, il y a d’autres dispositifs pour les remettre sur des secteurs d’emplois ». Et des structures oeuvrant en ce sens comme Réussir en Sambre. Reste que pour un demandeur d’emploi, le temps avant de retrouver quelque chose dans le meilleur des cas, est toujours bien trop long. •

Publié dans Chômage | Pas de Commentaire »

Assurance vieillesse – Femmes

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 9 février 2011

 

L’injustice faite aux mères de familles

    

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

EDUCATION NATIONALE – Manifestation

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 8 février 2011

cgtuldemaubeugeetenvironscopie1.jpg  Tous Ensemble

  DÉFENDONS

  L’ÉCOLE

 

Le 10 février toutes et tous en Manif !

Manifestation Locale
10h30 Espace Rive Gauche, Maubeuge

Depuis plusieurs années, les différents gouvernements s’acharnent à tailler dans les effectifs de la fonction publique réduisant à chaque fois un peu plus les services publics offerts à la population. Dans l’Education nationale, c’est à un véritable plan social que nous assistons : les 16 000 suppressions de postes prévues pour la rentrée 2011 viennent s’ajouter à celles des cinq dernières années pour atteindre un total de 66 000 suppressions.

Au delà des « économies » réalisées par le ministère, il s’agit bien aussi de l’affirmation d’une volonté idéologique. Alors que le gouvernement a soutenu massivement, et sans état d’âme, les banquiers pour résoudre une crise qu’ils avaient eux-mêmes créée, il n’y aurait plus d’argent pour les services publics entre autres. Pour combler le déficit, la seule solution serait de trancher dans les dépenses publiques, le dogme du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite servant de fil conducteur.

Pour ne pas être en reste, le ministère de l’Éducation nationale contribue aussi à cette idéologie. En plus de supprimer des postes, les réformes et les dispositifs expérimentaux s’empilent, sans même prendre le temps d’une véritable évaluation de leur pertinence. Dans l’enseignement professionnel, dans les lycées généraux et technologiques, à chaque fois, la dérégulation est de mise : tronc commun, globalisation des dédoublements, annualisation des horaires… Au-delà des économies en moyens, il s’agit de faire passer dans les mœurs des principes pour le futur et de faire en sorte que le modèle de système éducatif soit profondément modifié. Il s’agit pour le gouvernement de rendre les retours en arrière plus difficiles, quels que soient les résultats de ces réformes. 

  Quelques exemples parmi d’autres

  • La réforme de la formation a eu comme conséquence de surcharger de travail de jeunes collègues qui, écrasés par le stress et la fatigue, font une entrée tout à fait déplorable dans le métier. Quant à la formation qu’ils reçoivent, elle est bien insuffisante pour débuter. Nicolas Sarkozy, alerté par l’échec de cette réforme, réfléchirait à une autre réforme (décidément !) : il serait question de régionaliser les recrutements. La méthode est décidément toujours la même. Une réforme ne fonctionne pas : au lieu de revenir à l’existant et essayer de l’améliorer, on en profite pour faire passer une autre réforme pour aller encore plus loin dans la libéralisation du système.

  • La réforme de la classe de seconde, avec l’accompagnement personnalisé et les enseignements d’exploration, a conduit de nombreux professeurs à enseigner sans avoir été formés et sans programme… Le malaise est grand pour ces personnels qui se sentent déqualifiés.

  • C’est le même sentiment avec la réforme STI. Les professeurs sont sommés de se former en 4 mois, tout en assurant leur service, pour appliquer à la rentrée 2011 une réforme qu’ils ne souhaitent pas. La masse de travail et les formations subies entraînent évidemment un découragement chez nombre de collègues.

On pourrait continuer longtemps cette liste… déboussolant les personnels chaque fois un peu plus. Le ministère joue la communication à plein en Ici, on parle d’amputer les vacances d’été, là on érige le calcul mental comme élément central des apprentissages des sciences(!). Ici encore, on envisage de fusionner les enseignements scientifiques avec un seul et même enseignant.

