Réforme des retraites – Exigeons le retrait du projet

Posté par cgtmaubeugeenvirons le 23 juin 2010

organismessociaux2.jpg Douai (tract Sécu)

 

« Mme BACHELOT, Ministre de la santé, ne cesse de répéter que le déficit de l’Etat provient à plus + 50 % de la sécurité Sociale. Notre chère Ministre oublie également de préciser que le budget de la Sécurité Sociale représente largement + 50 % du budget de l’Etat.

Pourquoi cet « oubli » ? »

Travailler plus pour gagner moins

La réforme des retraites présentée mercredi par le gouvernement est un véritable rouleau compresseur contre le travail : âge légal de départ repoussé de 60 à 62 ans, durée de cotisations relevée à 41,5 annuités, droit à la retraite à taux plein repoussé à 67 ans. Les salariés, à commencer par les ouvriers et les femmes, subiront ainsi une double peine : travailler plus pour gagner moins. D’autant que les mesures sur la pénibilité relèvent d’une grossière aumône. Choisis « individuellement » parmi les invalides et victimes d’accidents du travail, à peine 10 000 salariés pourraient ainsi partir avant 62 ans.

Les fonctionnaires sont aussi touchés de plein fouet. L’augmentation de leurs cotisations diminuera leur salaire net. Et elle ne rapportera rien au régime de retraites par répartition. Un véritable plan d’austérité que le pays va durement payer ! Sans oublier que le relèvement de l’âge légal va faire exploser le nombre de chômeurs âgés.

L’injustice de cette réforme est résumée par un chiffre : 90 % des efforts seront supportés par les travailleurs et 10 % seulement par le capital et les hauts revenus. Ces derniers ne paieront que 4 milliards d’euros sur les 42 milliards de besoin à couvrir à l’horizon 2018. Ces 4 milliards sont dérisoires comparés aux 30 milliards d’euros par an de baisses d’impôts distribuées par la droite aux plus riches depuis 2002.

Comme la réforme Fillon de 2003, qui devait garantir l’équilibre jusqu’en 2020, cette réforme sera aussi inefficace. Elle ne rétablira pas l’équilibre des comptes en 2018 comme elle le prétend. Faute de dégager des ressources nouvelles en partageant les richesses, le gouvernement a trouvé une astuce. Il veut éponger les déficits qui vont s’accumuler jusqu’en 2018 avec le Fonds de réserve des retraites, qui n’était pourtant destiné qu’à équilibrer les régimes à partir de 2020. Le gouvernement continue ainsi le dépeçage des ressources publiques. Il prépare la faillite générale du système par répartition. Et son remplacement par la capitalisation.

Face à un tel rouleau compresseur, nous portons un double mot d’ordre. Nous exigeons le retrait du projet de réforme du gouvernement dans les mobilisations du 24 juin puis de la rentrée

 

Pour le personnel de notre Institution, la sanction risque d’être double.

En effet, Mme BACHELOT, Ministre de la santé, ne cesse de répéter que le déficit de l’Etat provient à plus + 50 % de la sécurité Sociale. Notre chère Ministre oublie également de préciser que le budget de la Sécurité Sociale représente largement + 50 % du budget de l’Etat.

Pourquoi cet « oubli » ?

Pour pouvoir mener à bien sa casse de la Sécurité Sociale entreprise depuis des années. En effet, cette année est l’année de la conclusion de la COG entre la CNAMTS et l’Etat. Ainsi, le taux de remplacement des départs en retraite, les augmentations budgétaires, les « nécessaires » économies sur les malades, la chasse aux « fraudeurs » … seront décidés cette année pour les 4 années qui viennent.

Ainsi, le personnel de l’Institution saura à quelle sauce il sera avalé.
Ainsi, après les retraites, les pouvoirs publics pourront s’attaquer à l’Assurance Maladie et aux CAF.La sanction risque d’être très dure cette année pour nos personnels sanctionnés par la « réforme » des retraites et par une COG dévastatrice qui se prépare.La mobilisation pour le 24 juin est aussi un véritable test pour le devenir de nos personnels.Nous invitons les sympathisants, les adhérents, militants FO à nous rejoindre dans cette journée d’action unitaire. Ne faites pas comme les joueurs de l’équipe de France, ne jouez pas en solo ! C’est l’équipe des travailleurs qui risque de perdre !

Le matraquage médiatique sur la contre réforme des retraites continue ;

Certains ne font qu’annoncer par voix de presse que : « c’est fait, l’âge de la retraite passe à 62 ans » alors que la loi n’est même pas encore passée pour discussion à l’Assemblée Nationale.

Il est vrai que le gouvernement et ses alliés craignent une large mobilisation du monde du travail.

De même, si les médias nous annoncent que si 2 français sur 3 sont opposés à cette contre réforme, ils nous annoncent que peu de français seront dans les rues le 24 juin.

Nous affirmons le contraire !

Nous affirmons que les salariés résisteront :

  • pour défendre la retraite à 60 ans

  • pour refuser que seuls les salariés doivent encore une fois payer alors que les banques, le capital et les hauts revenus ne mettent pas la main à la poche

  • parce que le monde du travail mérite le respect

  • parce que ce n’est pas seulement aux salariés de payer la crise provoquée par un système basé sur le seul profit

  • parce qu’ils savent que si cette contre-réforme passe, le gouvernement s’attaquera aux autres acquis sociaux

  • parce que le gouvernement à peur de la rue

  • parce que Nicolas Sarkozy a déjà, suite à la réaction des Organisations Syndicales fait savoir hier, que certaines modifications pourraient être apportées au projet de réforme des retraites, qui passera en Conseil des ministres, le 13 juillet.

Personnel de la Sécu, vous savez plus que tout autre salarié, l’importance que représente dans la République, la solidarité.
La retraite pilier fondateur de l’égalité Républicaine ne doit et ne peut être mis en cause pour des intérêts uniquement financiers.
Personnel de la Sécu, il est de notre devoir de défendre notre Institution en défendant le système de retraite basé sur la répartition.

TOUS EN GREVE, TOUS DANS LA RUE LE 24 !
NOS ENFANTS NOUS REGARDENT !

Laisser un commentaire

 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | You're on my official's WEB...
| air du temps
| hikmaphilo