Enfin, le socle commun (et le livret de compétences son corollaire), ce minimum scolaire, est présenté comme une solution miracle alors qu’il n’est qu’un prétexte pour regrouper écoles primaires et collège sans vraie réflexion.
Arrêtons là, la liste est déjà trop longue, la volonté du ministère de noyer les vraies réformes dans un flot d’annonces est par trop criante.

La touche finale à cette politique peut se retrouver dans le dispositif ECLAIR où, sous prétexte d’« autonomie » dans le second degré, on renforce les pouvoirs du chef d’établissement y compris contre l’avis des collègues. Aujourd’hui, il s’agirait de substituer le dispositif ECLAIR aux Réseaux Ambition Réussite. Au-delà de l’attaque contre l’éducation prioritaire, c’est un essai pour le ministre pour tester puis généraliser ce dispositif à tous les établissements en transférant aux chefs d’établissement les recrutements de personnels.
Ce qui est certain, c’est que ce n’est pas de l’avenir ni du bon fonctionnement du système éducatif dont on se préoccupe, mais bien d’assurer la victoire du capitalisme libéral dans des domaines jusque-là un peu préservés !

Il est donc temps de marquer un coup d’arrêt. Certes, le gouvernement est capable d’entêtement comme il l’a fait au moment du mouvement sur les retraites, mais ces victoires aux forceps ne sont jamais bonnes pour ceux qui les imposent. Les salarié-e-s de ce pays sont ressortis avec l’idée que, même s’ils n’avaient pas gagné, ils étaient encore capables de se mobiliser fortement. Cette capacité bien en tête, ils comptent l’utiliser pour remporter à l’avenir d’autres batailles.     

L’école c’est l’avenir de nos enfants, l’instruction pour tous c’est un choix de société ! Le gouvernement comme dans la réforme des retraites entend imposer des réformes antisociales… s’attaquer à l’école c’est s’en prendre à notre jeunesse et a un des piliers qui fondent notre société et sa cohésion sociale ! Tous et toutes sommes concernées nos enfants ont le droit à des professeurs en nombre suffisant et correctement formés. OUI l’école de la république c’est l’affaire de tous !!

stoplogo.jpg

Aussi, face à la destruction programmée de notre système éducatif,
il faut maintenant dire STOP !

Dès le 10 février, toutes et tous en Manifs
pour réclamer une autre politique de l’Education !

         Tous concernés, l’avenir de nos enfants est en jeu !

_______________________

Article La Voix du Nord, ICI

     

Publié dans Education nationale, Luttes, Services publics | Pas de Commentaire »

Justice

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 7 février 2011

cgt.jpg 
lundi 7 février 2011, par Frédéric Dayan    

La fronde contre la démagogie

Les magistrats ainsi que les personnels de la justice ont été choqués et ulcérés par les propos de Nicolas Sarkozy le 3 février dernier. Le président s’en est pris à eux, parlant de « dysfonctionnements graves » des services de police et de justice qui avaient permis la remise en liberté sans suivi de Tony Meilhon, principal suspect du meurtre de Laetitia Perrais à Pornic. Le président de la République a aussi promis des sanctions.

Dans un manifeste en ligne, 14 organisations syndicales dont 3 syndicats CGT de la Justice et de l’administration pénitentiaire font part de leur « stupéfaction face à la mise en cause par le Président de la République et par notre ministre de tutelle ». Ils accusent « ces autorités publiques de tenter de faire porter la responsabilité de ce drame à des professionnels qui dénoncent depuis plusieurs mois un manque de moyens structurel, tout comme le font l’ensemble des services du Ministère de la Justice, pour assurer le suivi des personnes condamnées. Nous accusons le pouvoir exécutif de faire preuve d’une invraisemblable démagogie en faisant croire que la carence dans la prise en charge d’une mise à l’épreuve prononcée pour un outrage à magistrat puisse avoir un lien déterminant avec la commission d’un crime aussi grave. »

Ces propos ont déclenché une révolte sans précédent des magistrats, d’abord les premiers concernés, puis dans de nombreux tribunaux du pays. La grogne est appelée à s’étendre aujourd’hui avec des reports d’audiences, des grèves et une mobilisation nationale jeudi. Elle se fonde sur une exigence de moyens humains pour que la justice puisse accomplir toutes ses missions. Des assemblées générales de magistrats sont prévues aujourd’hui dans de nombreuses juridictions (Marseille, Nice, Nancy, Metz, Coutances ou Caen) afin de voter des suspensions des audiences. Dès vendredi dernier, les magistrats de Rennes, Quimper, Bayonne, Besançon et Basse-Terre (Guadeloupe), ont décidé de renvoyer toutes les affaires non urgentes jusqu’à jeudi

____________

Article La Voix du  Nord
Juges et procureur d’Avesnes dénoncent les « attaques outrancières » de Sarkozy

    

Publié dans Justice, LIBERTES DROITS ACTIONS JURIDIQUES, Services publics | Pas de Commentaire »

Manif Maubeuge 10 février

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 7 février 2011

cgt2.jpgcgteducaction.jpg

 

 

 

 

 

 

 

         

L’UNION LOCALE CGT APELLE À PARTICIPER À LA MANIF

 DE MAUBEUGE 10 FEVRIER

10 heures 30 – Espace Rive Gauche.

Tous Concernés !

L’éducation de nos enfants c’est leur avenir  

Depuis plusieurs années, les différents gouvernements s’acharnent à tailler dans les effectifs de la fonction publique réduisant à chaque fois un peu plus les services publics offerts à la population.

Dans l’Education nationale, c’est à un véritable plan social que nous assistons : les 16 000 suppressions de postes prévues pour la rentrée 2011 viennent s’ajouter à celles des cinq dernières années pour atteindre un total de 66 000 suppressions.

Les enseignants de la « Sambre » se mobilisent pour s’opposer aux suppressions de postes dans les établissements scolaires de la région. Plusieurs dizaines sont concernées.Le rectorat utilise des arguments mathématiques alors que nous connaissons les difficultés auxquelles se heurtent quotidiennement les enseignants, dans un bassin durement éprouvé par la précarité et le chômage. Les organisations syndicales d’enseignants, notamment la CGT, et les associations de parents d’élèves appellent la population à réagir en participant massivement aux initiatives prévues

rassemblement le jeudi 10 février, espace rive gauche à Maubeuge à 10h30

Mobilisation générale autour des lycées

    L’ACTUALITÉ DE LA SEMAINE

  • Actualité Maubeuge
  • Mobilisation générale autour des lycées

    lundi 07.02.2011, 05:13La Voix du Nord  

    |  L’ACTUALITÉ DE LA SEMAINE |

    Ce sera sans nul doute Le sujet au coeur de l’actualité cette semaine en Sambre-Avesnois. …

    Après les premières annonces autour des suppressions de postes envisagées dans les lycées et la mobilisation déjà amorcée la semaine dernière (nos éditions précédentes), enseignants et parents d’élèves vont poursuivre leurs actions dès ce lundi.Manif Maubeuge 10 février dans Actions_locales

    Ainsi, du côté du lycée Lurçat, à Maubeuge, où l’on craint la disparition de 12 à 16 postes d’enseignants à la rentrée 2011, une heure d’information syndicale sera proposée à l’ensemble du personnel éducatif, les parents intéressés étant invités à venir s’ils le peuvent. Dans l’après-midi, une rencontre avec Annick Mattighello, conseillère régionale et maire de Louvroil, est également programmée pour les représentants des lycées du bassin. Mardi, des opérations « lycée mort » sont prévues à Avesnes-sur-Helpe (où une manifestation a eu lieu samedi matin, notre photo), au lycée Placide-Courtoy d’Hautmont où cinq postes sont menacés ainsi qu’à Lurçat, à Maubeuge. Des tracts seront distribués dans la journée en ville pour sensibiliser la population et l’informer en vue de la manifestation, prévue jeudi matin à Maubeuge et l’après-midi à Lille. •

Publié dans Actions_locales, Actions_nationales, Actions_régionales, Services publics | Pas de Commentaire »

1234
 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | You're on my official's WEB...
| air du temps
| hikmaphilo